Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire1998Projets collectifs de rechercheDépartements du Loir-et-Cher, du ...

1998
Projets collectifs de recherche

Départements du Loir-et-Cher, du Loiret et de l’Indre

Prospection aérienne (1998)
Responsable d’opération : Henri Deletang

Texte intégral

1Notre zone d’action, qui s’étend essentiellement sur les départements du Loir-et-Cher et du Loiret, a parfois débordé, par les nécessités de la navigation, sur les marges des départements de l’Indre et de l’Eure-et-Loir.

2La quasi-totalité des découvertes de 1998 provient d’indices phytographiques : la sécheresse tardive s’est répercutée sur la maturation des cultures céréalières et des prairies en produisant des contrastes de couleurs alors que la croissance régulière des plantes leur donnait une hauteur uniforme.

3Les enclos simples quadrangulaires ont une superficie variable, dans la proportion de 1 à 10. Trois d’entre eux (Prénouvellon (41) Le Clos Margot I, Saint-Denis-sur-Loire (41) La Fosse aux Bœufs, et Ouzouer-le-Marché (41) Devant Doublainville), de taille sensiblement égale, ont une interruption du fossé qui ouvre une entrée vers le nord-est. À Membrolles (41) Les Clérys de Membrolles, des « antennes » fossoyées sont peut-être des amorces d’enclos contigus ; à Tripleville (41) Les Grands Réages et à Josnes (41) Les Court Gains, de longs fossés rectilignes révèlent d’anciens parcellaires.

4Les enclos multiples comprennent deux ou trois cours ; les fossés de séparation sont parfois interrompus pour permettre un passage : Prénouvellon (41) Croix de la Borde I, Champigny-en-Beauce (41) Les Pelleries et Courtrevaux, et Musons (41) Champs Bertés. À Verdes (41) La Grande Pièce de la Ferme, les enclos qui se superposent suggèrent trois états sans qu’il soit possible de déterminer la chronologie de l’évolution du site.

5Si quelques-uns de ces enclos fossoyés ont une fonction agro-pastorale, la plupart doivent représenter les formes de « fermes gauloises » ou « indigènes » de la Beauce méridionale, ce que devraient confirmer les prospections terrestres.

6Pour plusieurs villae, les traces enregistrées sont uniquement des vestiges de substructions, bâtiments et murs d’enclos : Maves (41) Derrière Couture, Tavers (45) Grands Monçus et Petit Monçus, Chabris (36) La Jarrerie. Et on en connaît d’autres qui associent des enclos fossoyés, souvent quadrangulaires, et des substructions, traces de bâtiments en dur, plus ou moins nombreux et développés. Les missions aériennes de 1998 allongent la liste des sites découverts au cours des prospections antérieures. Dans une sériation typologique, les premières s’intègrent sans difficulté dans le groupe des villae gallo-romaines, mais les secondes, dérivées des fermes « gauloises » et où les constructions en maçonnerie traduisent une romanisation, ne devraient-elles pas constituer le groupe des « fermes gallo-romaines » ? Sans que cela implique une évolution chronologique parallèle, les trois groupes pouvant avoir existé simultanément.

7Après de nombreuses missions infructueuses, deux agglomérations secondaires antiques ont enfin révélé des traces de vestiges enfouis :

  • Pouillé (41) La Soler. Les cultures fruitières et légumières ont fait place aux champs de blé nettement plus favorables à la formation d’anomalies phytographiques. Entre les zones connues par des fouilles, et où les bâtiments sont encore visibles, le fanum au sud-est et des habitants au nord-est, sont apparues des substructions orthogonales attestant la présence de murs et de bâtiments, distribués de part et d’autre de rues qui se lisent en bandes plus claires et qui suivent la même orientation que les vestiges exhumés. Un vaste espace rectangulaire, apparemment vide de constructions, et où fut découvert un puits, pourrait être une place.
  • Suèvres (41). Au xixe s., Le Clos Saint-Simon avait livré d’importants vestiges : aqueducs, constructions luxueuses (chapiteaux, statues, dallages de marbre, tesselles de mosaïques, hypocauste,etc.). Les traces observées dans une parcelle de prairie naturelle trahissent l’existence de substructions orthogonales denses et d’une « annexe » en abside.

8Les prospections-inventaires diachroniques imposent d’être attentif à tous types de structures archéologiques potentielles. On signalera :

  • de nouvelles extensions des champs médiévaux ou post-médiévaux fossilisés, dans le val majeur de la Loire, à Courbouzon (41) ;
  • à Villerbon (41) Les Masnières une nébuleuse de points qui révèlent des puits d’extractions, de marne si l’on en croit le lieu-dit suggestif, à vérifier au sol et dans les archives ;
  • à Lorges (41), l’emplacement du château renaissance détruit au début du xixe s. et dont aucun plan n’est connu, ainsi que son vivier, comblé récemment ;
  • à Briou (41), deux traces rectilignes qui pourraient correspondre à une voie antique insoupçonnée en liaison avec l’agglomération secondaire-sanctuaire ;
  • à Faverolles (41) Le Vivier, dans le val inondable du Cher, un fanum de plan carré avec un bâtiment accolé à l’est de la galerie ;
  • à Josnes (41) Belchien, un double fossé circulaire et large, de 100 m de diamètre extérieur, qui pourrait trahir l’emplacement d’une motte arasée.

9Il nous semble important d’attirer l’attention sur la localisation précise des sites. Dans la Beauce méridionale, les remembrements successifs tendent à produire des parcelles orthogonales : ils déplacent ou suppriment des chemins ruraux, ils modifient les limites communales sinueuses et les tracent plus rectilignes, ils suppriment des lieux-dits. D’une fois à l’autre, les feuilles des sections ne couvrent pas la même superficie. Pour mentionner les coordonnées cadastrales, il importe également d’indiquer si et quand la feuille a été « révisée », « remaniée » « remembrée » et la date de la mise à jour de l’édition.

Fig. 1 – Enclos protohistorique et « fermes gauloises » en Beauce méridionale

Fig. 1 – Enclos protohistorique et « fermes gauloises » en Beauce méridionale

Dessin : H. Delétang.

Fig. 2 – Fermes et villae gallo-romaines en Beauce méridionale

Fig. 2 – Fermes et villae gallo-romaines en Beauce méridionale

Dessin : H. Delétang.

Fig. 3 – Agglomérations secondaires antiques

Fig. 3 – Agglomérations secondaires antiques

En traits épais, les vestiges connus par les fouilles.

Dessin : H. Delétang.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Enclos protohistorique et « fermes gauloises » en Beauce méridionale
Crédits Dessin : H. Delétang.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/157010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 2 – Fermes et villae gallo-romaines en Beauce méridionale
Crédits Dessin : H. Delétang.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/157010/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Fig. 3 – Agglomérations secondaires antiques
Légende En traits épais, les vestiges connus par les fouilles.
Crédits Dessin : H. Delétang.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/157010/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Deletang, « Départements du Loir-et-Cher, du Loiret et de l’Indre » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 23 avril 2024, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/157010

Haut de page

Auteur

Henri Deletang

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Henri Deletang

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search