Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202007 – ArdècheAlba-la-Romaine – Rue de la Grand...

2020
07 – Ardèche

Alba-la-Romaine – Rue de la Grande Terre

Fouille préventive (2020)
Responsable d’opération : Fabien Isnard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Isnard F. 2024 : Alba-la-Romaine, Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes : rue de la Grande Terre, rapport de fouille archéologique, Bron, Inrap, 2 vol.

Texte intégral

1Durant cette cinquième campagne de fouille consacrée au secteur de La Grande Terre, le cahier des charges de l’État a donné une priorité à l’étude concernant un alignement de foyers à pierres chauffantes, découvert lors du diagnostic de 2011. Les objectifs scientifiques de cette nouvelle opération ont été de compléter les informations concernant la mise en place et le fonctionnement de ces foyers, ainsi que l’éventuelle présence d’installations connexes. Lors du décapage général de l’emprise d’environ 5 000 m2, la découverte fortuite d’un ensemble funéraire antique autour d’un monument circulaire, révélé entre trois tranchées du diagnostic, a entraîné une modification du projet scientifique d’intervention et de notre stratégie de fouille.

Fig. 1 – Plan de la ville antique d’Alba, localisation du diagnostic La Grande Terre et des fouilles de 2013, 2014, 2015 et 2020

Fig. 1 – Plan de la ville antique d’Alba, localisation du diagnostic La Grande Terre et des fouilles de 2013, 2014, 2015 et 2020

En rouge, localisation de la Villa du Clos, des nécropoles de Saint-Pierre et Saint-Martin et du premier mausolée d’après J. Dupraz.

DAO : F. Isnard, P. Rigaud (Inrap).

2Un phasage des vestiges a été rendu possible grâce à l’étude des caractéristiques géomorphologiques du site par Eymeric Morin (Inrap Ara). Sur ce versant occidental du vallon de La Grande Terre, un niveau de paléosol pédologique, développé à la partie supérieure de nappes sédimentaires colluviales emboîtées, s’est formé de manière probable avant la transition Néolithique final/Bronze ancien, et a pu perdurer pendant une majeure partie de la Protohistoire, et ce jusqu’aux environs du ve s. av. J.-C. C’est un élément nouveau, non reconnu jusqu’alors, utile à la compréhension du site. L’existence d’une phase de relative stabilité morphologique et paysagère pendant cette longue période sur ce versant septentrional de la Grande Terre est ici soulignée.

3Après le développement de ce paléosol, potentiellement dès le second âge du Fer et jusqu’au cours de la période historique, la reprise de la sédimentation colluviale est observée, sans interruptions notables marquées par le développement d’horizons pédologiques, même au cours de la période romaine.

4Après cette pédogenèse, des conditions humides ont perduré sur le site, avec un haut niveau moyen de la nappe phréatique, probablement favorisé par l’engorgement sédimentaire dans le fond du vallon.

5Selon les données du diagnostic de 2011, un horizon d’occupation démantelé du Néolithique final se dessine autour du talweg central de La Grande Terre. Sur un peu plus de 3 ha, du mobilier lithique a été récolté et pourrait mettre en valeur une occupation primitive mal conservée. Ce mobilier résiduel, représenté par une quarantaine de pièces taillées, a été piégé dans des couches anthropisées ou des structures plus récentes, tels que les fossés protohistoriques ou antiques. Seule une fosse inventoriée au cours du diagnostic, au nord-est du site, a été enregistrée comme une structure attribuée au Néolithique final.

6La fouille de la parcelle D 1884/D 1885 de 2014 a livré un assemblage lithique résiduel daté du Chasséen final, piégé dans le remplissage d’un fossé/chemin creux. C’est dans ce contexte résiduel que l’horizon néolithique a été inventorié lors de cette campagne de 2020. Quelques céramiques en place, potentiellement associées à des fonds de fosses et d’autres fosses sans matériel, ont été relevées dans les niveaux les plus anciens. Ces vestiges ténus sont associés à un lot conséquent de 123 pièces en silex, dont une partie a été piégée et regroupée dans une dépression oblongue. L’étude de ce matériel met en valeur une industrie issue du Néolithique final. Il est à noter que, selon Raphaëlle Guilbert-Berger (Inrap Midi-Méditerranée), certaines pièces, comme les grattoirs sur éclats, pourraient avoir été réemployés, voire taillés aux périodes du Bronze moyen et final.

