Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201815 – CantalAurillac – 10 rue Bernard-Palissy

2018
15 – Cantal

Aurillac – 10 rue Bernard-Palissy

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Guy Alfonso

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

038442

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Alfonso G. 2018 : Aurillac, Cantal, Auvergne-Rhône-Alpes : 10 rue Bernard Palissy : rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Ce diagnostic archéologique est lié au projet d’extension de la maison d’accueil spécialisée d’Aron, dépendant de l’Adapei du Cantal, située 10 rue Bernard-Palissy, à Aurillac. Elle concerne une superficie de 323 m2. Le terrain étudié se trouve à 120 m au sud d’un sanctuaire gallo-romain, dit « temple d’Aron », et d’autres aménagements de la même période, qui furent fouillés dans les années 1977-1983.

2Trois tranchées, couvrant une surface totale de 64 m2 et représentant 19,81 % de la superficie du projet, ont été réalisées. La stratigraphie est homogène dans les trois sondages. Le substrat géologique est composé de marne argileuse jaunâtre très compacte, à inclusions de silex (US 5), recouverte par une couche de marne argileuse altérée, de teinte verdâtre à brun orangé (US 4). Aucun silex taillé n’a été identifié.

Fig. 1 – Localisation des sondages sur fond de plan topographique

Fig. 1 – Localisation des sondages sur fond de plan topographique

Topographie : P. Neury ; DAO : G. Alfonso, P. Neury (Inrap).

3Au-dessus, se trouve une couche majoritairement composée de blocs de roche volcanique aux angles émoussés (L. : 0,10 m à 0,35 m environ), auxquels sont mêlés du cailloutis, du gravier et des fragments de tuiles. L’ensemble est enrobé de sédiment limono-argileux brun à gris foncé (US 3). Dans une grande partie de la tranchée 1, ainsi que dans le sondage 2, la partie supérieure de ce niveau est constituée, sur quelques centimètres d’épaisseur, de gravier et de cailloutis. La couche 3, dont l’épaisseur varie sensiblement d’un point à un autre du terrain sondé (0,15 m à 0,60 m), ne correspond pas à un simple remblai, mais à un aménagement compact, apparemment destiné à aplanir le terrain, ou au moins à en réduire la pente, pour établir une sorte de « plate-forme ».

4Dans la moitié nord de la tranchée 1, une couche de gros fragments de tuiles rondes posés à plat, et que vient napper une mince strate de gravier (US 6), est présente ponctuellement au-dessus de cet aménagement, tandis qu’à l’extrémité nord de la même tranchée, c’est une couche de petits fragments de tuiles (US 7) qui recouvre l’US 3.

5Dans l’ensemble du terrain, l’US 3, ou les US 6 et 7, sont scellées par un niveau limoneux brun à nombreuses racines, quasi stérile (US 2), et qui correspond à l’ancienne couche de terre végétale qui formait le sol du terrain, avant qu’il ne soit remblayé à l’époque contemporaine. Sur ce niveau, a, en effet, été déposé un remblai hétérogène, à dominante marno-argileuse, très compact, qui provient des décaissements effectués lors de la construction de la maison d’accueil spécialisée, dans les années 1980. L’apport de ce remblai a conduit à rehausser, de 0,20 m à 1,20 m, le sol initial du terrain, en créant une petite butte artificielle au nord-ouest des bâtiments.

6La datation et l’interprétation de l’US 3 sont problématiques, dans la mesure où elle renferme quelques tessons de céramique du Haut-Empire et de tegula, très érodés, associés à des fragments de tuiles rondes, dont la datation est, pour certains d’entre-eux, plus incertaine. C’est le cas, en particulier, des gros fragments de tuiles rondes (US 6) qui sont présents localement en surface de l’US 3, dans la partie nord de la tranchée 1. Ce solide aménagement, reconnu sur une emprise de plus de 20 m x 13 m, qui présente un net pendage vers le nord-est (642,70 m à 641,30 m), pourrait s’apparenter à une voie ou à une aire empierrée destinée à la circulation, mais il n’existe pas de niveau d’occupation ou de circulation en surface de la couche de blocs et de cailloutis (tessons de céramique ou de tuile écrasés, autres mobiliers, charbons de bois…), ni aucun matériau de démolition, dans l’hypothèse où cette « plate-forme » aurait servi à asseoir une construction quelconque. Ces observations ne plaident pas non plus en faveur de la présence de bâtiments proches, entourant une cour empierrée, par exemple. On constate seulement que cet aménagement est directement scellé par la couche de terre végétale qui constituait le sol du terrain dans les années 1980, lorsque furent construits les bâtiments de la maison d’accueil d’Aron.

Fig. 2 – Vue du temple antique d’Aron

Fig. 2 – Vue du temple antique d’Aron

Vers le nord.

Cliché : G. Alfonso (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des sondages sur fond de plan topographique
Crédits Topographie : P. Neury ; DAO : G. Alfonso, P. Neury (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Fig. 2 – Vue du temple antique d’Aron
Légende Vers le nord.
Crédits Cliché : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155465/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 950k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Alfonso, « Aurillac – 10 rue Bernard-Palissy » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2024, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/155465

Haut de page

Auteur

Guy Alfonso

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guy Alfonso

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search