Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20202A – Corse-du-SudPorto-Vecchio – Casteddu di Tappa

2020
2A – Corse-du-Sud

Porto-Vecchio – Casteddu di Tappa

Fouille programmée (2020)
Responsable d’opération : Kewin Peche-Quilichini

Entrées d’index

Année de l'opération :

2020

Numéro d’opération :

082091

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1L’opération conduite en 2020 sur le casteddu di Tappa visait originellement à produire un bilan documentaire sur le site et sur l’opération de fouille qui y fut menée par R. Grosjean entre 1960 et 1962 puis entre 1969 et 1971. Il était ainsi initialement prévu d’examiner les mobiliers anciens, de réaliser un plan topographique, de dresser un état sanitaire des maçonneries et de documenter les zones excavées, ces dernières n’ayant pas été l’objet d’archives. Il s’agissait donc a priori d’une campagne d’archéologie non destructive, en sus destinée à alimenter un dossier de classement aux Monuments historiques.

2L’étude des mobiliers des fouilles anciennes a permis de comprendre la dispersion planimétrique des sondages réalisés dans le casteddu (1960-1962) et dans les abris périphériques (1969-1971), ainsi que la chronologie des occupations en fonction des secteurs. Ainsi, le site semble bien occupé au Néolithique récent, comme le montrent les vestiges exhumés sous la torra sud et surtout au fond de l’abri E1. Par la suite, l’ensemble des constructions de pierre sèche est élevé au Bronze ancien, avant un abandon qui intervient vers le début du Bronze moyen. L’absence de réoccupation au Bronze final est ici à souligner. Les cavités sont réinvesties à la fin de l’âge du Fer dans le cadre d’inhumations.

3La réalisation d’un nouveau plan topographique et l’étude des maçonneries ont permis de préciser l’organisation du site, y compris sur l’axe chronologique. On a ainsi pu mettre en évidence des exemples de reprises et de transformations, aussi bien dans la torra sud que sur l’enceinte est. Le nettoyage des structures A et B, que R. Grosjean disait avoir excavées jusqu’au niveau d’implantation, a montré que du sédiment demeurait sous le niveau d’arrêt des fouilles du début des années 1960. Le site étant ouvert au public, il était nécessaire de « finir » les travaux dans ces deux édifices.

Fig. 1 – Plan topographique

Fig. 1 – Plan topographique

En jaune, maçonnerie ; en orange, parement ; en vert, empierrements réalisés dans les années 1960 ; ecn : 1 m.

Levé : M. Seguin (SRA) ; DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).

4La structure A se trouve dans le quartier nord-ouest du casteddu. La construction présente un plan trapézoïdal (environ 7 m de long pour 3,5 m de large dans son extrémité nord-est et 2 m de large pour l’extrémité sud-ouest) délimité par deux murs en pierre sèche, dont l’élévation maximale observée en fin de fouille est de 1,4 m. Le fond de la structure est constitué par une corniche rocheuse verticale sur laquelle les deux murs sont appuyés. L’accès est formé par une interruption des maçonneries au sud-ouest. Plus de 50 cm de puissance stratigraphique en place a permis d’observer trois phases. La première correspond à la construction de l’édifice, qui est alors équipé d’un grand foyer (environ 3,5 m2) construit en son centre. Les mobiliers associés sont essentiellement de gros récipients de stockage. On suppose que la structure A constituait à ce moment (milieu du Bronze ancien) un espace de stockage et de transformation. Durant la phase 2a, un foyer plus classique est installé et les mobiliers montrent une diversité accrue. On envisage que cette phase (Bronze ancien 2 ?) correspond à une mutation domestique du rôle de l’édifice, peut-être parallèlement à l’édification des torre, dans lesquelles les fonctions de stockage et de transformation sont transférées. La phase 2b est datée du Bronze ancien 2b par deux examens radiométriques. Elle correspond à un second état domestique, notamment matérialisé par un réaménagement des structures porteuses. La phase 3 est caractérisée par le creusement d’une grosse fosse au centre de la structure, dont le rôle demeure indéterminé. La fouille de R. Grosjean s’est arrêtée sur ce niveau.

5La structure B est construite à quelques mètres à l’ouest de la structure A, à peu de distance de l’enceinte nord-ouest. Contrairement à cette dernière, elle est délimitée par un soubassement orthostatique. Son plan est elliptique (longueur maximale : 510 cm ; largeur maximale médiane : 195 cm). Le remplissage conservé sous le niveau d’arrêt des fouilles anciennes varie entre 35 et 55 cm d’épaisseur. La construction du bâtiment se fait sur et contre les blocages de l’enceinte nord-ouest, en contact avec la structure C (cave), ce qui permet d’affirmer qu’il s’agit d’un ensemble synchrone. La première utilisation (phase 1) correspond à un atelier de potier matérialisé par un four en élévation de briques (?) et des ratés de cuisson. Les vestiges de cet élément exceptionnel seront étudiés en 2021. Sa chronologie précise reste à fixer mais est intégrable au Bronze ancien. Dans un deuxième temps (phase 2), cet équipement est détruit et remblayé avant qu’un foyer ne soit aménagé au centre de l’espace. On suppose que la petite structure devient alors une habitation (de taille très réduite). Le sommet de la structure de chauffe correspond à peu près au niveau d’arrêt des fouilles anciennes.

Fig. 2 – Structure B : planimétrie en phase 1

Fig. 2 – Structure B : planimétrie en phase 1

En vert, éléments de four en terre cuite.

DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).

6À terme, l’opération 2020 n’a donc pas les contours initialement attendus. Si les objectifs de révision des mobiliers anciens, de réalisation d’un plan topographique et de mise à niveau des connaissances pour les structures A et B ont été atteints, la phase de terrain a permis de montrer que l’état supposé du site était assez imprécis et que les travaux de R. Grosjean avaient surtout consisté à évacuer les niveaux formés après l’abandon, laissant en place des colmatages et autres aménagements archéologiques. Il faut d’ailleurs souligner la bonne conservation de ces vestiges, pourtant exposés à plusieurs types de dégradation depuis près de soixante ans. Dans les cas des structures A et B, on a pu montrer que les édifices ont un rôle bien spécifique lorsqu’elles sont aménagées, puis par la suite tournées vers un fonctionnement plus domestique. Ce phasage, que l’on devine aussi dans l’émergence des torre et dans les réfections de l’enceinte, s’exerce sur un laps de temps relativement court, entre 1850 et 1600 av. J.-C. Les récents travaux menés à Tappa viennent donc documenter l’émergence du phénomène des casteddi, avec l’avantage évident d’investir un site non réoccupé, tout en comblant un vide documentaire d’un point de vue historiographique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan topographique
Légende En jaune, maçonnerie ; en orange, parement ; en vert, empierrements réalisés dans les années 1960 ; ecn : 1 m.
Crédits Levé : M. Seguin (SRA) ; DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 2 – Structure B : planimétrie en phase 1
Légende En vert, éléments de four en terre cuite.
Crédits DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155887/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kewin Peche-Quilichini, « Porto-Vecchio – Casteddu di Tappa » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 23 mars 2024, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/155887

Haut de page

Auteur

Kewin Peche-Quilichini

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Kewin Peche-Quilichini

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search