7La présence diffuse de ce matériel renforce donc l’idée d’une occupation de plaine dès le Néolithique moyen, et, plus vraisemblablement, au Néolithique final/Bronze ancien, en relation dans le cadre de cette fouille, avec un paléosol stable entre la fin du Néolithique final et le premier âge du Fer.

8Au cours du diagnostic, de nombreux vestiges ont été attribués au premier âge du Fer. Il s’agit de foyers à pierres chauffantes, de fosses, de fossés et chemins creux, dont les remplissages ont livré de nombreux tessons de céramique bien datés.

9Sur les 7 ha diagnostiqués, les vestiges concernant cette période se concentrent surtout au centre de l’emprise, autour du talweg central. En ce qui concerne la partie orientale, la fouille de 2013 a démontré l’existence d’un axe de circulation, semblable aux chemins creux connus pour les mêmes périodes en Gaule méditerranéenne. La fouille de 2014 a permis de préciser l’origine de cet axe et sa mise en place. Le profil des différentes coupes transversales réalisées, ainsi que la présence avérée de structures foyères en creux à l’intérieur du creusement de la voie, permettent d’envisager l’emplacement originel de cet axe de circulation vers le sud.

10La fouille de 2015 a mis en valeur l’exploitation d’un large fossé drainant central entre la fin de l’âge du Bronze et la fin du premier âge du Fer. Cette occupation intense du terroir pendant le premier âge du Fer est néanmoins dépourvue de niveaux de sols conservés. Seules les structures en creux, fossoyées profondément, ont été préservées de l’érosion intense du coteau et du sous-solage contemporain. La batterie de foyers à pierres chauffantes bien conservée est associée à des niveaux de sols peu marqués sur l’autre versant, difficiles à identifier en pleine campagne. Les chemins creux datés de cette période sont ténus et peu marqués dans le paysage. Leurs présences multiples attestent une circulation et une exploitation précoce du terroir dès la fin de l’âge du Bronze.

11Durant cette campagne de fouilles, les niveaux d’occupation du premier âge du Fer jusqu’au ve s. av. J.-C. n’ont, encore une fois, pas été identifiés précisément. La ligne de foyers à pierres chauffantes, pourtant très bien conservée, est malgré tout trop érodée en surface pour permettre une conservation éventuelle du niveau de circulation initial. Au final, avec un paléosol ancien assez épais, qui a peu évolué entre le Néolithique final et le ve s. av. J.-C., les structures en creux associées au paléosol, mais sans matériel, ont été difficilement datables.

12Selon Éric Durand (Inrap Ara), le corpus céramique est peu important pour cette campagne (291 NR) par rapport aux autres années et il ne permet pas d’affiner les informations concernant ces niveaux protohistoriques. Le bilan quantitatif 2020 est très inférieur aux résultats des fouilles précédentes (2 098 NR et 76 NMI en 2013, 3 567 NR et 158 NMI en 2014, 550 NR et 24 NMI en 2015). Cette raréfaction d’artefacts protohistoriques a déjà été mise en valeur lors du diagnostic de 2010-2011 pour le fond du talweg et la partie occidentale du site. Durant la campagne 2020, parmi ces dépôts sédimentaires remaniés, les éléments céramiques attribuables au ve s. av. J.-C. sont les plus représentés. De façon classique, la céramique non tournée domine le lot avec 284 NR répertoriés (98,3 % du total). Parmi les 21 formes typologiques mises au jour, on note quatre bords de vases fermes, un bord de coupe à bord rentrant, cinq fonds plats, un fond annulaire, trois bords de couvercle, cinq décors imprimés, une panse peignée et un objet mal conservé qui pourrait être une fusaïole.

13Quelques rares tessons de céramique importée, marqueurs chronologiques fiables, complètent et confirment la datation. Il s’agit d’un tesson de céramique tournée régionale grise monochrome et de cinq fragments d’amphore massaliète, dont un bord produit entre 510 et 475 av. J.-C. Après un premier test négatif d’analyse de résidus organiques sur un fond d’amphore en 2015, une seconde tentative a été réalisée sur un fragment de panse issu d’un horizon de colluvionnement. Le test a été positif, avec la présence détectée de corps gras d’animal non-ruminant, une faible quantité de poix de conifère et la présence confirmée de raisin noir, toutefois analysé comme non fermenté.

14Au niveau des restes fauniques attribués à cette période, neuf fosses-foyers, sur les seize que compte cet ensemble, ont été analysés par Dominique Lalaï (Inrap Ara). Ces structures ont livré un lot conséquent d’ossements (347 NR dont 288 brûlés), très fragmentés et peu identifiables, mais qui peuvent refléter des déchets de l’alimentation carnée, au sens large. La présence de petits restes brûlés (carbonisation/calcination) témoigne de rejets dans des foyers en fonctionnement. La faiblesse des données ne permet pas de se prononcer sur la quasi exclusivité de la participation bovine observée, ainsi que sur la distribution anatomique des ossements retrouvés.

15Une cinquième étude d’outillage macrolithique, réalisée par Jean-Luc Gisclon et Sylvie Cousseran-Néré (Inrap Ara), est venue compléter les quatre autres séries effectuées dans le cadre des post-fouilles des opérations précédentes. La série de quatorze artefacts, issue de la fouille de 2020, vient compléter la série de 68 pièces d’outillage macrolithique déjà étudiée sur le secteur de La Grande Terre (8 en 2011, 19 en 2013, 30 en 2015 et 11 en 2017). Le matériel de mouture est à 64,3 % en basalte, 28,6 % en grès, et un seul outil en calcaire. Cette étude suggère que l’absence de gros enlèvements de taille sur le site indique que la mise en forme globale des meules a été probablement réalisée sur le site de ramassage ou d’extraction. La présence d’un gros percuteur retrouvé dans ce lot pourrait indiquer qu’une partie du façonnage de la morphologie des meules (martelage ou bouchardage) a pu être faite sur place, même si ce type de gros percuteur a pu être dédié à d’autres activités que la taille de meule.

16Les meules de cette série sont de forme ovalaire ou quadrangulaire. La majorité des molettes sont de forme ovalaire ou trapézoïdale à section variable et surface active plane. Ces séries d’outils de mouture ont des caractéristiques morphométriques et typologiques assez similaires à celles d’autres sites ardéchois. Une molette courte, de forme circulaire, et quatre meules de forme quadrangulaire de forme ovoïde et trapues correspondent aux critères des outils ardéchois attribués au Bronze final/premier âge du Fer.

17La découverte majeure pour cette période reste la mise au jour d’un alignement de seize foyers à pierres chauffantes. Issu d’un schéma de diffusion depuis les régions helvético-germaniques vers un large quart sud-est de la France, la cartographie des sites à batterie de foyers protohistoriques met en relief une grande concentration en vallée du Rhône, Massif central et Provence. La fouille 2020 de ce nouvel alignement de seize foyers à pierres chauffantes implanté à Alba-la-Romaine vient évidemment enrichir le corpus des sites à batteries de foyers protohistoriques connus dans le quart sud-est de la France. En plus des quatorze sites à alignements répertoriés en Paca, on peut mentionner dix-sept sites supplémentaires médio-rhodaniens présentant un alignement longitudinal ou un foyer isolé de même type et même datation. Parmi cet ensemble, il est à noter, ici, que la très grande majorité des sites à batterie de foyers présente des alignements principalement longitudinaux, comme c’est le cas, par exemple, avec les deux grands alignements parallèles de Châteauneuf-du-Rhône.

18Ces batteries de foyers alignés, si elles sont synchrones, pourraient évoquer un abattage massif imposé par une situation particulière. La taille calibrée des foyers de ces séries évoque la cuisson, le séchage ou le boucanage d’une bête entière ou découpée, mais complète. Le retour d’une chasse communautaire importante, où l’on va traquer puis rabattre un troupeau sauvage vers un lieu d’abattage massif, pourrait correspondre à ces critères. Cette technique permet de ne pas transporter le gibier un fois abattu, mais de profiter d’un important groupe de chasseurs pour rabattre le troupeau au plus près du lieu d’habitat. Ces techniques de chasses sont connues et ont été éprouvées largement, dès l’époque néolithique au Moyen-Orient. Une autre hypothèse pourrait être évoquée avec les mêmes contraintes d’un abattage synchrone de plusieurs bêtes mais d’avantage régulier et prosaïque. On peut imaginer un abattage sélectionné de troupeaux à l’entame de l’hiver pour se constituer des stocks de viande séchée ou boucanée. On ne garde que les reproducteurs et on évite ainsi de nourrir trop de bêtes en hiver, période imposant des conditions environnementales plus difficiles. Plusieurs études évoquent cette organisation temporelle des activités de subsistance pour les périodes antérieures au Moyen-Orient et dans le sud-est de la France.

