Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20202B – Haute-CorseBustanico – E Cammerinche

2020
2B – Haute-Corse

Bustanico – E Cammerinche

Sondage (2020)
Responsable d’opération : Audrey Jamai-Chipon
Notice rédigée avec Catherine Rigeade, Élisabeth Pereira, Hélène Paolini-Saez et Julien Pozzi

Entrées d’index

Année de l'opération :

2020

Numéro d’opération :

082100

Chronologie :

Protohistoire, âge du Fer

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1Le site d’E Cammerinche est un abri-sous-roche situé au nord du village de Bustanicu (Haute-Corse). L’abri est constitué d’un auvent en schiste de 13 m de long, incliné de 49° vers le sud. L’espace interne est de 4,20 m de long pour 3,40 m de large, avec une profondeur d’un mètre en moyenne déjà excavée lors de fouilles clandestines. L’affleurement rocheux, aux dimensions conséquentes, n’est pas isolé, et de nombreux décrochements de ce type sont visibles à proximité du site. En revanche, celui-ci en particulier a servi de carrière de meules, avec la quasi-totalité de sa surface couverte d’empreintes mais également des meules encore en place, cassées avant extraction.

2Les sondages menés en 2020 font suite à la prospection thématique ainsi qu’à l’étude de mobilier de ramassage réalisée en 2019.

3L’objectif du sondage dans l’abri principal était la mise en évidence du niveau d’installation et des premiers aménagements réalisés. Le second sondage, repéré en 2019 au nord-est du précédent, correspondait à un autre abri potentiel, mais il s’est rapidement révélé négatif.

4Le sondage dans l’abri principal a mis peu de mobilier en évidence, mais suffisamment pour confirmer la provenance du corpus étudié en 2019 et son attribution au début du premier âge du Fer. Il a également permis, contre toute attente, de mettre au jour des éléments encore en place, tel qu’un vase (US 109) utilisé comme vase-ossuaire et qui, bien que cassé au niveau supérieur, conservait un fond, une partie du profil ainsi que son contenu intact. Il était disposé à plat sur une dalle de schiste placée intentionnellement. Le contenu du vase a été étudié par l’archéo-anthropologue C. Rigeade (Inrap). Il a notamment révélé la présence d’un individu, conservé partiellement et dont les résidus de crémation ont vraisemblablement été séparés des charbons lors d’un tri. Ces éléments feront l’objet de datations lors d’une prochaine campagne.

Fig. 1 – Planimétrie de la zone du sondage de l’abri principal

Fig. 1 – Planimétrie de la zone du sondage de l’abri principal

DAO : J. Pozzi, A. Jamai-Chipon.

5Un autre aménagement a également pu être observé (US 115), avec la présence de deux blocs de schiste plantés de chant, dont l’un semble encore en place. Ils cloisonnent l’espace de l’abri au sud-est. Les autres éléments fermant l’espace au sud ont probablement versé dans le pendage ou été déplacés lors des diverses interventions précédentes. À l’est de l’abri, la présence d’un mur (MR 111) composé de dalles de schiste ferme également la zone de fouille. Son attribution chronologique reste cependant complexe. Il ne contenait aucun mobilier et les techniques de construction de ce mur ont de fortes correspondances avec les murs parcellaires actuels.

6Parallèlement à cette fouille, une étude microscopique et pétrographique a été réalisée sur le mobilier céramique du corpus de 2019, par E. Pereira (Université de Corse) et H. Paolini-Saez (LRA), afin d’identifier une ou plusieurs provenances des matières et des mobiliers. Cette étude effectuée sur une partie du mobilier présélectionnée de façon macroscopique a permis in fine de démontrer la présence de trois groupes de pâtes dont la composition est clairement identifiée. Pour l’un d’entre eux, les lames examinées montrent un apport de matériaux provenant d’une exploitation locale. Pour les deux autres groupes identifiés, le premier bénéficie aussi d’un apport d’élément local mais d’une zone géographique plus étendue, du fait de la présence de minéraux (ici, métagabbros) dont les premières formations ne sont présentes qu’à 3 km à l’ouest du site. Le dernier groupe est quant à lui composé d’une matière argileuse granitoïdique dont la provenance semble se trouver dans un cadre plus large et tend ainsi témoigner de relations extra-sites.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Planimétrie de la zone du sondage de l’abri principal
Crédits DAO : J. Pozzi, A. Jamai-Chipon.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/155992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Jamai-Chipon, Catherine Rigeade, Élisabeth Pereira, Hélène Paolini-Saez et Julien Pozzi, « Bustanico – E Cammerinche » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 18 mars 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/155992

Haut de page

Auteurs

Audrey Jamai-Chipon

Articles du même auteur

Catherine Rigeade

Inrap

Articles du même auteur

Élisabeth Pereira

Université de Corse

Articles du même auteur

Hélène Paolini-Saez

Laboratoire régional d’archéologie (Corse)

Articles du même auteur

Julien Pozzi

Haut de page

Responsable d’opération

Audrey Jamai-Chipon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search