Navigation – Plan du site
2013

Brive-la-Gaillarde – Rue Roger Nayrac, Grotte Bouyssonie

n°3275
Responsable(s) des opérations : Damien Pesesse
Notice rédigée par : Damien Pesesse et Cédric Beauval

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.455;45.105;1.573;45.186

1Les gisements fouillés dans le bassin de Brive ont tenu un rôle important dans la compréhension du Paléolithique supérieur au début du xxe s. sous l’impulsion des abbés Bouyssonie et Bardon. De ces fouilles, puis celles qui succédèrent (Bassaler, Noailles, Puy-Jarrige, Chez Jugie), peu de témoins archéologiques subsistent. Il est donc difficile de se représenter le remplissage initial de ces cavités, vidées pour nombre d’entre elles. Compte tenu notamment de l’ancienneté des fouilles et d’une forte sensibilité au gel, les remplissages en milieu gréseux sont parfois considérés comme limités. La fouille de la grotte Bouyssonie constituait donc l’occasion de documenter les conditions d’enregistrement sédimentaire dans ce milieu spécifique. Découverte en 2005 par Th. Bismuth lors de travaux d’aménagement, son remplissage a fait l’objet d’un diagnostic en 2006 par l’Inrap, en la personne de L. Detrain. Après une première campagne de fouille en 2008, une opération programmée s’est déroulée entre 2009 et 2011. Durant cette période, la fouille a bénéficié d’un soutien important de la part du SRA et de la municipalité de Brive-la-Gaillarde.

2En 2013, un deuxième programme triennal a été initié, portant sur deux zones. À l’aplomb du porche actuel, un sondage d’1 m2 (L12) est ouvert pour mieux comprendre la relation stratigraphique entre les niveaux magdaléniens qui retranscrivent une évolution de la ligne d’accumulation des dépôts et présentent des pendages opposés : vers la cavité pour le plus ancien (observations P. Bertran, A. Lenoble), vers l’extérieur pour le plus récent. Le niveau réputé solutréen repéré lors du diagnostic de l’Inrap sera également concerné par ce sondage afin de mieux caractériser l’industrie et la contextualiser d’un point de vue sédimentaire et paléo-environnemental (fig. 1).

Fig. 1

Vue de la zone de fouille depuis le nord-ouest.

Cliché : N. Gambier

3La principale intervention portera sur la partie antérieure de la séquence (bandes 17 et 18). Quatre nappes de vestiges ont pour l’instant été reconnues. La nappe 4 a livré une industrie lithique abondante, réalisée essentiellement sur silex provenant des formations crétacées de Dordogne. Plusieurs marqueurs ont été identifiés par L. Klaric, évoquant des occupations qui se sont déroulées durant les phases moyennes et récentes du Gravettien : burins de Noailles, microgravettes abondantes, lamelles de la Picardie, burins polyédriques. Toute l’attention est alors portée sur l’évaluation de la cohérence des nappes de vestiges. A. Lenoble a ainsi reconnu plusieurs indicateurs paléo-environnementaux qui ont eu des impacts d’intensité variable sur la préservation de ces nappes. Certains indicateurs ont pu être mis en relation avec les cycles climatiques à plus grande échelle (Lenoble et al., 2012). Ces niveaux ont également livré une très grande quantité de restes végétaux carbonisés qui permettent d’appréhender ces évolutions paléo-climatiques à une échelle locale. Plusieurs dizaines de taxons ont ainsi été identifiés par J. Chrzavzez, parmi lesquels le saule tient une place importante dans les niveaux en cours de fouille. Les conditions de préservation des vestiges fauniques semblent très variables au sein de ces formations de grès. Cette année, une grande quantité de petits fragments d’os calcinés ou brûlés a été rencontrée. Pour C. Beauval ces vestiges, par l’épaisseur de la corticale, se rapporteraient à un animal de la classe de taille du renne.

4Face à la densité de vestiges, de nouvelles adaptations dans le protocole de fouille ont dû être apportées, en particulier un suivi photographique effectué par N. Gambier, réalisé avant et après chaque phase de démontage pour observer précisément la répartition du matériel en relation avec les différentes signatures sédimentaires. Plusieurs campagnes seront nécessaires, dans le cadre de ce second programme triennal, pour documenter ces occupations rapportées au Gravettien.

Haut de page

Bibliographie

Lenoble et al., 2012 : Lenoble A., Bertran P., Mercier N., Sitzia L., 2012 : « Le site du Lac Bleu et la question de l’extension du pergélisol en France au Pléistocène supérieur », Quaternaire continental d’Aquitaine : un point sur les travaux récents, livret-guide de l’excursion AFEQ-ASF 2012, Université de Bordeaux, AFEQ, p. 107-121

Pesesse, 2013 : Pesesse D. : Brive-la-Gaillarde, Corrèze (19), rue Roger-Nayrac, grotte Bouyssonie, fouille programmée triennale 2013-2015, rapport intermédiaire 2013, Limoges, SRA Limousin, 2013, 99 p. [RAP01911]

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16014/img-1.png
Fichier image/png, 4,1M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Damien Pesesse et Cédric Beauval, « Brive-la-Gaillarde – Rue Roger Nayrac, Grotte Bouyssonie », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/16014

Haut de page

Responsables d'opération

Damien Pesesse

CNRS, PRI

Articles du même responsable de fouilles

Cédric Beauval

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals