Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201815 – CantalSaint-Flour – La Cheyre

2018
15 – Cantal

Saint-Flour – La Cheyre

Fouille préventive (2018)
Responsable d’opération : Bertrand Houdusse

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Houdusse B. 2022 : Saint-Flour, Cantal, Auvergne-Rhône-Alpes : La Cheyre, un village gaulois sous le contournement routier nord de Saint-Flour : rapport de fouille préventive, Clermont-Ferrand, Inrap, 3 vol.

Texte intégral

1En 2018, la fouille préalable à la construction du contournement routier nord de la ville de Saint-Flour, sur la colline de La Cheyre, a révélé les vestiges d’un site occupé de la Protohistoire, principalement de l’âge du Fer, au iie s. apr. J.-C. Elle a pris la forme d’un décapage en deux zones (A et B, respectivement sud et nord) de part et d’autre du chemin de randonnée Gr4, sur une superficie cumulée de 1,8 ha, étudiée durant 2 mois. Le décapage a livré 661 anomalies, dont 161 drains agricoles récent. Parmi les 500 structures archéologiques, 241 ont fait l’objet d’une fouille.

Fig. 1 – Plan phasé des principales occupations du site, sans les vestiges récents

Fig. 1 – Plan phasé des principales occupations du site, sans les vestiges récents

Échelle : 1/1750.

Topographie P. Neury ; SIG : M. Heppe, A. Valérien, E. Segain ; DAO : B. Houdusse (Inrap).

2La fréquentation initiale dans l’emprise de la fouille concerne l’âge du Bronze. Il s’agit cependant de traces très discrètes sous la forme de lots mobiliers, qui ne proviennent pas de structures fouillées, dans des contextes différents. À l’extrémité nord de la zone sud, c’est un élément de préhension, datable de l’âge du Bronze, qui a été exhumé en surface d’une fosse. Dans la zone B, c’est un lot céramique un peu plus conséquent qui a été mis au jour dans le vallon nord. Ce lot, issu d’un seul vase datable de l’âge du Bronze final IIb/IIIa (1150-950 av. J.-C.), signale sans doute, étant donné sa bonne conservation, un vase écrasé sur place. Il témoigne de manière plus directe d’une occupation dans le secteur du vallon. Ces découvertes isolées font écho à celle réalisée au cours du diagnostic, sur le versant opposé de la vallée du Ravin de la Rivière, à seulement 430 m du chantier. Elles témoignent d’une occupation dont la nature resterait à éclaircir dans le secteur.

3L’occupation tangible du site semble émerger au tout début du deuxième âge du Fer, en solution de continuité avec la période précédente. Les vestiges de La Tène ancienne sont présents dans la partie sud de la zone B. Ce groupe de quatorze structures comporte des trous de poteau, des fosses, un probable foyer et un étroit fossé en arc de cercle qui limite pour partie l’extension des vestiges à l’ouest. Si aucun plan net ne se dégage a priori, les structures examinées évoquent les restes d’un bâtiment. La surface couverte par l’ensemble de ces vestiges n’atteint que 48 m2. S’ils révèlent la présence d’une occupation, son implantation, son entendue géographique et sa fonction restent totalement méconnues. Au vu des structures concernées, il paraît justifié de parler d’un habitat, mais son isolement requiert de ne pas le considérer comme le précurseur de l’habitat important qui se développe par la suite.

4La période de La Tène moyenne (à partir de 250 av. J.-C.) révèle des structures plus nombreuses (33). Les vestiges se concentrent quasi exclusivement dans la partie nord de la zone B. Cette occupation se caractérise par la conservation de lambeaux de sols, la présence de bâtiments, construits sur poteaux, celle de rares fosses ayant servi de dépotoir, en périphérie des bâtiments, mais qui fournissent de l’armement (une épée et un fourreau repliés). Leur présence à date aussi haute détonne en contexte d’habitat, et leur aspect renvoie assez nettement aux pratiques rituelles mises en œuvre dans les lieux de cultes. On relève une forte composante artisanale, marquée par quatre fours de potiers. Telle que nous la percevons, l’occupation s’étend sur 1 300 m2, mais elle pourrait atteindre 8 000 m2, en enserrant une bonne partie d’espaces vides.

5Sa caractérisation n’est pas évidente a priori. Avec 1 237 restes céramiques, les découvertes mobilières ne semblent pas très riches, et ce sont les indices d’activités qui orientent l’interprétation : avec quatre fours de potier conservés pour La Tène C(2), le site de Saint-Flour fait désormais partie des sites régionaux livrant ces vestiges en nombre. Les indices de structuration de l’espace étant assez maigres, c’est l’importance des fours et la filiation chronologique et spatiale avec l’occupation ultérieure qui incitent à considérer que les structures relevant de La Tène C correspondent à celles d’un habitat aggloméré.

6À La Tène finale, l’occupation semble se concentrer dans la partie méridionale de l’opération. L’observation du plan général donne l’impression d’une mobilisation massive de l’espace. Les structures concernées occupent une superficie minimale de 9 500 m2, l’occupation outrepassant les limites de la fouille. Cette phase se caractérise par l’apparition de fosses au tracé régulier, qui ont servi de dépotoir à la fin de leur utilisation, à laquelle s’oppose une absence de plan de bâtiment avéré. On trouve aussi quatre puits, destinés à l’alimentation en eau potable, et deux canalisations en amphores emboîtées. Les vestiges investissent peu ou prou tout l’espace de la zone A, et seulement le sud de la zone B. À cette période, l’image globale renvoyée par les vestiges est celle d’une occupation « riche ». C’est une des phases qui livre le plus de mobilier (céramique et amphores), et c’est celle où la diversité des structures étudiées est la plus grande. Plusieurs installations renvoient clairement l’image d’un habitat tel qu’on les connaît sur les agglomérations, notamment avec une forte densité spatiale de puits. Les deux puits F303 (abattage du bois le plus récent en 141 av. J.-C.) et F92 (abattage postérieur à 117 av. J.-C.) sont construits selon le même modèle : sur un cadre horizontal formé de sablières associées deux à deux, sont assemblés des poteaux corniers, qui forment l’ossature verticale. Ils servent à caler des planches de sapin horizontales, montées sur chant sur toute la hauteur du conduit. Derrière ces planches, un remblai d’argile et de blocs fait office de bourrage entre le creusement proprement dit et le cuvelage. La mise au jour de ces structures en bois permet de proposer les premières courbes dendrochronologiques de référence pour le sapin dans cette partie de l’Auvergne. Du point de vue des activités extradomestiques, l’occupation de La Tène D1 livre peu d’indices. Si l’on associe les quelques déchets métalliques issus d’une fosse à la currency bar du puits F303, on peut restituer une pratique de la forge, dont on est bien en peine de quantifier l’ampleur.

Fig. 2 – Fosse F326 avec la canalisation d’amphores F325

Fig. 2 – Fosse F326 avec la canalisation d’amphores F325

Vue perspective vers le sud de la fouille en cours.

Cliché : B. Houdusse (Inrap).

7De son côté, la majorité du mobilier céramique indique clairement que l’habitat de Saint-Flour est d’obédience arverne, en ce qui concerne la culture matérielle. La fin apparemment soudaine de l’occupation de La Tène D1 soulève la question du devenir du site, car il connaît une phase de réinvestissement à la période augustéenne.

8La période augustéenne est représentée dans les deux zones de fouilles, mais par des vestiges en nombre restreint et très spécifique. Dans la zone A, ce sont principalement des axes de circulation qui sont associés à cette phase. Si l’un des chemins est construit à La Tène D2, son utilisation se maintient au moins durant la période augustéenne, comme en témoigne la majorité du mobilier céramique recueilli. La mise en place du second est plus difficile à dater. Étant donné leurs dimensions, ces axes de circulation constituent des voies d’accès au site, et probablement les principales, mais dans une phase tardive : la position d’un axe contemporain de l’occupation de La Tène D1 demeure inconnue. Il y a peu de doute qu’une occupation du début de l’Antiquité se situe plus haut sur la colline, comme l’attestent les structures découvertes dans la fouille adjacente menée par Arkéomine en 2008. L’ampleur des travaux entrepris pour la voirie suggère qu’il s’agisse d’un habitat groupé.

9Le principal noyau d’occupation pour la période augustéenne est constitué par l’atelier de potier implanté à 220 m de la voirie, dans la zone B. Il s’organise autour d’une fosse de travail d’environ 18 m2, excavée dans la pente, qui dessert deux fours. Le plus grand four est mieux conservé (deux états d’aménagement) et sa chambre de chauffe circulaire atteint 1,50 m de diamètre. Cet atelier constitue la seule trace d’occupation structurée pour la période, et dénote donc un caractère exclusivement artisanal. Son insertion éventuelle au sein d’une occupation plus large demeure incertaine, en l’absence de structures contemporaines fouillées. Étant donné l’ancienneté de la fabrication potière sur le site et son lien avec l’agglomération, il serait tentant d’associer aussi cet atelier à un habitat étendu.

Fig. 3 – Four F647

Fig. 3 – Four F647

La grande dalle (possible fragment de sole) dans la partie fouillée à l’avant plan.

Cliché : B. Houdusse (Inrap).

Fig. 4 – L’atelier de potier d’époque augustéenne F414

Fig. 4 – L’atelier de potier d’époque augustéenne F414

Aspect général après décapage, vue aérienne zénithale.

Clichés et DAO : F. Olivier.

