Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201387 – Haute-VienneSaint-Sylvestre – Grandmont

2013
87 – Haute-Vienne

Saint-Sylvestre – Grandmont

Fouille programmée (2013)
Responsable d’opération : Philippe Racinet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Picardie

Texte intégral

1Cette opération programmée inscrite dans la durée se veut une étude globale, tant dans l’approche méthodologique (archéologie de terrain, archéométrie, archéologie monumentale, archéologie extensive, histoire, géographie…) que dans l’appréhension du site (enclos abbatial, bourg et faubourg, substrat, environnement).

Exposé du programme suivi

2Le programme s’organise autour du thème des pouvoirs. Comment un pouvoir politique a-t-il transformé un idéal religieux ? Comment un pouvoir religieux a-t-il aménagé un territoire ingrat ? Comment se sont exercés les rapports de force à l’intérieur de l’abbaye ?

Une archéologie de l’époque moderne

3On ne dispose d’aucun plan antérieur ou lié à la reconstruction du xviiie s. ; aucun document iconographique ne représente l’abbaye. L’enjeu est donc d’abord d’ordre monumental : à quoi ressemblait l’abbaye au moment de sa démolition ? Les reconstructions du xviiie s. ont-elles laissé en élévation des vestiges médiévaux ? Mais l’enjeu est également historique, puisqu’il s’agit de déterminer l’importance des travaux de reconstruction à une époque où les finances sont en difficulté et où la communauté est squelettique.

Les adaptations de la fin du Moyen Âge

4Il s’agit de déterminer les travaux de fortification et leur datation, et d’évaluer l’ampleur des reconstructions du xve s.

Le monastère reconstruit « à l’initiative » d’Henri II Plantagenêt et ses occupants

5Quel est l’agencement de l’espace construit ? Les spécificités de la vie grandmontaine ont-t-elles influencé l’organisation spatiale ? La normalisation bénédictine a-t-elle provoqué une modification de l’espace construit ?

Le site de « L’Angleterre », résidence princière du xiie s.

6Quelle est l’organisation d’une résidence palatiale au sein d’un ensemble monastique ?

7Reste-t-il des traces de la première implantation, normalement située à l’emplacement du palais d’Henri II ?

Les premiers temps : mythe et réalité d’un ordre religieux spécifique

8Étudier Grandmont, c’est aussi faire une histoire et une archéologie d’un mythe et de son succès. Quel est le substrat historique lors de l’arrivée des premiers frères et le type d’organisation de la première installation ?

La reconstitution du paysage et de son évolution

9Approche régressive avec les plans anciens, l’iconographie et les textes, approche paléobotanique et étude des aménagements hydrauliques.

Relevé des élévations et étude des murs de terrasse de l’abbaye (fig. 1)

10Tous les relevés ont été réalisés manuellement, sauf pour les parties hautes. Les cotes d’altitude et le carroyage ont été établis avec un tachéomètre-laser.

11La terrasse sud (fig. 2) longue de 130 m pour une hauteur moyenne de 2,50 m et souvent montée sans mortier, se compose de parties diverses dans leur appareillage et des reprises témoignent de multiples effondrements.

Fig. 1 – Localisation des interventions effectuées en 2013 et programmées en 2014

Fig. 1 – Localisation des interventions effectuées en 2013 et programmées en 2014

DAO : P. Racinet (université de Picardie), sur base cadastrale.

Fig. 2 – Relevé complet de la terrasse sud

Fig. 2 – Relevé complet de la terrasse sud

Dessin : P. Wattelainne et son équipe ; DAO : P. Racinet, A. Gnat.

12Malgré leur aspect imposant, les blocs mal mis en œuvre n’offrent aucune résistance aux poussées latérales. Cette inadaptation du soutènement et la présence de nombreux remplois permettent d’affirmer qu’il ne s’agit pas d’un mur médiéval. Seule la section 11 présente des aménagements appareillés (arc de décharge et chaînages) visibles après un changement d’orientation du mur, qui semble être un indice déterminant pour la compréhension de la genèse de la terrasse.

13La terrasse orientale (fig. 3) se développe sur 100 m avec une hauteur pouvant dépasser 6 m. Ce mur est parfaitement réglé, probablement très épais ou doublé par un blocage de pierraille pour le drainage. Il comporte une partie droite dont la hauteur exacte est inconnue, puis six séries de deux à trois assises de hauteurs variables (0,66 à 0,90 m). La qualité de la construction indique un travail professionnel. L’homogénéité de l’appareillage de la partie centrale et les bouleversements qui l’entourent font penser que cette partie est la plus ancienne, probablement construite dès la période d’extension de l’espace constructible pour l’implantation de nouveaux bâtiments monastiques.

14La mise en place d’un tel ouvrage monumental reflète un art de paraître, des moyens financiers et un souci de mise en défense.

Fig. 3 – Relevé de la terrasse orientale

Fig. 3 – Relevé de la terrasse orientale

Dessin : J. Maquet et son équipe ; DAO : A. Gnat.

Relevé topo-archéologique

15Le levé a consisté en la délimitation des structures bâties existantes et en une microtopographie des zones non bâties. Le plan topo-archéologique (fig. 4) montre l’emprise de l’abbaye construite sur une terrasse, visible à l’est et au sud. Une route a entamé le site en son milieu et délimite maintenant deux topographies différentes : au nord, un terrain plat ; au sud, un espace fait de bosses et de creux, qui dénote d’un terrain non nivelé où ressortent les traces de bâtiments.