19Enfin, une troisième hypothèse pourrait être développée, plus économique et en rapport avec des communautés constituées de fermes isolées mais rassemblées sous une même autorité, comme cela est régulièrement évoqué pour le premier âge du Fer : on pourrait imaginer un lieu d’abattage massif le long d’un axe de circulation, permettant au « chef local » de vérifier et éventuellement taxer les productions de ces fermes isolées, rassemblées pour l’occasion sous une même communauté.

20Au niveau du site de La Grande Terre, nous avons pu mettre en évidence, lors des fouilles précédentes, la présence d’un habitat de rang plutôt élevé à partir des vestiges retrouvés dans un fossé/chemin creux. La présence d’une forge produisant des objets de parure, le fort pourcentage de céramique importée (autour de 10 %), comparable aux sites majeurs de la moyenne vallée du Rhône, ainsi que la fabrication de vin dès le ve s. av. J.-C., montrent qu’il s’agit vraisemblablement d’un site majeur pour la région. Ces nouvelles interprétations sont à prendre en compte dans un contexte où des nouveaux sites de foyers à pierres chauffantes sont très régulièrement mis au jour. Les caractéristiques morphologiques, quantitatives et chronologiques sont régulièrement identiques, mettant en relief cette pratique visiblement répandue, et donc habituelle pour cette période.

Fig. 2 – Plan général des vestiges phasés au 1/500, emprise du projet et localisation des logs stratigraphiques

Fig. 2 – Plan général des vestiges phasés au 1/500, emprise du projet et localisation des logs stratigraphiques

Cliché et DAO : M. Ocadiz, N. Saadi (Inrap).

21Pour la période antique, l’essentiel de l’occupation est représenté par un petit ensemble funéraire constitué d’un monument circulaire entouré de plusieurs tombes datées du Haut-Empire, situé le long d’un cheminement. Le monument circulaire abrite une tombe centrale fondatrice, et plusieurs autres dépôts. Il est entouré d’un ensemble de 23 structures funéraires, dont douze dépôts mixtes, sept dépôts de résidus, un bûcher et trois inhumations. Le monument funéraire a probablement été construit en amont de l’installation de la première tombe, du vivant du commanditaire, comme il est d’usage pour ce type de constructions durant le Haut-Empire. Ce monument circulaire possède vraisemblablement un accès intérieur et est probablement couvert d’un toit. La largeur classique du mur de couronne et la chambre funéraire réutilisée pour plusieurs tombes successives montrent qu’il ne s’agit pas d’un mausolée de type tumulus, comblé de terre et couvert d’un tertre. La hauteur des fondations, la présence d’une ouverture et d’un système de drainage extérieur imposant, sont autant d’éléments architecturaux qui plaident en faveur d’un édifice couvert, avec une chambre funéraire plutôt qu’un simple enclos. La présence de plusieurs dépôts à l’intérieur, mais également une majorité de tombes réparties à l’extérieur, renforcent l’hypothèse d’un monument fermé et couvert. Au cours de la première moitié du ier s. apr. J.-C., la première tombe de cet ensemble vient prendre place parfaitement au centre du monument, profondément enfouie à plus de 0,50 m sous le sol de la chambre funéraire. D’autres sépultures vont venir rapidement s’agglomérer à l’intérieur et à l’extérieur de ce monument au cours du premier siècle. Cet ensemble funéraire, réduit en nombre et dans l’espace, va accueillir des sépultures jusqu’à la fin du iie ou le début du iiie s. apr. J.-C.

22L’espace sépulcral s’est surtout développé au sud du monument alors que simplement trois tombes se sont installées au nord autour de la porte d’entrée. Le marquage aérien des dépôts a dû être suffisant et entretenu, car quasiment aucune tombe ne se recoupe pendant l’utilisation d’environ deux siècles de cet espace funéraire. Plusieurs tombes remarquables forment cet ensemble riche en objets et offrandes dans la tradition du Haut-Empire. La tombe DP 5056 contient un gobelet en verre à dépression complet, sans équivalent pour cette période. La tombe DP 5058 renferme une serpette en fer usagée, bien conservée. La tombe d’enfant SP 5353 richement parée nous livre une intaille en verre de belle facture.

