Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20202B – Haute-CorseBelgodère – Erbaghjolu (parcelle ...

2020
2B – Haute-Corse

Belgodère – Erbaghjolu (parcelle A 1296)

Opération de sauvegarde par l’étude (2020)
Responsable d’opération : Jean-Jacques Grizeaud
Notice rédigée avec Florian Soula

Entrées d’index

Année de l'opération :

2020

Numéro d’opération :

082071

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le site d’Erbaghjolu est localisé dans l’environnement d’une zone résidentielle qui s’est développée ces dernières années sur le bas de la commune de Belgodère. Un projet immobilier prévoyant la construction de deux maisons individuelles sur la parcelle 1296 a motivé la prescription d’une fouille. Plusieurs entités archéologiques inscrites dans l’inventaire de la carte archéologique (CAG-2B-034) témoignaient de la présence de vestiges relevant des périodes préhistorique, protohistorique et antique dans l’environnement immédiat du site d’Erbaghjolu, surplombant la baie de Lozari. Le plan terrier du xviiie s. ne révèle aucune occupation humaine sur les lieux et les présente comme un territoire dévolu aux labours.

Fig. 1 – Le contexte archéologique (diagnostics) dans l’environnement du site

Fig. 1 – Le contexte archéologique (diagnostics) dans l’environnement du site

DAO : J.-J. Grizeaud (Inrap).

2La fouille du site a débuté le 9 mars pour s’interrompre le 17 mars (confinement Covid-19). Le chantier a repris le 19 mai, après une interruption de deux mois, et s’est achevé le 4 septembre 2020. La fouille, dont l’emprise couvre 2 178 m2, fait suite au diagnostic effectué en février 2019 (Grizeaud et al. 2019), qui avait révélé la présence de deux occupations sur le site, datées de la fin de la Préhistoire, avec le Néolithique final, et de l’Antiquité romaine.

3L’occupation du Néolithique final révèle la présence d’une structure composée de deux radiers latéraux, implantés sur le bord du creusement d’une grande cuvette qui entame le sol pédogénéisé et, par endroits, le substrat. Des creusements de trous de poteau, conservant rarement leurs calages, ont également été distingués. Une idée relativement précise de l’érosion naturelle et de l’arasement anthropique qui ont touché le site depuis la fin du Néolithique se dégage.

4Les aménagements antiques, avec des opérations de terrassement, ont très fortement impacté les niveaux d’occupation néolithiques. Le sédiment issu des niveaux a priori les moins remaniés a fait l’objet d’un criblage à 6 mm, révélant ainsi un très riche mobilier céramique et lithique, et permettant de disposer d’un échantillonnage de qualité. Toutes les autres structures fouillées pour lesquelles une chronologie néolithique était supposée se sont révélées être relatives et/ou appartenir à des aménagements antiques.

5Pour l’Antiquité, le site révèle cinq ensembles bâtis qui ont clairement été distingués. Parmi ces constructions dessinant un plan « éclaté », sans cohérence organisationnelle apparente des lieux (pas d’axe d’implantation privilégié), se dégage un imposant bâtiment de plan rectangulaire (Bât. 1), couvrant une superficie de 147 m2. Une seconde construction (Bât. 2), qui s’étend hors emprise vers le nord-ouest, se distingue également par la qualité apportée à son édification et son plan comportant plusieurs pièces. Trois autres bâtiments ont également été mis au jour (Bât. 3, 4, 5). Les plans de ces bâtiments de moindres proportions sont incomplets. Ces constructions utilisent à la fois des roches granitiques brutes (poudingues) et des pierres plus ou moins équarries mais calibrées pour leurs fondations apparentes.

6La fouille s’est principalement concentrée sur l’emprise du Bât. 1, qui reste pour la période de l’Antiquité l’ensemble le mieux documenté sur le site. Ce bâtiment semble s’organiser depuis deux espaces principaux implantés dans un premier temps (PCE1151 et PCE1152), d’une longueur totale de 11 m pour une largeur de 10,50 m, chacune des deux pièces couvrant une surface de 30 m2. Des réaménagements de l’espace interne de la construction ont été identifiés (cloisonnement, rajout, extension). Des creusements circulaires avec calages, repérés dans l’aire interne du grand bâtiment, semblent témoigner de la présence d’une architecture sur poteaux porteurs qui serait associée à l’élévation en pierre.

7Deux foyers « domestiques » ont été identifiés dans les pièces PCE1151 et PCE1152. Des niveaux de sol en terre battue sont également ponctuellement conservés à certains endroits de la construction.

8Les niveaux de destruction sont documentés en grande partie par de la terre cuite architecturale (tuiles tegulae et imbrices), ainsi que des blocs issus de l’effondrement des murs. Des traces de bois carbonisé associées à de la quincaillerie en fer et en bronze (agrafes, clous) évoquent des éléments de charpente et d’aménagements en bois (portes ?) ayant brûlé lors d’un incendie qui aurait détruit les lieux. Le Bât. 2 a livré quant à lui un lot de mobilier céramique appréciable. Un foyer à vocation artisanale a été partiellement documenté dans la pièce PCE1057 de cette même construction.

9L’ensemble pourrait avoir été implanté vers le changement d’ère (ier s. av. J.-C.-début ier s. apr. J.-C.). L’occupation des lieux se poursuit au iie s. apr. J.-C., pour s’achever à la première moitié du iiie s.

10L’étude de ces données de fouilles est encore en cours au moment de la rédaction de cette notice.

Fig. 2 – Plan du site : l’occupation néolithique et antique

Fig. 2 – Plan du site : l’occupation néolithique et antique

Topographie : M. Inisan ; DAO : N. Bourgarel, F. Soula, J.-J. Grizeaud (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Grizeaud J.-J., Guerre J., Ranché C., Tramoni P. 2019 : Erbaghjolu, Belgodère (Haute-Corse), parcelle A1296, rapport de diagnostic archéologique, Belgodère, Inrap Midi-Méditerranée, 90 p.

Grizeaud J.-J., Guerre J., Ranché C., Tramoni P. 2019 : Erbaghjolu Belgodère (Haute-Corse), parcelle A1296, Bilan scientifique régional Corse, Drac, SRA, p. 134-136.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le contexte archéologique (diagnostics) dans l’environnement du site
Crédits DAO : J.-J. Grizeaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Titre Fig. 2 – Plan du site : l’occupation néolithique et antique
Crédits Topographie : M. Inisan ; DAO : N. Bourgarel, F. Soula, J.-J. Grizeaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155987/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Grizeaud, Florian Soula, « Belgodère – Erbaghjolu (parcelle A 1296) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 18 mars 2024, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/155987

Haut de page

Auteurs

Jean-Jacques Grizeaud

Inrap

Articles du même auteur

Florian Soula

CNRS, Lampea (UMR 7269)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Jacques Grizeaud

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search