Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201843 – Haute-LoireSaint-Paulien – Rue des Pas-Perdu...

2018
43 – Haute-Loire

Saint-Paulien – Rue des Pas-Perdus, place Jeanne-d’Arc, place des Sabots

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Guy Alfonso

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Alfonso G. 2018 : Saint-Paulien, Haute-Loire, Auvergne-Rhône-Alpes : rue des Pas Perdus, place Jeanne d’Arc, place des sabots : rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Le projet de réaménagement de la place Jeanne-d’Arc, dans la commune de Saint-Paulien, est à l’origine de ce diagnostic archéologique. Diverses contraintes (réseaux souterrains actifs, présence de nombreux arbres au sud, nécessité de maintenir des couloirs d’accès à la médiathèque et à la crèche) n’ont permis de réaliser que quatre tranchées, couvrant une surface totale de 89 m2, soit 4,58 % environ de superficie de la place.

Fig. 1 – Plan des sondages sur fond de plan cadastral normalisé, avec localisation des coupes et des logs

Fig. 1 – Plan des sondages sur fond de plan cadastral normalisé, avec localisation des coupes et des logs

Échelle : 1/250.

Topographie : P. Neury ; DAO : G. Alfonso (Inrap).

2Les sondages ont mis au jour des vestiges d’occupation se rapportant principalement à la période gallo-romaine, mais également à La Tène finale et à l’époque médiévale. Le niveau supérieur des niveaux archéologiques se localise à une profondeur d’un mètre environ sous le sol actuel de la place. Le sommet du substrat granitique se situe, quant à lui, à 1,90 m de profondeur dans la partie nord, et à 1,60 m dans la partie sud.

3Seules une couche présentant en surface du substrat granitique (sondage 1) et une fosse, identifiable à un fond de silo (sondage 3 : fig. 2), témoignent d’une fréquentation du secteur au cours de La Tène finale. Il est vraisemblable que l’ensemble du secteur diagnostiqué était occupé dans l’Antiquité, car des vestiges de cette période sont présents au nord (sondage 1), comme au sud (sondage 2), mais il apparaît que le terrain a été bouleversé, voire remanié en profondeur dans certains secteurs. Cela concerne une partie du sondage 1, et surtout les sondages 3 et 4. Dans le sondage 1, plusieurs grandes fosses de récupération de matériaux sont datées de la période médiévale (ixe-xiiis.).

Fig. 2 – Vue de la fosse F3009

Fig. 2 – Vue de la fosse F3009

Sondage 3. Vers le sud.

Cliché : G. Alfonso (Inrap).

4Au nord (sondage 1), les vestiges antiques consistent en un segment de mur est-ouest, auquel est accolée une structure quadrangulaire dont la fonction n’est pas déterminée (fig. 3), deux tranchées de récupération de murs nord-sud, et des sols de mortier maigre ou de terre, présentant parfois plusieurs recharges. La composition très charbonneuse de certains niveaux traduit l’existence d’un foyer ou d’un four à proximité. En l’absence d’indice d’activité artisanale, il est probable que l’ensemble de ces vestiges appartiennent à un bâtiment à usage d’habitation. D’après le mobilier céramique, ce dernier semble avoir été occupé aux iie et iiis. apr. J.-C., mais l’existence de niveaux plus anciens (ier s.) est avérée dans un secteur au moins.

Fig. 3 – Vue de la structure M1002 et du mur M1005, recoupé à l’est par la fosse de récupération médiévale F1010

Fig. 3 – Vue de la structure M1002 et du mur M1005, recoupé à l’est par la fosse de récupération médiévale F1010

Sondage 1. Vers le sud.

Cliché : G. Alfonso (Inrap).

5Au sud (sondage 2), a été mis au jour un mur est-ouest conservé en fondation. Il est bordé, à 0,80 m au nord, par un radier de blocs de roches volcaniques recouvert par un sol de terre, qui s’étend jusqu’au mur. La céramique retrouvée dans le sol, ainsi que dans le blocage du mur, date du ier s. apr. J.-C.

6Si les données font défaut pour interpréter avec certitude cet aménagement (sa largeur nord-sud, notamment, n’a pu être appréhendée), l’hypothèse d’une voie de circulation empierrée peut être envisagée, dans la mesure où il se situe sur le passage théorique d’un decumanus de la ville antique, reconnu plus à l’est. Dans cette éventualité, l’espace le séparant du mur pourrait correspondre à une sorte de trottoir. L’absence de cette voie, supposée dans le sondage 3, pourrait s’expliquer par les remaniements du terrain intervenus dans ce secteur. On doit cependant souligner qu’elle n’a pas été retrouvée plus à l’ouest, dans le cadre d’un diagnostic réalisé dans la parcelle mitoyenne 818. Il pourrait également s’agir d’un radier de sol, mais, dans ce cas, on comprend mal pour quelle raison il ne s’étend pas jusqu’au mur.

7L’orientation des structures mises au jour dans les deux sondages est conforme à celle de la trame urbaine générale de Ruessium. Ces découvertes, corrélées à celles effectuées dans les parcelles 817 et 818 (probables habitats), fournissent un jalon sûr pour l’extension minimale de l’agglomération antique vers le sud.

8Après les phases, médiévales et peut-être modernes, de récupération de matériaux, le terrain a été nivelé, puis remblayé, au cours de l’époque moderne. C’est sans doute aussi au cours de cette période que le mur séparant les parties nord et sud de la place a été bâti.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des sondages sur fond de plan cadastral normalisé, avec localisation des coupes et des logs
Légende Échelle : 1/250.
Crédits Topographie : P. Neury ; DAO : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155765/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 2 – Vue de la fosse F3009
Légende Sondage 3. Vers le sud.
Crédits Cliché : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155765/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Titre Fig. 3 – Vue de la structure M1002 et du mur M1005, recoupé à l’est par la fosse de récupération médiévale F1010
Légende Sondage 1. Vers le sud.
Crédits Cliché : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155765/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 883k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Alfonso, « Saint-Paulien – Rue des Pas-Perdus, place Jeanne-d’Arc, place des Sabots » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 23 février 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/155765

Haut de page

Auteur

Guy Alfonso

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guy Alfonso

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search