Fig. 3 – Plan de l’ensemble funéraire

Fig. 3 – Plan de l’ensemble funéraire

Échelle : 1/100.

DAO : F. Isnard (Inrap).

23Une tombe particulièrement abondante en mobilier, DP 5294, datée du iie s. a attiré notre attention. Cette tombe remarquable a livré une quarantaine de dépôts primaires et secondaires, dont huit céramiques complètes toutes différentes, une cruche en verre, deux balsamaires, deux miroirs en bronze, des miniatures en plomb représentant des sandales, patère et strigiles, un volumen et une bague en or.

Fig. 4 – Mobilier métallique du dépôt mixte DP 5294, miniatures sandales et patère en plomb

Fig. 4 – Mobilier métallique du dépôt mixte DP 5294, miniatures sandales et patère en plomb

Clichés : M. Gagnol, D. Gliksman, DAO : M. Gagnol (Inrap).

24Un seul bûcher individuel en fosse, aux parois rubéfiées, BU 5295, est associé à cet ensemble funéraire. Situé à l’extérieur du monument funéraire, le corps d’un sujet adulte, disposé sur le bûcher et peut-être sur une litière, a été brûlé et ses restes calcinés se sont enfoncés progressivement dans la fosse de la taille du défunt. À la fouille, les parties anatomiques sont correctement réparties dans la fosse et la masse d’os calcinées, proche d’un kilogramme, pourrait représenter la totalité du corps, bien que l’on ne puisse pas écarter la possibilité d’un prélèvement pour constituer un ossuaire destiné à un dépôt secondaire. La présence de deux vases en dépôts secondaires atteste l’importance de ce lieu dans le rituel funéraire.

25La dernière tombe qui vient clore l’utilisation de cet espace est une inhumation d’adulte, qui est la seule sépulture qui recoupe et oblitère plusieurs dépôts de crémations antérieurs. Cette tombe, marquée en surface par une petite levée de terre et de pierres, est scellée par une couche d’éclats calcaire correspondant à l’abandon du monument.

26Cette couche d’abandon, retrouvée à l’intérieur et développée en couronne à l’extérieur du monument, correspond probablement à l’abandon de celui-ci et à la récupération de ses matériaux de construction durant l’Antiquité tardive.

27Cet ensemble funéraire complet, de petite taille, regroupé autour d’un monument funéraire ostentatoire, a tous les critères d’une nécropole familiale. Comme cela a déjà été relevé par ailleurs, villa et tombeau monumental sont fréquemment associés à cette période. Il est ainsi fortement probable que l’ensemble funéraire de La Grande Terre soit en lien avec la villa du Clos, située à environ 300 m au nord-est, surplombant légèrement le monument. Cette grande villa, occupée entre le ier et le iiie s. apr. J.-C., est synchrone des périodes d’occupation de la nécropole. Cette villa a fait l’objet d’une fouille dans les années 2000 et son exploitation de type viticole reste encore sujette à caution.

28Cet ensemble funéraire familial disposé le long d’un axe de circulation fréquenté n’est probablement pas le seul sur le secteur de La Grande Terre. Un autre dépôt secondaire de résidus de crémation en fosse, daté de la seconde moitié du iie s. ou du début du iiie s. apr. J.-C., a été découvert lors du diagnostic de 2011. Il renferme un objet en fer, instrument d’écriture ou de médecine, ayant appartenu au sujet, indiquant un statut social élevé. Situé à 130 m au nord de l’ensemble funéraire caractérisé ici, ce dépôt pourrait faire partie d’une seconde grappe de sépultures, située le long de cet axe de circulation antique à travers La Grande Terre.

29Le territoire des Helviens n’a pas fait l’objet d’une centuriation systématique, même si, en périphérie de la ville antique, des traces d’une division géométrique du sol ont été mises en évidence. Ces propos issus de travaux de carto-interprétation ont été confirmés par le diagnostic de 2011, avec la mise au jour de cinq tronçons de fossés reconnus dans 22 sondages. Implantés sur la quasi-totalité de l’emprise, ils complètent les données voisines collectées sur le site d’Entrechaux 1, avec la présence également d’un fossé antique daté des iie-iiie s.

