Navigation – Plan du site
2013

La Glacerie – Gendarmerie

n°3309
Responsable(s) des opérations : François Caligny-Delahaye
Notice rédigée par : François Caligny-Delahaye

Entrées d’index

Nature des opérations :

Diagnostic (EV)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-1.646;49.581;-1.546;49.629

1La construction d’une nouvelle gendarmerie à La Glacerie a nécessité la réalisation d’un diagnostic archéologique en raison de la localisation du projet sur l’emprise du camp de prisonniers de guerre identifié en 2006 et dont une partie a fait l’objet d’une fouille préventive en 2008. Les missions de photographies aériennes réalisées en août 1947 montrent, sur les parcelles concernées par le projet, des aménagements principalement représentés par un système de voiries qui, aujourd’hui, forment des micro-reliefs dans les herbages.

2Si la majeure partie des vestiges peut être rattachée à l’aménagement du camp de prisonniers, l’opération a permis de mettre en évidence des vestiges d’occupations antérieures matérialisées principalement par des réseaux de fossés et quelques trous de poteau. Ces structures ont cependant livré très peu de mobilier permettant de fournir des éléments de datation. Quelques tessons attribuables à l’âge du Fer ont été recueillis dans deux structures appartenant clairement à une phase postérieure ainsi que dans un niveau de limon brun. Le faible nombre de tessons et le fait qu’ils aient été trouvés en plusieurs points de l’emprise du diagnostic ne permettent pas de conclure à la présence d’un établissement laténien sur ce secteur.

3Une série de fossés peut être rattachée au parcellaire moderne tel qu’il apparaît sur le cadastre napoléonien de 1813. Un ancien chemin déjà abandonné au début du xixe s. a également été identifié. Son tracé reste cependant reconnaissable sur le cadastre napoléonien grâce aux limites parcellaires et peut être ainsi restitué sur plusieurs centaines de mètres.

4Les aménagements liés au camp de prisonniers sont principalement représentés par les voiries reconnues en photographies aériennes. Le réseau est constitué d’une voirie périphérique délimitant un trapèze rectangle et formée d’un épais empierrement compact de blocs et de moellons de grès et de galets. Des pistes secondaires constituées exclusivement de galets sont régulièrement réparties sur l’emprise délimitée par la voirie principale. Hormis la fondation d’un bâtiment en pierres et l’emplacement d’une ancienne cuve à carburant, aucune autre structure n’a été relevée en lien avec ce réseau. L’organisation des voiries suggère que la parcelle était utilisée comme lieu de stationnement des véhicules utilisés pour le transport des prisonniers sur les différents chantiers de déminage et de démolition. Dans les sondages réalisés au nord-est de cette parcelle, sur l’emprise d’une future voirie, ont été mises au jour deux plateformes devant accueillir des hangars et la trace d’une cabane de prisonniers, matérialisée par une fosse quadrangulaire au fond de laquelle ont été reconnus les vestiges d’un caillebotis recouvert par d’importants fragments de toile goudronnée provenant de la couverture de la structure.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

François Caligny-Delahaye, « La Glacerie – Gendarmerie », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 26 février 2016, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/16740

Haut de page

Responsable d'opération

François Caligny-Delahaye

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals