Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201843 – Haute-LoireLe Puy-en-Velay – 16 rue Chamarle...

2018
43 – Haute-Loire

Le Puy-en-Velay – 16 rue Chamarlenc et 9 rue Philibert

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Daniel Parent

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

038443

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Parent D. 2018 : Le Puy-en-Velay, Haute-Loire, Auvergne-Rhône-Alpes : 16 rue Chamarlenc et 9 rue Philibert : rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Cette intervention est motivée par le projet de rénovation des immeubles situés 16 rue Chamarlenc et 9 rue Philibert, au Puy-en-Velay, qui se trouvent dans la partie basse de la ville, mais intra muros, à quelques dizaines de mètres d’une des rues principales de la ville : la rue Panessac, qui va de la Porte de ville du même nom à la place du For (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation de l’opération sur le cadastre

Fig. 1 – Localisation de l’opération sur le cadastre

DAO : D. Parent (Inrap).

2L’ensemble étudié se compose de deux bâtiments, correspondant à deux parcelles distinctes, séparés par une cour (fig. 2).

Fig. 2 – Plan des vestiges

Fig. 2 – Plan des vestiges

DAO : D. Parent (Inrap).

3Côté rue Chamarlenc, l’immeuble, d’une surface au sol d’environ 60 m2, comporte quatre étages et un grenier au-dessus du rez-de-chaussée et de la cave. Celui du côté Philibert, plus petit de moitié en surface, ne comporte que trois étages sur rez-de-chaussée. Dans les deux cas, les toitures sont à pan unique, avec le côté haut vers la cour. Chaque façade comporte un millésime : 1689 pour Chamarlenc et 173(8 ?, partiellement effacé) pour Philibert. Dans le premier cas, elle est construite en maçonnerie simple réglée en pierres de taille (brèches volcaniques). Au rez-de-chaussée, deux larges ouvertures sont couvertes par des arcs en tas de charge, au-dessus desquels sont placées deux sculptures de têtes grotesques en macaron, évoquant des satyres munis de cornes, les « cornards » (fig. 3), dénomination qui est considérée renvoyer aux cornes de cocu, et, en tout cas, correspondre à une confrérie « de bons vivants », comme l’indiquent les devises associées (« voies le cornard rian » et : « a que les cornes von bien sur un fron comme le mien »). Cette façade est insérée entre les murs latéraux sans liaison avec ces derniers, à aucun étage : ceux-ci « passent » derrière les extrémités de la façade côté intérieur, et, à l’extérieur, les têtes des murs latéraux apparaissent indépendantes, sans continuité avec le parement de la façade, bien qu’ils utilisent le même matériau.

Fig. 3 – Façade en pierre de taille sur la rue sur la rue et détail des deux têtes de « cornards »

Fig. 3 – Façade en pierre de taille sur la rue sur la rue et détail des deux têtes de « cornards »

Cliché : D. Parent (Inrap).

4Le bâtiment rue Philibert est d’une conception beaucoup plus simple (fig. 4). La façade est en blocage de petits moellons, recouverts d’un crépi. Le mode de liaison entre la façade et les latéraux est moins systématique que pour l’autre bâtiment, mais on note tout de même un schéma dans lequel l’extrémité nord vient en appui contre le latéral nord, alors que le côté sud est lié sur au moins deux niveaux. On retrouve la même configuration pour la façade sur cour. Il apparaît donc que le bâtiment a été bâti de façon relativement homogène pour toute sa partie sud, mais en appui sur le mur nord préexistant. Ce dernier conserve d’ailleurs des éléments d’architecture antérieurs à l’ensemble étudié ici : une ouverture, dont sont conservés les deux piédroits hauts de 2 m et décorés de chanfrein sur congé, qui délimitent un passage d’1,14 m. Des pans de maçonnerie réglée en pierres de taille évoquent également des constructions plus anciennes. Ils appartiennent probablement à une construction qui était mitoyenne au nord, et dont toute trace, hormis quelques arrachements en face nord, a disparu, avec le percement moderne d’une rue à cet endroit. Au niveau de la cour, une autre fenêtre, de facture plus moderne (xviiie s. ?) dans ce mur, et deux autres ouvertures, condamnées dans la façade sur cour du bâtiment Chamarlenc, montrent également un déplacement de cette limite, qui semble avoir rétréci, ou coupé, l’extension de la parcelle de ce côté nord, avant les travaux récents. Au sud, deux indices concordants semblent également indiquer un déplacement semblable. Un arrachement de mur, visible depuis la parcelle mitoyenne au sud, se situe dans le prolongement du mur latéral sud du bâtiment Chamarlenc, alors qu’il est maintenant en retrait par rapport au mur mitoyen séparant les deux cours. Ce dernier semble donc s’être « déplacé » vers le nord. La confrontation du cadastre de 1810 avec l’actuel confirme ce déplacement, qui serait donc intervenu, au plus tôt, au début du xixe s., en contradiction avec les deux millésimes. On peut également se demander si l’aménagement de la cour, avec ses portes symétriques desservant les galeries, ne correspond pas à un remodelage de l’îlot, plus tardif que les bâtiments eux-mêmes, avec des redistributions de propriété. L’obturation partielle des fenêtres sur cour par ces galeries, visible sur les photos antérieures à leur démolition, pourrait plaider dans ce sens. On peut relever que la présence d’un lot important de céramiques, destinées pour l’essentiel à l’alimentation, est peut-être en partie liée aux repas collectifs de la « confrérie des cornards ». Ce lot, retrouvé dans le sondage de la cour et daté du xviie s., pourrait également indiquer une forme de remodelage de cet espace, puisqu’il est doté d’un sol en « calade », qui vient sceller les niveaux dans lesquels ont été retrouvés ces tessons.

Fig. 4 – Vue de la façade rue Philibert

Fig. 4 – Vue de la façade rue Philibert

Cliché : É. Nectoux (SRA).

5Ces déplacements témoignent d’évolutions parcellaire notables, peut-être liées à des transferts de propriété : un état (xvs.), où le bâtiment Philibert n’existait pas, mais où un bâtiment situé au nord s’ouvrait sur cet espace ; un remodelage au xviis., avec la construction de la maison des « cornards » ; et un autre, à la fin du xviiis. ou au début du xixs., avec l’annexion du bâtiment Philibert, mais l’élargissement des parcelles mitoyennes, au détriment de la cour.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de l’opération sur le cadastre
Crédits DAO : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Plan des vestiges
Crédits DAO : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155735/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Fig. 3 – Façade en pierre de taille sur la rue sur la rue et détail des deux têtes de « cornards »
Crédits Cliché : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155735/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre Fig. 4 – Vue de la façade rue Philibert
Crédits Cliché : É. Nectoux (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155735/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Parent, « Le Puy-en-Velay – 16 rue Chamarlenc et 9 rue Philibert » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 23 février 2024, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/155735

Haut de page

Auteur

Daniel Parent

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Parent

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search