Navigation – Plan du site
2013

Avranches – Le Grand Doyenné

n°3353
Responsable(s) des opérations : David Nicolas-Méry
Notice rédigée par : David Nicolas-Méry

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge, Temps Modernes

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-1.377;48.675;-1.336;48.702

1Dans le cadre des recherches qui se poursuivent au Grand Doyenné, un sondage archéologique a été réalisé, en octobre 2013, afin de vérifier la présence de structures disparues, côté cour, au sud de l’édifice.

2À l’époque de sa construction, au xiie s., le Grand Doyenné est un bâtiment constitué par un volume unique qu’occupe une vaste salle d’apparat accessible de plain-pied depuis la cour située au sud et reposant sur une salle basse voûtée prenant appui contre la pente naturelle septentrionale de la ville haute d’Avranches. Or, à l’instar de quelques édifices contemporains, en Normandie et en Angleterre, il était possible de supposer que ce vaste volume de 230 m2 possédait, au sud, contre sa façade, un « bas-côté », c’est-à-dire une sorte de galerie de dégagement couverte par un toit en appentis.

3Le sondage a consisté en une tranchée perpendiculaire à la façade moderne, reconstruite en 1762, et a permis d’observer divers niveaux d’occupation du site : la présence du pavage du xviiie siècle, immédiatement situé sous les graviers de la cour ; puis, immédiatement sous le lit de sable de ces pavés, une couche composée de terre argileuse, garnie de tessons et de déchets alimentaires, correspondant à la destruction d’un mur imposant situé à 5 mètres de la façade du Grand Doyenné.

4Parfaitement parallèle à la façade, ce mur est très imposant : il mesure 1,37 m en épaisseur et ses caractéristiques sont semblables aux maçonneries médiévales du monument, confirmant ainsi qu’il appartient bien à une même phase de construction. Cette structure est vraisemblablement le mur extérieur du bas-côté envisagé. Les fondations du mur ont été repérées à une soixantaine de centimètres seulement sous le sol de la cour, et, à leur contact, un sol damé a pu être repéré.

5Ce sondage a donc permis d’étayer sérieusement l’hypothèse selon laquelle le Grand Doyenné se développait bien originellement vers le sud ; si la salle d’apparat possédait 230 m2 au sol, il faut à présent envisager qu’un bas-côté d’environ 100 m2 la complétait au sud.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

David Nicolas-Méry, « Avranches – Le Grand Doyenné », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 26 février 2016, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/16692

Haut de page

Responsable d'opération

David Nicolas-Méry

COL

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals