Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20202A – Corse-du-SudSartène – I Stantari di u Frati è...

2020
2A – Corse-du-Sud

Sartène – I Stantari di u Frati è a Sora

Opération de sauvegarde par l’étude (2020)
Responsable d’opération : Kewin Peche-Quilichini

Entrées d’index

Année de l'opération :

2020

Numéro d’opération :

081424

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Motivé par l’aménagement d’un lotissement constitué de plusieurs maisons individuelles, un diagnostic réalisé en 2014 sous la direction de P. Tramoni avait permis de mettre en évidence une occupation de l’âge du Bronze sur la colline d’I Stantari, dans la partie basse de la moyenne vallée du Rizzanesi. Ce relief au substrat arénisé, aux contours émoussés, culmine à 49 m et se positionne en rive gauche (sud), à un peu plus de 200 m à l’ouest des pierres dressées d’u Frati è a Sora, soit sur un important axe de passage qui emprunte depuis des millénaires un gué du Rizzanesi.

2Pour différentes raisons, la fouille préventive n’a pu démarrer qu’à l’automne 2019. Elle a permis de caractériser la nature fonctionnelle du site, un habitat perché, ainsi que sa chronologie, qui s’étire entre le début du Bronze ancien et un moment probablement avancé du Bronze moyen, soit entre 1900 et 1500 av. J.-C. environ. L’organisation des différentes constructions permet d’envisager que l’aire occupée se développait sur le sommet et l’ensemble du versant méridional de l’éperon, le moins pentu, qui constitue son accès naturel. On suppose que l’habitat se poursuit vers l’est, hors emprise.

3Plusieurs aménagements spécifiques ont été mis au jour durant l’opération. Dans la partie méridionale, l’accès aux secteurs sommitaux est initialement barré par un ensemble de palissades, puis par un fossé à section en V. On imagine qu’une levée de terre (elle-même palissadée ?) doublait le caractère poliorcétique de ce dernier aménagement sur son côté amont. Dans un troisième temps, ce dispositif est volontairement colmaté et remplacé par un double mur à deux parements dont l’extension orientale laisse apparaître une partie de l’entrée aménagée du site, constituée d’une sorte de rampe transversale à la pente, installée en toute logique sur la partie sommitale d’une crête interfluviale.

4Ce moment correspond à l’aménagement d’un bâtiment sur poteaux, une probable habitation de plan elliptique (str. 1125) à l’extérieur du mur, en partie sur le tracé des palissades démontées.

Fig. 1 – Str. 1125, plan de l’habitation sur poteaux et des structures proches

Fig. 1 – Str. 1125, plan de l’habitation sur poteaux et des structures proches

DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).

5La zone protégée par les dispositifs défensifs successifs est organisée en terrasses concentriques. Celles-ci sont matérialisées par des marches creusées dans le substrat arénisé et parementées par de gros galets prélevés dans une terrasse fluviatile dont le reliquat s’étale sur le sommet de la colline. Ce secteur se caractérise par la forte érosion qui s’y exerce et qui a eu un impact important sur l’état de conservation des structures qui s’y distribuent. Au moins deux habitations de plan elliptique, délimitées par des murs à double parement, y ont été individualisées. Au nord, la structure 1021 est détruite à 95 %. Vers le sud, la structure 1027 est conservée à 65 %. Il s’agit d’un bâtiment à l’origine long de 13,6 m pour 5,6 m de large, présentant une superficie interne de près de 50 m2, implanté en terrasse. Plusieurs phases de structuration/occupation y ont été mises en évidence. Dans un premier moment (phase 1), de nombreux trous de poteau et des tranchées sablières permettent d’observer une organisation en deux nefs longitudinales et en trois pièces, avec mezzanine. La première, dans l’entrée, au nord-ouest, est un vestibule. La deuxième, au centre, est la plus grande. L’équipement inclut un foyer, une meule et un mortier en place, permettant d’établir qu’elle était au moins partiellement dédiée aux activités culinaires. La troisième, dans l’abside, dispose aussi d’un foyer, associé à une fosse. Il pourrait s’agir de la pièce de couchage. Ces trois espaces sont délimités latéralement par une tranchée sablière, qui montre l’existence de cloisons en avant du mur. La maison connaît un réaménagement postérieur (phase 3) marqué par un agrandissement du vestibule, une réfection de la paroi séparant les pièces centrale et orientale et la suppression du système de sablière périmétral. Seul le niveau d’occupation de la phase 2 est documenté, de manière incomplète (en planimétrie comme en puissance) à cause de l’érosion. Il livre des vestiges d’activités quotidiennes : cuisine, stockage, restes de faune, de glands, parures, aiguisage, etc. Celui de la phase 3 a totalement disparu. Artefacts et écofacts forment sur le site un assemblage quantitativement limité, ne reflétant que partiellement les caractères de l’industrie et de l’économie. Les vaisselles en terre cuite constituent un lot homogène au sein duquel se distinguent des éléments de tradition Bronze ancien, voire du Chalcolithique. Quelques formes sont plus spécifiquement typiques des phases initiales du Bronze moyen. L’absence de mobiliers de style exogène, notamment proto-apenninique et Grotta Nuova, est à souligner et s’intègre dans une tendance culturelle propre à l’ensemble Sartenais-Fretu entre 1700 et 1400 av. J.-C. Les formes sont celles de la vaisselle commune de table, de cuisine et de petit stockage, avec quelques récipients de type dolium. Les métallurgies sont attestées par des scories, des fragments de moules en terre cuite et un aiguisoir lithique. Des nodules d’hématite sont attestés, notamment sous la forme d’une concentration dans un secteur bien délimité de l’habitation ST 1027 (phase 2). Quelques objets isolés (parure en schiste, peson en calcaire, vase en stéatite) permettent d’envisager une diversification des activités et des réseaux d’approvisionnement en matières premières. L’industrie lithique, très originale, est largement dominée par la taille sur galet de microgranite. Les outils macrolithiques attestent d’activités agricoles et/ou de cueillette, notamment des glands. Il s’agit surtout de meules et molettes, mais aussi de mortiers, la plupart retrouvés en remploi dans des murs ou des calages de poteau. Les terres cuites architecturales, fréquentes dans quelques contextes bien qu’en position secondaire, permettent de préciser leur rôle dans les architectures et les équipements domestiques. L’analyse anthracologique est en cours et permettra de déterminer quelques aspects du paysage environnant.

Fig. 2 – Str. 1027, plan de l’habitation à soubassement maçonné et organisation de l’espace en phase 1 (Bronze ancien) et en phase 3 (Bronze moyen)

Fig. 2 – Str. 1027, plan de l’habitation à soubassement maçonné et organisation de l’espace en phase 1 (Bronze ancien) et en phase 3 (Bronze moyen)

DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).

6En conclusion, il convient de recentrer l’information sur les principaux caractères du site. I Stantari di u Frati è a Sora est un habitat perché et fortifié, matérialisé par des systèmes défensifs, des habitations et des structures connexes, établi et occupé sur une période relativement courte, entre le Bronze ancien 1 et le Bronze moyen 2. La fouille vient documenter l’origine d’un phénomène qui touche toutes les régions sud de l’île à cette époque : l’apparition et le développement de l’habitat fortifié, qui connaîtra son apogée au Bronze moyen 1 et au Bronze moyen 2. Dans ce cadre, l’identification d’un fossé, structure adaptée à une topographie ici particulière, constitue une originalité qu’il faut souligner. Les travaux ont aussi permis de compléter une réflexion sur l’évolution des formes de l’habitat et de la structuration du territoire dans la vallée du Rizzanesi, en lien avec les sites fortifiés voisins, comme Furcina et Castidetta-Pozzone, dont la mise en place paraît un peu plus récente, mais aussi quant au rapport avec les sites mégalithiques. À ce titre, la proximité, spatiale autant que chronologique, avec l’ensemble de pierres dressées d’u Frati è a Sora, constitue une association remarquable, qui doit être perçue comme une partie d’un système cohérent. Dans ce cas précis, elle s’intègre certainement dans une problématique liée au réseau viaire : les menhirs monumentalisent l’un des seuls gués du Rizzanesi. L’analyse des expressions domestiques, notamment de l’organisation et de la typologie des habitations, complète fort utilement des investigations développées récemment dans le sud de l’île et en enrichit le corpus en confirmant la mise en évidence de normes tout en diversifiant la gamme des connaissances. L’identification d’un bâtiment dont la structure n’emploie pas la pierre constitue une importante nouveauté dans ce cadre. La prise en compte des données matérielles, bien que relativement pauvres, vient confirmer les connaissances actuelles sur les processus fonctionnels, technologiques et culturels à l’œuvre au sein des sociétés corses de l’âge du Bronze, notamment concernant les sphères de production et de consommation des productions céramiques et métallurgiques. L’apport des données radiométriques (cinq datations radiocarbone) contribue dans un même élan à l’effort de définition des ensembles de référence pour la transition entre Bronze ancien et Bronze moyen dans le sud de la Corse.

Fig. 3 – Fossé défensif du sud de l’emprise

Fig. 3 – Fossé défensif du sud de l’emprise

Vue en coupe depuis l’est.

Cliché : P. Druelle (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Str. 1125, plan de l’habitation sur poteaux et des structures proches
Crédits DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 2 – Str. 1027, plan de l’habitation à soubassement maçonné et organisation de l’espace en phase 1 (Bronze ancien) et en phase 3 (Bronze moyen)
Crédits DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 3 – Fossé défensif du sud de l’emprise
Légende Vue en coupe depuis l’est.
Crédits Cliché : P. Druelle (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kewin Peche-Quilichini, « Sartène – I Stantari di u Frati è a Sora » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 18 mars 2024, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/155912

Haut de page

Auteur

Kewin Peche-Quilichini

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Kewin Peche-Quilichini

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search