Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201815 – CantalAurillac – 16 rue Baldeyrou

2018
15 – Cantal

Aurillac – 16 rue Baldeyrou

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Daniel Parent

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Parent D. 2018 : Aurillac, Cantal, Auvergne-Rhône-Alpes, 16 rue Baldeyrou : rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Cette intervention est motivée par le projet de rénovation de l’îlot Baldeyrou qui joint la rue Baldeyrou à celle des Frères-Charmes. L’emprise est située au 16 rue Baldeyrou, dans la ville historique intra muros, à proximité immédiate du tracé de l’enceinte urbaine, dans un îlot qui témoigne d’une certaine fossilisation, puisque l’on note la présence de plusieurs parcelles en lanières, et notamment la parcelle AC 205, qui a fait l’objet d’un diagnostic archéologique (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation du diagnostic de l’îlot des Frères-Charmes et du tracé supposé du rempart

Fig. 1 – Localisation du diagnostic de l’îlot des Frères-Charmes et du tracé supposé du rempart

DAO : Inrap.

2La façade, objet de ce diagnostic, se compose d’un rez-de-chaussée et de deux étages (fig. 2). Les dimensions globales s’inscrivent dans un carré de 10 m de largeur et 10,20 m de hauteur, au niveau de la sablière. Une fois décroutée, celle-ci présente des éléments relativement disparates, mais dans une ordonnance générale, qui, peut-être en raison de ses dimensions modestes, reste relativement homogène. Elle est divisée en trois niveaux, présentant chacune des caractéristiques propres.

Fig. 2 – Premier étage de la façade, baie à croisée

Fig. 2 – Premier étage de la façade, baie à croisée

DAO : D. Parent (Inrap).

3Le rez-de-chaussée a été remodelé, en plusieurs étapes, aux périodes modernes et contemporaines. Seuls deux blocs superposés avec une arête chanfreinée pourraient appartenir à un état plus ancien. Le premier étage est percé par trois fenêtres de hauteurs semblables et de largeurs différentes, mais produisant tout de même un aspect homogène, du fait du rétrécissement de la plus grande baie à l’aide d’une simple planche pour maintenir les huisseries. Les deux ouvertures septentrionales présentent une typologie identique de baies à croisées attribuables au xve s, mais de largeurs différentes (fig. 3) : celle située au centre de la façade est simplement munie d’une traverse, alors que celle au nord est une « véritable » baie à croisée, avec meneau et croisillons. Les arêtes intérieures des encadrements sont traitées avec un cavet, et elles s’adoucissent sur un congé mouluré, les linteaux plats monolithes sont décorés d’une petite accolade, qui est double pour la baie à croisée. L’appui de fenêtre est taillé avec un léger relief, en prévision de la pose d’un enduit. La troisième ouverture, rectangulaire, ne présente aucune mouluration. Le linteau, à plate-bande, est composé de trois blocs, et l’appui remploie un fragment de bloc muni d’une feuillure. La typologie apparaît donc tout à fait moderne.

Fig. 3 – Linteau plat à deux accolades (meneau et traverse disparue)

Fig. 3 – Linteau plat à deux accolades (meneau et traverse disparue)

Cliché : D. Parent (Inrap).

4On perçoit entre ces deux types de baies une limite de maçonnerie matérialisée par un décalage des assises entre les parties nord et sud. Cette maçonnerie présente une proportion plus élevée de galets et de terre cuite architecturale, des assises plus irrégulières, un mortier de chaux blanchâtre à gros granulats. À l’intérieur, on note, au droit de cette rupture, la présence d’un chaînage sur une hauteur d’environ 0,80 m au-dessus du plancher du premier étage, qui pourrait témoigner de l’embrasure d’une troisième baie à croisée, symétrique de celle au nord, ou éventuellement de l’arrêt de la construction. Cette deuxième hypothèse apparaît peu probable au vu de la parcelle, à moins que le passage d’entrée accessible par le porche du rez-de-chaussée, situé sous cette fenêtre, ne reprenne une ancienne desserte traversant l’îlot pour rejoindre celle située dans la parcelle (205) donnant rue des Frères-Charmes. La vitrine du rez-de-chaussée a détruit d’éventuelles traces de reprise à ce niveau.

5Le deuxième étage est d’une nature totalement différente, puisqu’il est construit avec une structure en pan de bois (fig. 4). Celle-ci occupe toute la largeur de ce niveau, avec une répartition régulière des poteaux et une croix de Saint-André en position centrale. Deux fenêtres se superposent à celles situées aux extrémités du premier étage, y compris la plus tardive. La sablière basse repose sur les poutres soutenant les solives de l’étage. La construction de ce niveau semble donc homogène, comme l’indique également la numérotation d’assemblage en continu des poteaux. Le lien avec l’étage inférieur n’est, par contre, pas clairement établi puisque, si le pan de bois repose sur les poutres du plafond du premier qui peuvent appartenir à l’état xve s. de ce niveau, ses deux ouvertures sont de morphologie moderne et leur emplacement tient compte de la baie moderne du premier étage. Une surélévation ou une reprise du dernier étage liée à celle constatée pour le tiers sud du bâtiment n’est donc pas exclue.

Fig. 4 – Deuxième étage de la façade, structure haute du pan de bois sous toiture

Fig. 4 – Deuxième étage de la façade, structure haute du pan de bois sous toiture

Cliché : D. Parent (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du diagnostic de l’îlot des Frères-Charmes et du tracé supposé du rempart
Crédits DAO : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – Premier étage de la façade, baie à croisée
Crédits DAO : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 778k
Titre Fig. 3 – Linteau plat à deux accolades (meneau et traverse disparue)
Crédits Cliché : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155470/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Fig. 4 – Deuxième étage de la façade, structure haute du pan de bois sous toiture
Crédits Cliché : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155470/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Parent, « Aurillac – 16 rue Baldeyrou » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2024, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/155470

Haut de page

Auteur

Daniel Parent

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Parent

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search