30Les structures fossoyées de La Grande Terre pourraient certainement appartenir à un réseau implanté dans le domaine agricole de la villa du Clos. Si la fonction structurante de type axe de cadastration ou parcellaire est hypothétique, la volonté de drainer et de mettre en valeur ce micro bassin-versant est assurée. Comme pour les fossés laténiens, l’analyse malacologique de Sophie Martin (Inrap Midi-Méditerranée) réalisée en 2011 sur quatre fossés gallo-romains renvoie à un paysage ouvert et à une exploitation pastorale du site entre le ier et le iiie s.

31Cinq orientations différenciées, et non calées sur les axes de la villa du Clos et sa voirie ou sur le fossé d’Entrechaux 1, ont été observées. Deux phases chronologiques ont pu être discriminées à partir des quelques tessons de céramique (76 fragments retrouvés en 2011) contenus dans les comblements d’abandon des fossés mis au jour dans 22 sondages.

32Le faible impact des travaux agricoles et le fort recouvrement sédimentaire sont les raisons du très bon état de conservation général de ces éléments fossoyés. La première génération de fossés, attribuée au ier s., présente une longueur conservée sur 200 m, une largeur maximale de 2,20 m et une puissance de 1 m. Le fossé le plus à l’ouest, qui date de la seconde moitié du iie ou du début du iiie s., a été observé sur 250 m de développement. Les cinq fossés ou canaux drainants, qui ont été mis au jour sur le secteur de La Grande Terre, ont été différenciés selon leur implantation géographique.

33Le canal est, recoupé dans dix sondages du diagnostic, fouillé en 2013 et 2014, se poursuit sur plus de 300 m aligné sur un tronçon de voie romaine retrouvé lors de la fouille de la villa du Clos.

34Le fossé drainant ouest a recoupé également une dizaine de sondages du diagnostic et a été suivi sur plus de 300 m, recoupant la fouille de 2020 au niveau d’un franchissement.

35Le canal central, qui remplace le fossé drainant exploité de la fin de l’âge du Bronze à la fin du second âge du Fer, reprend le tracé précis de la ligne du talweg central. Le canal, qui croise la fouille de 2020 à l’extrême nord de l’emprise, paraît pouvoir se connecter au fossé central.

36Le dernier canal, hors emprise, au sud, suit une orientation ouest-est et pourrait se connecter au fossé ouest.

37De nombreux drains et caniveaux ont été relevés lors du diagnostic et dans l’emprise de cette fouille de 2020. Bien que souvent comblés de matériel antique, ils sont néanmoins difficiles à relier stratigraphiquement à cette période dans l’emprise de la fouille et datent vraisemblablement de la période médiévale ou moderne.

38Au niveau du secteur de La Grande Terre, une vingtaine d’installation drainante a déjà été fouillée. Les tronçons de fossés et canaux mis au jour au cours des fouilles 2013, 2014, 2015 et 2020 confirment la mise en valeur du terroir agricole dans ce secteur de la plaine d’Alba et permettent de renforcer les propositions de datation sur la mise en place de ce parcellaire. Trois axes de circulation, reliés stratigraphiquement à la période antique, ont été inventoriés lors de cette fouille (VO 5012, VO 5092 et VO 5503). La présence de matériel antique tardif (boucle de harnais de cheval) sur le bas-côté du chemin nord-sud indique une utilisation prolongée de cet axe de circulation, qui longe le monument funéraire.

39Ces nombreuses investigations permettent de rattacher ce parcellaire agricole à la villa du Clos, située à 300 m au nord-est de la fouille. Cet établissement rural est occupé au cours des ier et iie s. apr. J.-C., puis connaît une courte période d’abandon, avant d’être réinvesti entre la fin du iiie s. et le début du ive s. Les nombreux bâtiments qui le composent sont aménagés selon différentes orientations, comprises entre 2°7” et 12°5” à l’ouest par rapport au nord. Ils bordent une voie large de 6 m, axée à 8°8” à l’ouest par rapport au nord. Ces variations d’orientation, entre le réseau viaire et la villa et au sein même de la villa, relativisent les différences observées entre les fossés mis au jour à La Grande Terre et les aménagements découverts au Clos. Il semble que tous s’organisent selon une trame principale, dont l’orientation moyenne est de 8° ouest par rapport au nord.

40Les linéaments, repérés en parties médiane et occidentale du diagnostic, montrent une orientation moyenne de 20° ouest par rapport au nord.

