Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20202B – Haute-CorseAléria – Les nécropoles : analyse...

2020
2B – Haute-Corse

Aléria – Les nécropoles : analyse spatiale d’une occupation diachronique

Prospection thématique (2020)
Responsable d’opération : Federica Sacchetti
Notice rédigée avec Franck Allegrini-Simonetti, Jean-Michel Bontempi, Philippe Écard, Antoine Farge, Catherine Rigeade et Laurent Vidal

Entrées d’index

Année de l'opération :

2020

Numéro d’opération :

082103

Nature de l'opération :

prospection thématique
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Le site d’Aléria, en Haute-Corse, a été occupé dès le Néolithique ancien. Mentionné par Hérodote en tant que colonie grecque-phocéenne au cours de la première moitié du vie s. av. J.-C., le site est occupé de manière stable par les Étrusques probablement dès 540 av. J.-C., c’est-à-dire suite à la bataille d’Alalia. En 259 av. J.-C., la cité est prise par les Romains.

2La nécropole d’Aléria est connue grâce aux fouilles réalisées entre les années 1960 et 1980 par J. et L. Jehasse. Son utilisation est à ce jour documentée entre la fin du vie s. av. J.-C. et le iiie s. apr. J.-C., soit entre la phase étrusque archaïque et la phase romaine impériale. Il s’agit de l’unique nécropole de faciès étrusque répertoriée en France, attestant, à présent, du seul site d’occupation étrusque stable en dehors de la péninsule italique.

3Interrompues pendant près de quarante ans, les recherches sur la nécropole ont repris ces dernières années grâce à plusieurs opérations à caractère patrimonial et scientifique engagées par la Drac de Corse. Deux opérations d’archéologie préventive ont permis plus particulièrement de reprendre les recherches de terrain (Écard et al. [dir.] 2019 ; Vidal et al. [dir.] 2019 ; Vidal et al. [dir.] en préparation).

4L’opération programmée de prospection thématique et sondages réalisée en 2020 s’inscrit dans la continuité de ces opérations et résulte plus spécifiquement des recherches menées sur la documentation des anciennes fouilles (Sacchetti en préparation). Ces recherches ont permis de mettre en évidence le fait que les espaces à vocation funéraire du site sont étendus bien au-delà du périmètre de la « nécropole de Casabianda », telle qu’elle est connue par les publications (Jehasse, Jehasse 1973 ; 2001). Ils se développent sur une superficie de plus de 100 ha et sont organisés en au moins 15 secteurs. Casabianda en est à la fois le plus monumental dans son ensemble, le plus méridional et le plus éloigné de l’habitat connu à ce jour. L’objectif de cette nouvelle opération a été de préciser la spatialité de la nécropole d’Aléria, et notamment d’en vérifier les limites au-delà de la vaste zone concernée par les fouilles du siècle dernier. Les recherches se sont concentrées sur la « voie funéraire », le chemin creux orienté nord-sud révélé par les anciennes fouilles à Casabianda (Jehasse, Jehasse 1973 ; Vidal et al. [dir.] 2020). Compte tenu de l’importance du réseau de voirie tant pour l’organisation de la cité romaine que pour la structuration de la cité étrusque, rituellement normée, l’étude de cet axe semblait centrale pour mener une recherche spatiale sur le site d’Aléria.

5L’analyse des images aériennes a permis de reconnaître le tracé de ce chemin au nord et sud du tronçon mis au jour à Casabianda. Au nord, il peut être suivi jusqu’à la limite méridionale de la cité romaine. Au sud, il se poursuit réorientant son axe vers le sud-ouest. Le site choisi pour les sondages se trouve 400 à 600 m au sud-ouest de Casabianda, au lieu-dit Mattonata.

6L’opération de terrain a permis de confirmer la nature du tracé identifié sur les images aériennes : un chemin creux dont le premier aménagement remonte à l’époque tardo-archaïque et un deuxième état datant de la période romaine. Sa structure stratigraphique et les différences d’aménagement le long de son développement linéaire ont pu être observées. Son caractère « funéraire », même dans ce secteur très éloigné du site connu de la ville, a également été confirmé. En effet, une tombe hypogée à chambre et dromos d’accès d’époque étrusque tardo-classique/hellénistique a été mise en évidence aux abords immédiats de la voie. La continuité d’utilisation de cet axe de circulation durant la période romaine a aussi été prouvée. À cette époque, comme à la période préromaine, des espaces d’utilisation funéraire ont continué à border le chemin sortant de la ville en direction sud – sud-ouest.

Fig. 1 – Vue de l’ensemble de la voie d’Aléria

Fig. 1 – Vue de l’ensemble de la voie d’Aléria

L’axe de Mattonata est au sud-ouest (à gauche de l’image) et celui de Casabianda, au nord-est (à droite de l’image, derrière l’allée arborée du pénitencier).

Cliché : M. Azéma, S. Kowalczyk (Drac de Corse).

7Les résultats de cette opération sont majeurs : ils permettent, d’une part, d’appréhender le développement général du site d’Aléria entre l’époque archaïque et la période romaine, et d’autre part, de poursuivre les recherches sur ses espaces à vocation funéraire. En effet, bien que les anciennes fouilles aient mis au jour 178 sépultures, les connaissances sur les pratiques funéraires et leur évolution dans le temps restent très approximatives. Encore plus lacunaire est la connaissance de l’organisation architecturale et spatiale interne des secteurs à utilisation funéraire, et il est souhaitable d’accroître les données issues d’opérations menées selon les méthodes actuelles de l’archéologie. La poursuite de ces travaux, parallèlement aux opérations de géophysique engagées sur ce même secteur depuis octobre 2020, permettra d’alimenter ces problématiques de recherche.

Haut de page

Bibliographie

Écard P., Haurillon R., Inisan M., Lattard A., Raux S., Rigeade C., Sacchetti F. 2019 : Arboratella e Pirelli C209. Une nécropole préromaine (ve/iiie siècles av. n. è.). Une nécropole à incinération (ier siècle de n. è.). Un établissement agricole impérial romain, rapport final d’opération de diagnostic archéologique, Inrap Midi-Méditerranée.

Jehasse J., Jehasse L. 1973 : La nécropole préromaine d’Aléria, Paris, Éditions du CNRS.

Jehasse J., Jehasse L. 2001 : Aléria. Nouvelles données de la nécropole, Lyon, Travaux de la Maison de l’Orient.

Sacchetti F. en préparation : Quarante ans après : la recontextualisation de la nécropole d’Aléria, in Jolivet V. (dir.), Retour à Aléria : recherches récentes.

Vidal L., Biron M., Écard P., Figueiral I., Forest V., Haurillon R., Manniez Y., Piskorz M., Raux S., Rigeade C., Seguin M., Sivan O. 2019 : Aléria (2B) Lamajone, rapport final d’opération de diagnostic, Nîmes, Inrap Midi-Méditerranée.

Vidal L., Chastagnaret R., Garnier N., Haurillon R., Simon F.-X., Seguin M. 2020 : Vérifications archéologiques préalables aux travaux de réenfouissement du site de Casabianda, rapport final d’opération de fouille archéologique, Inrap Midi-Méditerranée.

Vidal L. et al. (dir.) en préparation : La nécropole de Lamajone à Aléria, rapport final d’opération de fouille archéologique, Inrap Midi-Méditerranée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue de l’ensemble de la voie d’Aléria
Légende L’axe de Mattonata est au sud-ouest (à gauche de l’image) et celui de Casabianda, au nord-est (à droite de l’image, derrière l’allée arborée du pénitencier).
Crédits Cliché : M. Azéma, S. Kowalczyk (Drac de Corse).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 851k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Federica Sacchetti, Franck Allegrini-Simonetti, Jean-Michel Bontempi, Philippe Écard, Antoine Farge, Catherine Rigeade et Laurent Vidal, « Aléria – Les nécropoles : analyse spatiale d’une occupation diachronique » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 18 mars 2024, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/155947

Haut de page

Auteurs

Federica Sacchetti

Drac PACA (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

  • Aléria – Mattonata [Texte intégral]
    Fouille programmée (2021)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Lamajone [Texte intégral]
    Opération de sauvegarde par l’étude (2019)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse

Franck Allegrini-Simonetti

Collectivité de Corse

Articles du même auteur

Jean-Michel Bontempi

Collectivité de Corse

Articles du même auteur

Philippe Écard

Inrap

Articles du même auteur

Antoine Farge

Inrap

Catherine Rigeade

Inrap

Articles du même auteur

Laurent Vidal

Inrap

Articles du même auteur

  • Pietroso – Casa Pieraggi [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2020)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Pietroso – Casa Pieraggi [Texte intégral]
    Opération de sauvegarde par l’étude (2020)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Mattonata [Texte intégral]
    Fouille programmée (2021)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Calvi – Colle [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2021)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Lamajone [Texte intégral]
    Opération de sauvegarde par l’étude (2019)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Lamajone [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2017-2018)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Tous les textes...
Haut de page

Responsable d’opération

Federica Sacchetti

Drac PACA (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

  • Aléria – Mattonata [Texte intégral]
    Fouille programmée (2021)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search