Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201319 – CorrèzeMoustier-Ventadour – Château de V...

2013
19 – Corrèze

Moustier-Ventadour – Château de Ventadour

Sondage (2013)
Responsable d’opération : Bernard Pousthomis

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Hadès

Pousthomis B. 2014 : Moustier-Ventadour, Corrèze (19), château, rapport final d’opération archéologique, Hadès, Limoges, SRA Limousin, 2 vol., 244 p. [RAP01914]

Texte intégral

1La dernière tranche de travaux de consolidation du château de Ventadour a nécessité, en 2013, un suivi archéologique et des fouilles (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation des secteurs étudiés

Fig. 1 – Localisation des secteurs étudiés

DAO : B. Pousthomis (Hadès).

2Cinq sondages ont été ouverts au centre de la haute-cour. Ils ont permis de localiser le niveau du sol d’occupation et d’observer les fondations de la chapelle. Pour cette dernière, les tranchées de fondation prennent l’allure de simples rainures peu profondes et de faible largeur. Des structures bâties sont apparues à l’angle oriental de la chapelle avec un vestige de dallage composé de grandes pierres de taille de granit, posées à plat. Ce dallage, mis au jour à faible profondeur, semble postérieur à la chapelle contre laquelle il prend appui.

3D’autres maçonneries arasées ont été mises au jour au pied de la « Grosse tour ». Il s’agit d’un édifice au plan en abside pour lequel il a été émis l’hypothèse d’une structure liée à une activité domestique ou artisanale. Malheureusement, les artefacts recueillis dans les remblais sus-jacents n’ont livré aucune information décisive sur la datation de ce bâtiment, hormis que l’occupation a pu durer jusqu’à l’époque moderne comprise. Ces maçonneries sont à rattacher avec d’autres, mises au jour en 2003, qui pourraient appartenir à un logis médiéval bâti contre la courtine nord-est et jusqu’à la « Grosse tour ». Toutefois, la fenêtre archéologique reste trop restreinte pour l’affirmer et seule une fouille de plus grande ampleur au pied de la courtine nord-est (de part et d’autre de la « Grosse tour ») permettrait de lever l’hypothèse.

4La chapelle Saint-Georges (fig. 2) a fait l’objet d’une désobstruction des gravats qui l’encombraient puis d’une fouille limitée au premier sol rencontré, comme l’avait prescrit le SRA. Cette chapelle, rapportée contre la courtine sud-ouest, occupe une place privilégiée dans la haute-cour. Elle appartient à la grande campagne de travaux du xve s. qui met en œuvre un vocabulaire architectural commun à la construction du grand logis seigneurial, à la « Tour carrée » et à cette chapelle. Le plan rectangulaire et non orienté, de 13,80 m x 8,60 m hors-œuvre, comprend trois travées qui étaient voûtées d’ogives ; celle la plus au nord-ouest formant le chœur conserve la base d’un autel. L’entrée s’effectuait au sud-est par une large porte dont l’encadrement a disparu. Peut-être le tympan sculpté du xve s. représentant Samson domptant le lion, prélevé à Ventadour à la fin du xviiie s. et aujourd’hui remployé à la « Maison Madrange » à Égletons, ornait-il cette porte ? Elle est aujourd’hui remplacée par un bouchage en gros moellons de récupération, bâtis à sec sans doute au xixe s. Une chapelle quadrangulaire dotée d’un autel est ouverte sur le côté sud-ouest, édifice appartenant hypothétiquement à une chapelle primitive. Le parement extérieur, en grand appareil de moellons soigneusement équarris, est très différent du parement interne beaucoup plus fruste et destiné à recevoir un enduit au mortier dont subsistent de rares vestiges peints en blanc à la base des murs. Les voûtes, au profil de deux tores encadrant un méplat, retombaient sur des piliers engagés tréflés à base soigneusement moulurée. Une clef de voûte, retrouvée en 1967-68 au centre de la chapelle, portait les armes polychromes de Ventadour (fouilles R. Joudoux). Un vestige de baie à remplage, également mis au jour lors de ces mêmes fouilles anciennes, pourrait provenir du mur nord-ouest. L’architecture de cette chapelle présente d’étroites parentés avec l’église de Chaumeil (Corrèze), du xve s., qui conserve également une voûte d’ogives aux armes des Ventadour.

Fig. 2 – Vue générale de la chapelle Saint-Georges en fin de fouilles

Fig. 2 – Vue générale de la chapelle Saint-Georges en fin de fouilles

Cliché : B. Pousthomis (Hadès).

5Le sol ne conserve que des lambeaux d’un pavement en carreaux de terre cuite (fig. 3). Celui de la nef présente une composition compartimentée identique à celle de la grande salle du logis seigneurial mais avec, ici, de multiples réparations. Le chœur, surélevé d’une marche, ainsi que la chapelle sud-ouest présentent un sol non compartimenté.

Fig. 3 – Vue générale de l’intérieur de la chapelle depuis l’ouest

Fig. 3 – Vue générale de l’intérieur de la chapelle depuis l’ouest

Cliché : B. Pousthomis (Hadès).

6La citerne souterraine de la haute-cour est un édifice intéressant qui a été nettoyé et relevé (fig. 4). De plan carré et d’une contenance de 15 à 20 m3, elle est composée de deux nefs parallèles et voûtées. Elle est alimentée par une source jaillissant au niveau du sol.

Fig. 4 – Détail d’une nef voûtée au niveau de la trappe d’accès

Fig. 4 – Détail d’une nef voûtée au niveau de la trappe d’accès

Cliché : B. Pousthomis (Hadès).

7À la demande de l’Architecte en chef des monuments historiques, une étude a été menée sur les portes du château de la fin xiiie-début xive s. en vue de restituer celle, totalement disparue, qui permettait l’accès à la haute-cour depuis la barbacane. Il s’est avéré que les cinq portes étudiées sont d’un type stéréotypé et aux dimensions quasiment identiques.

8Le suivi d’une tranchée de pose de réseaux le long du chemin d’accès au château a permis de localiser le niveau du rocher sous les remblais constitués depuis le xixe s.

9Enfin, le plan du château a été complété par le relevé des deux fossés qui défendent l’accès, le second étant d’une profondeur particulièrement importante.

10À l’issue des fouilles, les maçonneries de la chapelle ont été « cristallisées » et le sol partiellement remblayé afin de protéger le carrelage.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des secteurs étudiés
Crédits DAO : B. Pousthomis (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. 2 – Vue générale de la chapelle Saint-Georges en fin de fouilles
Crédits Cliché : B. Pousthomis (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Vue générale de l’intérieur de la chapelle depuis l’ouest
Crédits Cliché : B. Pousthomis (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16108/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 4 – Détail d’une nef voûtée au niveau de la trappe d’accès
Crédits Cliché : B. Pousthomis (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16108/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Pousthomis, « Moustier-Ventadour – Château de Ventadour » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 18 janvier 2016, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/16108

Haut de page

Auteur

Bernard Pousthomis

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bernard Pousthomis

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search