Fig. 4 – Plan topo-archéologique

Fig. 4 – Plan topo-archéologique

Dessin : R. Billamboz, S. Claire, M. Fauvergue, DAO : P. Augé.

Archéologie de terrain

16Le sondage (fig. 5) doit sa localisation à une réflexion fondée sur les travaux historiques, la consultation du cadastre de 1813 et les résultats des prospections géophysiques. Il s’agissait de déterminer le potentiel archéologique et d’évaluer l’état de conservation des vestiges. Nous pouvons déjà proposer la succession interprétative suivante :

  • démolition de l’abbaye du xviiis. ;
  • occupation de l’abbaye du xviiie s. ;
  • construction d’un bâtiment (xviiie s.) indiquée par les fondations appareillées d’un grand mur nord-sud (US 1026) et des remblais d’exhaussement reposant sur l’arasement des constructions antérieures ;
  • réparation de l’église du xiie s., sous la forme d’une fondation maçonnée (US 1030) pouvant correspondre à la base d’un contrefort ;
  • église du xiie s. matérialisée par un mur est-ouest (US 1036-1041-1050) ;
  • première occupation grandmontaine indiquée par des fondations recoupées par le mur précédent (US 1042) ;
  • aménagement de la terrasse sous la forme d’un remblai de nivellement vierge (US 1043-1049) ;
  • construction antérieure marquée par un angle de bâtiment sous le remblai précédent (US 1048-1051)

17La stratigraphie (entre 1,60 m et 1,80 m) est largement suffisante pour permettre une chronologie relative de la plupart des grands ensembles mis au jour, et la présence de remblais d’exhaussement pour les constructions du xviiie s. laisse présager de la conservation des sols médiévaux.

Fig. 5a – Plan du sondage en fin de fouille

Fig. 5a – Plan du sondage en fin de fouille

Dessin : P. Augé ; DAO : P. Racinet (université de Picardie).

Fig. 5b – Vue zénithale du sondage en fin de fouille

Fig. 5b – Vue zénithale du sondage en fin de fouille

Cliché : S. Charrier.

Inventaire du mobilier lapidaire

18Il s’agit d’inventorier les éléments lapidaires médiévaux et modernes provenant de l’abbaye, en réemploi dans les constructions de Grandmont et des Barrys. 164 pièces ont été photographiées, géolocalisées et intégrées à une base de données.

19En ce qui concerne les datations, on doit noter la faible représentation des pièces pouvant être datées (40 %), ce qui n’a rien de surprenant. Si on considère les grandes phases de construction retenues pour l’abbaye, on peut attribuer 45 % des pièces à l’abbaye médiévale, ce qui donne une idée de l’état imparfait de la reconstruction du xviiie s. Cette dernière a livré 44 % des pièces, ce qui est normal. Il convient de souligner aussi la présence de quatre pièces pouvant être datées d’avant le milieu du xiie s., ce qui alimente la réflexion sur la date de reconstruction de l’abbaye médiévale.

Archéologie extensive : l’aménagement du territoire

20La variété des géosystèmes, la richesse des dénombrements d’époque moderne, la « fossilisation » des installations humaines par l’abandon de l’agriculture et la richesse des éléments patrimoniaux permettent d’envisager un programme d’archéologie de l’espace replaçant l’abbaye dans son environnement géographique, programme qui se décline à différentes échelles.

21L’enclos abbatial, avec ses murs de terrasse et d’enceinte, est associé à un bourg qui s’étend au nord, tandis que le faubourg des Barrys se développe au sud-ouest, dans le fond de la vallée et sur le versant opposé. Un premier bilan de l’ancienneté relative de certaines maisons a été dressé par recalage du plan cadastral de 1813 sur le cadastre actuel, par le repérage de certains aménagements en place (éviers, cheminées...) et par la description de quelques caves anciennes. Le territoire de Grandmont, lui, se confond en partie avec une enclave composée de domaines appartenant en propre à l’abbaye. Cette franchise a été fermée de murs dès le xiiie s.

22Une étude des aménagements hydrauliques a été initiée. Au xviiie s., le nombre des étangs grandmontains est de 18, la plupart dans un rayon inférieur à 10 km de l’abbaye. Sous les chaussées de certains, des moulins ont été édifiés. Neuf étangs, entre les hameaux des Sauvages et de Malessart, ont fait l’objet d’une évaluation archéologique, qui a mis en évidence l’existence d’un véritable réseau.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des interventions effectuées en 2013 et programmées en 2014
Crédits DAO : P. Racinet (université de Picardie), sur base cadastrale.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16225/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Fig. 2 – Relevé complet de la terrasse sud
Crédits Dessin : P. Wattelainne et son équipe ; DAO : P. Racinet, A. Gnat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16225/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 3 – Relevé de la terrasse orientale
Crédits Dessin : J. Maquet et son équipe ; DAO : A. Gnat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16225/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 4 – Plan topo-archéologique
Crédits Dessin : R. Billamboz, S. Claire, M. Fauvergue, DAO : P. Augé.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16225/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Fig. 5a – Plan du sondage en fin de fouille
Crédits Dessin : P. Augé ; DAO : P. Racinet (université de Picardie).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16225/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Fig. 5b – Vue zénithale du sondage en fin de fouille
Crédits Cliché : S. Charrier.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16225/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Racinet, « Saint-Sylvestre – Grandmont » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/16225

Haut de page

Auteur

Philippe Racinet

Université de Picardie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Racinet

Université de Picardie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search