Navigation – Plan du site
2008

Anse

La Citadelle sud
Notice rédigée par : Alegria Bouvier et Catherine Coquidé

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9939

Date de l'opération : 2008 (SP)

1La ZAC de la Citadelle (plus de 12,5 ha au total), est  localisée sur le rebord, le versant et le pied d’un plateau dominant la vallée de la Saône, un axe de communication essentiel emprunté par une voie antique. L’emprise de ce projet immobilier, après une opération de diagnostic global portant sur 12,5 ha (Coquidé et al.,2001), a révélé des témoins d’occupations dans ce secteur depuis la période protohistorique jusqu’à la période médiévale. Deux fouilles, portant sur les tranches 7 et 8 de la ZAC, ont été réalisées cette année.

2 BOUVIER Alégria (INRAP)

Tranche 7

3Cette opération  fait suite à une série de sondages et de fouilles portant sur un projet immobilier situé au nord-ouest de l’agglomération d' Asa Paulini,figurée sur l’itinéraire d’Antonin, première étape au nord de Lyon le long de la voie dite « de l’Océan ».

4La fouille concerne une emprise de 7 500 m2 occupant un bas de versant, entre les cotes 185 et 198, à 700 m du castrumet de la Saône. L’occupation qui se met en place lors des dernières décennies du Ier s. av. J.-C. sera continue jusqu’au VIe s. Elle a mis au jour l’angle nord-est et les abords de la pars rusticad’une villadont un secteur résidentiel a été sondé en 2007 (Ramponi, 2007). Cet édifice évolue dès la fin du IVe s. pour aboutir, aux Ve s.-VIe s., à un habitat rural. Après une légère déprise foncière, un nouveau faciès émerge au XIe s. et déploie différents secteurs d’activités agricoles sur l’ensemble du versant, avant de s’effacer entre les XIIIe s. et XVe s.

5Cette évolution de l’habitat s’accompagne de la mise en place de pratiques agricoles s’insérant dans un environnement fragilisé par l’anthropisation du versant. Selon les époques, la modification du milieu en termes de couvert végétal et d’apports de remblais combinée aux péjorations climatiques fossilise deux crises sédimentaires (autour des premières décennies de l’ère et au cours du IVe s.) entrecoupées de périodes de stabilité. Les productions agricoles et, dans une moindre mesure, la faune témoignent également d’une évolution du milieu.

6Hormis une fréquentation du Néolithique final liée à la coupe du bois, le site ne livre aucune trace d'occupation avant les époques historiques. L’étude géomorphologique souligne une relative stabilité d’un milieu marqué par une chênaie localement trouée de clairières où l’érosion semble avoir été limitée. Un mobilier erratique daté des âges des Métaux n'illustre qu'une fréquentation ponctuelle au cours des deux millénaires précédents le changement d’ère.

7La villa

8Le site antique apparaît vers les années 15 av. J.-C. - 10 apr. J.-C. Des traces d’activités annexes (structures en creux, probables traces de plantations, foyer, activité de forge) signalent la proximité d’une occupation. Une ou deux voies nord-sud occupent la partie basse du relief. L’établissement  s’étend rapidement, deux bâtiments à fonctions multiples (pièces de stockage, cour intérieure, lieu d’artisanat ?)  ainsi que divers enclos et d'autres annexes cohabitent au cours du Haut-Empire. Plusieurs remaniements et reconstructions interviennent au Ier s. et au début du IIe s . Des tubuli,des quarts de cercle, des blocs de béton hydraulique témoignent d’aménagements disparus.

9Une modification majeure intervient au cours du IIIe s. Un édifice est démantelé alors que le second,  plus rustique, se voit pourvu de deux espaces supplémentaires. L’établissement est clôt d’un mur et une voirie interne relie un accès nord au secteur résidentiel.

10La villaest mitoyenne d’un établissement de taille plus modeste au nord (la Citadelle nord), auberge et/ou lieu de rencontre. Tous deux bordent par l'ouest la voie majeure dont ils sont séparés par un mur, des fossés ou des palissades. (Fig. n°1 : Marque de tuilier de CAIVS VLPIVS VR (lecteur F. Bérard et J.-C. Béal)) (Fig. n°3 : Four à chaux du Ier s. apr. J.-C.)

11L’habitat rural du haut Moyen Âge

12Une refonte foncière intervient avant la fin du IVe s. Une palissade traverse les deux sites de « La Citadelle nord » et de « La Citadelle sud ». Le bâtiment agraire, en usage entre le Ve s. et le VIe s., est desservi par un nouvelle voie tandis que des structures empierrées et un large foyer s’installent  au nord sur des espaces extérieurs jusqu’alors peu occupés. En dépit de la permanence de certaines éléments antiques (le dernier bâtiment, l’accès ouest), les limites entre les deux sites semblent se dissoudre à partir du Ve s. De même, si les opérations menées sur le secteur résidentiel confirment que les murs sont encore largement en élévation, ces secteurs accueillent, des sépultures en coffres de dalles. Quelques sépultures isolées apparaissent également à l' est, sur l’ancien fossé. Si l’occupation des lieux se poursuit, le cadre de la villaest effacé. (Fig. n°2 : Pièce centrale surcreusée d'un bâtiment à vocation économique (début Ier s. apr.) )

13La déprise de l’habitat

14Une déprise foncière est enregistrée entre les VIIe s. et Xe s., bien que la présence d’un mobilier céramique épars témoigne d'une fréquentation. De nouveaux secteurs d’occupation apparaissent au XIe s. dans un paysage encore largement marqué par des ruines antiques. Sur la pente, un mur de terrasse est construit (la terrasse actuelle en est l’un des avatars), oblitérant l’accès antique ouest dont la chaussée a été entretenue jusqu’au milieu du haut Moyen Âge. A proximité immédiate, un secteur associant des fosses et un four protégés par un système de drainage occupent les marges nord d’un habitat installé dans les ruines du « Bancillon ».

15En bas de versant, un système parcellaire appuyé sur des « murets-drains » ainsi qu’un axe de circulation traversant le bâtiment occupé aux Ve s.-VIe s., marquent encore le paysage entre le XIIIe s. et le XVe s. L’effacement des dernières élévations intervient alors et signe l’abandon de tout habitat pour aboutir au type d’occupation (cultures et cheminements ruraux) encore en usage avant l’installation des premiers lotissements.

16 COQUIDÉ Catherine (INRAP)

Tranche 8

17Un site médiéval occupant le rebord du plateau a en particulier été mis en évidence. Une première intervention avait permis d’en fouiller une partie en 2005-2006. Sur 8 100 m2, ont alors été étudiés 32 fosses-silos, 86 trous de poteaux ou fosses à fonction indéterminée, ainsi que cinq fours domestiques, toutes structures datées de la période Xe s.-XIIe s. Ces vestiges étaient majoritairement, si l’on excepte quelques silos isolés, regroupés en cinq aires distinctes, dont certaines étaient séparées par de grands espaces.

18Une fouille de 4 mois a permis d'examiner une extension de 13 ha située à l'ouest de la précédente fouille et le décapage exhaustif, en novembre a déjà permis d’identifier de nouveaux groupes de silos, datables de la même période des Xe s. -XIIe s., organisés également suivant de petits groupes, dans le prolongement de quatre des aires observées en 2005-2006, sur un axe sud-est - nord-ouest. Un réseau de fossés, datable de la période historique en l’état de nos connaissances, a également été mis en évidence, ainsi qu’un empierrement sud-ouest - nord-est linéaire, interprétable comme une voie (médiévale ?). Une seule fosse, de par le mobilier abondant observé dans son comblement supérieur, apparaît comme le témoin d’une occupation protohistorique. Seule la fin du décapage et la fouille en cours permettront de déterminer exactement la nature des vestiges empierrés, linéaires ou non, déjà mis au jour et a priori historiques (éléments de parcellaire, structures drainantes ?)

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Marque de tuilier de CAIVS VLPIVS VR (lecteur F. Bérard et J.-C. Béal)

Fig. n°1 : Marque de tuilier de CAIVS VLPIVS VR (lecteur F. Bérard et J.-C. Béal)

Auteur(s) : Coquidé, Catherine (Inrap). Crédits : C. Coquidé (2008)

Fig. n°2 : Pièce centrale surcreusée d'un bâtiment à vocation économique (début Ier s. apr.)

Fig. n°2 :                                      Pièce centrale surcreusée d'un bâtiment à vocation économique (début Ier  s. apr.)

Auteur(s) : Coquidé, Catherine (INRAP). Crédits : C. Coquidé INRAP (2008)

Fig. n°3 : Four à chaux du Ier s. apr. J.-C.

Fig. n°3 : Four à chaux du Ier s. apr. J.-C.

Auteur(s) : Coquidé, Catherine (Inrap). Crédits : C. Coquidé INRAP (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Marque de tuilier de CAIVS VLPIVS VR (lecteur F. Bérard et J.-C. Béal)
Crédits Auteur(s) : Coquidé, Catherine (Inrap). Crédits : C. Coquidé (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Fig. n°2 : Pièce centrale surcreusée d'un bâtiment à vocation économique (début Ier s. apr.)
Crédits Auteur(s) : Coquidé, Catherine (INRAP). Crédits : C. Coquidé INRAP (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. n°3 : Four à chaux du Ier s. apr. J.-C.
Crédits Auteur(s) : Coquidé, Catherine (Inrap). Crédits : C. Coquidé INRAP (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1665/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alegria Bouvier et Catherine Coquidé, « Anse », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1665

Haut de page

Responsables d'opération

Alegria Bouvier

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Catherine Coquidé

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals