Navigation – Plan du site
2013

Brive-la-Gaillarde – Galop, Grotte du Loup

n°3274
Responsable(s) des opérations : Alexandre Michel
Notice rédigée par : Alexandre Michel

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.455;45.105;1.573;45.186

1Le gisement du Loup (anciennement grotte de la Gaillardie) est localisé sur la commune de Brive-la-Gaillarde, au lieu-dit Galop. Située au cœur du bassin de Brive, la grotte du Loup est un pseudo-karst creusé dans les grès attribués au Permien.

Rappels historiques

2La première intervention sur le site fut réalisée sous la conduite de J. Bouyssonnie qui effectua un sondage devant l’entrée de la cavité au cours des années 1930. Il faudra ensuite attendre 1965 pour qu’un second sondage de 2 m2 soit réalisé par J.-L. Couchard. La fouille systématique du gisement aura lieu entre 1966 et 1972 sous la direction de G. Mazière. Une superficie de plus de 100 m2 sera alors fouillée.

3La stratigraphie mise en évidence par G. Mazière et J.-P. Raynal, qui assura l’étude géologique du remplissage, est complexe et indique l’existence de plusieurs sous-niveaux au sein de chaque couche et des différences notables dans la stratigraphie des différentes zones fouillées (chantiers 0, 1 et 2). Dans ses grandes lignes, la stratigraphie relevée dans la grotte du Loup et à l’extérieur d’elle comprend cinq niveaux. La couche 1, sommitale, présente des industries mélangées datant du Moyen Âge et du Paléolithique (Châtelperronien, Aurignacien, Gravettien ancien et Solutréen). La couche 2 est attribuée à une phase récente de l’Aurignacien. Les fouilleurs décrivent ensuite un niveau archéologiquement stérile, ou considéré comme tel, qui sépare cet Aurignacien de deux niveaux (couches 4 et 5) châtelperroniens.

4Compte tenu de l'importance d'une telle séquence dans les débats sur la disparition de l'homme de Néandertal et sur les modalités d'apparition du Paléolithique supérieur, nous avons engagé en 2012 un projet de reprise du site. Les travaux entrepris ont alors consisté à entamer la révision des séries lithiques issues des fouilles Mazière, avant de réaliser une campagne de fouille essentiellement destinée à remettre en état le gisement et à évaluer le potentiel informatif des témoins encore en place. La campagne de 2013, dernière année de reprise des fouilles, a permis de remplir les différents objectifs fixés en amont.

Étude des anciennes séries

5Si l'état actuel de la série a limité certaines analyses (couches non triées et matériel partiellement lavé) et ralenti l'avancée de nos recherches, les résultats obtenus apparaissent toutefois significatifs. Ainsi, si l'attribution de la couche 2 à l'Aurignacien récent (phase à burins busqués déstructurés) et des couches 4 et 5 au Châtelperronien a pu être confirmée, il est cependant apparu que la couche 3, décrite comme archéologiquement stérile par G. Mazière, ne l'est pas.

6L'analyse taphonomique, couplée à l'analyse des archives des fouilles Mazière, a également permis de mettre en avant l’existence de problèmes dans l’attribution des niveaux. Ainsi, concernant le Châtelperronien par exemple, les projections réalisées ne laissent pas clairement transparaître l'existence de deux niveaux distincts. D'ailleurs les très fortes similitudes techno-économiques observées entre les ensembles 4 et 5, associées à la présence de nombreux raccords inter-couches, semblent plaider en faveur d'un unique niveau châtelperronien.

7De fortes présomptions de mélanges existent également pour le fond de la cavité. L’utilisation de la grotte comme clapier pourrait en être à l’origine.

8Enfin, le diagnostic tracéologique réalisé sur les séries Mazière s’est révélé positif, et augure de bonnes perspectives. Toutefois, ce dernier a mis en évidence l’existence d’une patine plus prononcée à l’avant de la cavité, rendant délicate la lecture des vestiges. Il s’agit malheureusement du secteur où les séries semblent être les plus homogènes.

Opération de terrain

9Les fouilles de la grande coupe-témoin laissée sur la paroi gauche (vue depuis l’intérieur) et sur le fond de la cavité (fig. 1) ont été poursuivies cette année. Nous avons également procédé à la vidange et à la remise en état d’un sondage profond réalisé par G. Mazière à l'entrée de la cavité. Les données stratigraphiques ont ainsi pu être intégrées à celles obtenues pour la coupe-témoin.

10Pour la grande coupe-témoin, l’intégralité de la séquence a pu être fouillée. Les cinq niveaux décrits par G. Mazière ont pu être retrouvés et documentés (tabl. 1 et fig. 2). Les deux campagnes nous auront permis de récolter environ 1 400 vestiges lithiques. La plupart (près d’un millier d’objets) proviennent des niveaux châtelperroniens C et C’ (anciennement 4 et 5).

Tabl. 1 : Le Loup

Corrélation entre les niveaux décrits par G. Mazière et ceux trouvés lors des fouilles récentes et attributions chrono-culturelles

Niveaux Mazière et Raynal

Fouilles 2012-2013

Attribution chrono-culturelle

1

Humus

Aurignacien remanié

2

A

Aurignacien

3

B

Châtelperronien

4

C

Châtelperronien

5

C’

Châtelperronien

11Plusieurs charbons ont également pu être récoltés, principalement dans les niveaux châtelperroniens, et certains ont pu être envoyés pour datation (Beta Analytics, Miami, États-Unis).

12Un sondage pratiqué dans le fond de la cavité a permis de lever l’intégralité de la séquence. La rareté des vestiges et le remaniement des niveaux supérieurs rendent les analyses délicates.

13Cette année a enfin été l’occasion de réaliser plusieurs prélèvements sédimentaires (lames minces et granulométrie) qui sont venus étoffer l’analyse géoarchéologique entamée l’an passé. Ils confirment les processus de mise en place des dépôts. Ceux-ci sont essentiellement l’œuvre de la gélifraction entraînant l’altération des parois par le gel couplé à des phénomènes de ruissellement et/ou de circulation d’eau plus importants en provenance de l’intérieur de la cavité.

Fig. 1

Localisation des zones fouillées en 2012 et 2013.

DAO : Alexandre Michel (DOC)

Fig. 2

Relevé stratigraphique de la grande coupe témoin

Relevé et DAO : M. Lejay et A. Ajas

Haut de page

Bibliographie

Michel 2013 : Michel A. : La Grotte du Loup (Brive, Corrèze), rapport de fouille programmée Limoges, SRA Limousin, 2013, 243 p.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alexandre Michel, « Brive-la-Gaillarde – Galop, Grotte du Loup », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/16009

Haut de page

Responsable d'opération

Alexandre Michel

DOC

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals