Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201369D – RhôneJoux – Chez Henry, mines

2013
69D – Rhône

Joux – Chez Henry, mines

Prospection inventaire (2013)
Responsable d’opération : Gérald Bonnamour

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013

Numéro d’opération :

2211126

Nature de l'opération :

prospection inventaire
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Arkemine

Texte intégral

1Les vestiges repérés grâce aux prospections réalisées entre 2005 et 2011 démontrent toute l’étendue des techniques minières mises en œuvre dans la région s’étendant des monts du Lyonnais à ceux du Beaujolais (Bonnamour 2011). Type de vestige minier rare dans le secteur étudié, le réseau situé à Joux met en relation des galeries avec des chantiers d’exploitations du minerai percé en plusieurs phases exclusivement à l’aide de techniques ancestrales, l’abattage par le feu puis la pointerolle. Les mines de Joux forment un district minier dont les ressources sont exploitées du Moyen Âge au xixe s. d’après les sources historiques. C’est entre le xve s. et le xvie s. que les mines de Joux deviennent le plus important centre de production d’argent du Lyonnais et du Beaujolais. D’après les archives, à cette époque, les mineurs utilisent des pointerolles pour percer des galeries avec un avancement estimé à 41 m en 7 mois.

2À Joux, en 2013, la méthode de relevé tridimensionnel par photogrammétrie 3D a permis d’approfondir les connaissances sur les dynamiques de percement et d’extraction. Elle démontre toute la maîtrise des techniques utilisées par les mineurs du Lyonnais et du Beaujolais avant l’utilisation de l’explosif en mine. Les mineurs ont mis en œuvre les techniques en se servant des imperfections de la roche et en s’adaptant à sa qualité pour percer les galeries. Grâce à la pointerolle, les mineurs ont extrait le minerai qui intègre une zone de filons. L’étude de la zone abattue par le feu démontre toute la complexité de cette technique et le degré de maîtrise des différents paramètres. Les traces de travail à la pointerolle laissées dans le réseau démontrent toute la variabilité dans la mise en œuvre d’un même outil, variabilité autant associée aux différences typologiques de la pointerolle qu’à celles du savoir-faire des mineurs suivant les époques. Par ailleurs, probablement à la fin du Moyen Âge, des techniques importées d’autres régions ont amélioré l’efficacité de l’extraction dans les mines de Joux.

3Les observations réalisées dans le cadre de cette campagne de mesures et d’analyses tridimensionnelles par photogrammétrie 3D apportent un regard nouveau sur des vestiges connus. Ces observations autorisent également quelques comparaisons avec d’autres sites dans d’autres régions, mais également avec ceux connus dans les Monts du Lyonnais, à Vaugneray ou à Brussieu par exemple.

Fig. 1 – Restitution par photogrammétrie du réseau percé par le feu et à la pointerolle à Joux : analyse des données tridimensionnelles

Fig. 1 – Restitution par photogrammétrie du réseau percé par le feu et à la pointerolle à Joux : analyse des données tridimensionnelles

En haut à gauche, traces d’abattage à la pointerolle ; en bas à gauche, galerie percée par le feu ; à droite, galerie percée à la pointerolle.

DAO : G. Bonnamour (Arkemine), A. Arles (Arkemine).

Haut de page

Bibliographie

Bonnamour G., Bonnamour R. 2011 : Les mines du Lyonnais, du Beaujolais, une histoire récente ?, Rapport de prospection pluriannuelle, SRA Rhône-Alpes.

Bonnamour G., Bonnamour R. 2013 : « La mine du Soupat (Vaugneray, 69). Observations archéologiques pour une mine de plomb et d’argent du Lyonnais », L’Araire, 175, p. 7-25.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Restitution par photogrammétrie du réseau percé par le feu et à la pointerolle à Joux : analyse des données tridimensionnelles
Légende En haut à gauche, traces d’abattage à la pointerolle ; en bas à gauche, galerie percée par le feu ; à droite, galerie percée à la pointerolle.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/15527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Bonnamour, « Joux – Chez Henry, mines » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 26 août 2015, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/15527

Haut de page

Auteur

Gérald Bonnamour

Arkemine SARL

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gérald Bonnamour

Arkemine SARL

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search