10Après la période augustéenne, les seuls vestiges identifiés sont postérieurs de quasiment deux siècles. Il s’agit de deux constructions bâties : un bâtiment excavé en partie dans la pente, est daté avec réserve de la fin du iie s. apr. J.-C. En contre-haut, un aménagement plus complexe s’organise autour du bâtiment F403, qui se distingue par la conservation exceptionnelle d’installations en bois. Celui-ci englobe deux fonds de cuve en bois, successives, dans son angle nord-ouest. Ces bacs sont liés à une adduction de troncs de sapin évidés, et à une évacuation construite à l’aide de poutres en chêne. Pris de manière générale, ce dispositif répond vraisemblablement au besoin d’alimentation en eau claire jusqu’au bac en bois qui devait servir à collecter l’eau. Une recherche de comparaisons oriente vers une possible fonction artisanale.

11Après l’occupation de l’Antiquité, les vestiges fouillés ne montrent pas d’occupation du site au Bas-Empire ou bien au Moyen Âge. Les structures les plus récentes sont constituées de l’ensemble des drains en pierre et des fosses d’épierrement, correspondant à des structures agraires datables de l’époque contemporaine au sens large (de la fin xviiis. au milieu xxe s.).

12Ainsi résumée, l’histoire de l’occupation gauloise de La Cheyre correspond aux rythmes constatés sur les agglomérations gauloises contemporaines, proches ou lointaines, auxquelles on peut la comparer, pour la replacer dans un cadre élargi. À l’instar de nombreux autres sites d’agglomérations, l’occupation démarre vraiment à La Tène C. C’est surtout la concentration des structures de production potière qui nous invite à caractériser ainsi l’habitat. En tout état de cause, la fouille pose un nouveau jalon pour l’occupation de la Haute-Auvergne à cette période, qui était jusque-là quasi inconnue. Au début de La Tène finale, l’occupation se poursuit et prend de l’ampleur. Le creusement de nombreuses fosses de grand gabarit (volume supérieur à 1 m3) inscrit le site de Saint-Flour dans la morphologie classique des agglomérations ouvertes.

13Par ailleurs, c’est la concentration de puits qui singularise cette phase d’occupation. La gestion de l’eau trouve aussi une illustration inédite, avec un dispositif de tranchées drainantes, constituées de demi-panses d’amphores aboutées, qui ne trouve pas de parallèle strict pour ces périodes dans la bibliographie. C’est donc bien à La Tène finale que l’occupation connaît son paroxysme, tant en termes de nombre de structures concernées qu’en quantité de mobilier exhumé, notamment grâce aux puits et fosses profondes. La taille atteinte par cet habitat ne peut être qu’estimée. Si l’on postule par exemple une occupation de tout le sommet de la colline, l’assiette de l’agglomération peut alors être estimée à environ 10 ha.

14La découverte du site de Saint-Flour a révélé un point supplémentaire de la structuration du peuplement gaulois des Arvernes. Elle invite non seulement à nuancer l’hypothèse d’une organisation centripète forte, et démontre que des sites importants comme une agglomération peuvent passer inaperçu longtemps.

15Le site est réinvesti à la fin du ier s av. J.-C., par un atelier de potier, ainsi que par l’aménagement d’un axe de circulation « en dur ». Ces infrastructures, si elles apparaissent isolées dans le cadre de la fouille, ne renvoient pourtant pas à l’image d’un simple habitat rural, interrogeant ici encore la nature de l’occupation à cette date. C’est au iie s. apr. J.-C. que prennent place les dernières traces d’occupation documentées. L’une enserre des structures hydrauliques, dont le bois a été conservé et daté de la fin du iie s. apr. J.-C. (178 et 182 apr. J.-C.). Le contexte d’installation de ces édifices est totalement inconnu.

16Il semble acquis que l’occupation de la colline de La Cheyre ne perdure pas après l’Antiquité. Ce constat est probablement à mettre en relation avec la fixation de l’habitat principal du secteur dans Saint-Flour même, sur le plateau qui porte la vieille ville, si l’on en croit l’historiographie locale.

Haut de page

Bibliographie

Coutelas A. 2008 : Opération de sondages archéologiques. Ouvrage d’Art 10 (Pont du GR 4). RD 926, contournement de Saint-Flour. Commune de Saint-Flour (Cantal, 15) : rapport de fouille, Saint-Pierre-Le-Chastel : Arkemine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan phasé des principales occupations du site, sans les vestiges récents
Légende Échelle : 1/1750.
Crédits Topographie P. Neury ; SIG : M. Heppe, A. Valérien, E. Segain ; DAO : B. Houdusse (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155550/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Fig. 2 – Fosse F326 avec la canalisation d’amphores F325
Légende Vue perspective vers le sud de la fouille en cours.
Crédits Cliché : B. Houdusse (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155550/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 3 – Four F647
Légende La grande dalle (possible fragment de sole) dans la partie fouillée à l’avant plan.
Crédits Cliché : B. Houdusse (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155550/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Fig. 4 – L’atelier de potier d’époque augustéenne F414
Légende Aspect général après décapage, vue aérienne zénithale.
Crédits Clichés et DAO : F. Olivier.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155550/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Houdusse, « Saint-Flour – La Cheyre » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2024, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/155550

Haut de page

Auteur

Bertrand Houdusse

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bertrand Houdusse

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search