41Cet écartement par rapport à la trame précédente peut avoir plusieurs origines : soit nous sommes en présence d’un aménagement plus tardif, aux iie-iiie s., comme le laissent supposer les données du diagnostic, soit il s’agit d’une adaptation à la topographie antique.

42Les nombreuses structures antiques repérées au diagnostic et lors des différentes fouilles (drains, caniveaux maçonnés, pont, chemins agricoles) démontrent l’attractivité qu’a exercée le secteur de La Grande Terre et son importante structuration au cours du Haut-Empire. Différents vestiges médiévaux et modernes viennent compléter cette occupation. Ils concernent essentiellement des installations de drainage empierrées soigneusement construites. Ces structures recoupent latéralement la parcelle et viennent s’interrompre le long du cheminement antique VO 5049/5012, lequel a vraisemblablement évolué, et est en partie comblé au fil du temps.

43Ces cinq installations de drainage, bien conservées, traversent toutes le terrain d’ouest en est, pour s’interrompre subitement ou s’incurver vers le sud. Cette impression générale est dictée par le sens de la pente du nord vers le sud, avec, potentiellement, un collecteur principal au niveau de la ligne de talweg de la zone. L’interruption soudaine des deux drains transversaux DR 5048 et 5125 pourrait indiquer leur écoulement dans un chemin creux, qui aurait perduré pendant la période médiévale et moderne, mais qui est d’origine antique.

44Ce cheminement traverse cette parcelle vers le sud, en direction du ruisseau du Bourdary. Son franchissement est assuré par un pont en pierre à arc plein cintre, ce dernier pouvant être d’origine médiévale ou même antérieure.

45Ces drains/canaux drainants, parallèles entre eux, reflètent les multiples tentatives d’assainir cette parcelle depuis l’Antiquité, sans pour autant y parvenir de manière satisfaisante, puisque le bas de la parcelle, trop humide, n’a finalement jamais été exploité et labourée à l’époque moderne, laissant intact l’ensemble funéraire scellé sous à peine 0,40 m de terre végétale. Ainsi, avec ces dernières installations de drains ou de canaux drainants, on prend la mesure de la difficulté au cours des âges, de l’âge du Bronze à l’époque moderne, de bien drainer cette parcelle, particulièrement humide et sujette aux battements saisonniers de la nappe phréatique.

46Cette cinquième campagne de fouille sur le site de La Grande Terre confirme la richesse et la densité de son occupation au cours des âges, et confirme son statut de site de référence pour l’Ardèche méridionale et la moyenne vallée du Rhône.

Haut de page

Bibliographie

Durand É. 2012 : Alba-la-Romaine, Ardèche, Rhône-Alpes : la Grande Terre, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Ferber E. 2005 : Alba-la-Romaine, Ardèche, Rhône-Alpes : le Clos, rapport de fouille, Bron, Inrap.

Isnard F. 2015 : Alba-la-Romaine, Ardèche, Rhône-Alpes : la Grande Terre, parcelle D 1884, rapport de fouille, Bron, Inrap.

Isnard F. 2017 : Alba-la-Romaine, Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes : la Grande Terre, parcelles D 1862-D 1878, rapport de fouille, Bron, Inrap.

Ratsimba A. 2014 : Alba-la-Romaine, Ardèche, Rhône-Alpes : la Grande Terre, rapport de fouille, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de la ville antique d’Alba, localisation du diagnostic La Grande Terre et des fouilles de 2013, 2014, 2015 et 2020
Légende En rouge, localisation de la Villa du Clos, des nécropoles de Saint-Pierre et Saint-Martin et du premier mausolée d’après J. Dupraz.
Crédits DAO : F. Isnard, P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/157473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 943k
Titre Fig. 2 – Plan général des vestiges phasés au 1/500, emprise du projet et localisation des logs stratigraphiques
Crédits Cliché et DAO : M. Ocadiz, N. Saadi (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/157473/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 3 – Plan de l’ensemble funéraire
Légende Échelle : 1/100.
Crédits DAO : F. Isnard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/157473/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Fig. 4 – Mobilier métallique du dépôt mixte DP 5294, miniatures sandales et patère en plomb
Crédits Clichés : M. Gagnol, D. Gliksman, DAO : M. Gagnol (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/157473/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Isnard, « Alba-la-Romaine – Rue de la Grande Terre » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 24 mai 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/157473

Haut de page

Auteur

Fabien Isnard

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabien Isnard

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search