Navigation – Plan du site
2013

Méautis – RD223

n°3314
Responsable(s) des opérations : Laurent Paez-Rezende
Notice rédigée par : Laurent Paez-Rezende

Entrées d’index

Nature des opérations :

Diagnostic (EV)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-1.337;49.253;-1.265;49.312

1Conduit sur plus de 14 hectares sur les franges nord-orientales de la commune de Méautis, à quelques distances du manoir et de la chapelle de Donville, ce diagnostic a mis au jour un ensemble dense de vestiges d’habitats, d’activités et d’organisations spatiales, dont l’étagement chronologique touche ponctuellement l’âge du Bronze ancien, puis s’étend du second âge du Fer au milieu du Moyen Âge. Au cœur du plateau, un enclos fossoyé circulaire accueille en son centre une urne en céramique contenant les restes d’une crémation. Il s’agit du seul ensemble funéraire daté de l’âge du Bronze moyen pour le secteur de la Baie des Veys.

2Au cours du second âge du Fer, un « petit » habitat se met en place dans la moitié sud des parcelles. Il s’appuie sur une organisation spatiale de type enceinte fossoyée et parcellaire attenant, à l’intérieur de laquelle ont été découverts un édifice à ossature de bois comprenant au moins 6 poteaux et plusieurs fours et foyers à usage domestique.

3L’Antiquité est sans doute la période la moins bien documentée. Sa prise en compte réside dans la présence régulière de tuiles caractéristiques, tegulae et imbrices, collectées régulièrement dans les fossés ou les fosses. Ces éléments sont le plus souvent associés avec des mobiliers beaucoup plus tardifs et pourraient avoir été remployés dans la phase d’occupation postérieure. Néanmoins, la découverte d’un élément de forme en sigillée d’Argonne dans un fossé semble significative d’une fréquentation des lieux dans le courant du ive s. apr. J.-C., tant la diffusion de cette production dans l’ouest du Bessin et dans le Cotentin reste confidentielle. En l’état il s’agit d’une occupation relativement discrète et limitée, peut-être diluée, voire bien oblitérée par les aménagements du Moyen Âge.

4Pour le Moyen Âge, les données céramologiques révèlent deux grandes séquences ; la première couvrirait les vie-viiie s. tandis que la seconde toucherait les ixe-xe s. Cette période est illustrée par des aménagements très étendus en surface, investissant à la fois les versants méridionaux et orientaux de l’emprise sur plus de 5 ha. Le cœur de cette occupation prendrait la forme d’un enclos quadrangulaire d’environ 4500 m2 (80 m × 56 m). À l’intérieur, des fossés de plus faible ampleur semblent découper l’espace où s’installe au moins un bâtiment sur poteaux. De nombreux témoins d’activité (charbons de bois, argile rubéfiée, etc.) émaillent les remplissages des fosses et des fossés du secteur. Plusieurs départs de fossés s’appuient sur les différentes façades de l’enclos et trouvent de nombreux prolongements dans la masse des segments non datés. Ils suggèrent de grands ensembles parcellaires se déployant vers le sud et l’ouest. D’autres enclos plus restreints sont également suspectés ; l’un est daté du haut Moyen Âge et révélé par un fossé légèrement curviligne, tandis que le second est matérialisé par un enchevêtrement de fossés où le prolongement de certains tracés permet de restituer également des formes curvilignes et de multiples ramifications. On notera que cet habitat, et plus particulièrement les enclos identifiés ou suspectés, sont en grande partie juxtaposés à un chemin dont l’utilisation à l’époque moderne est avérée, mais dont l’origine antique est supposée par le biais des recherches anciennes.

5Les parcelles du futur aménagement concernent, pour partie, l’un des nombreux terrains des opérations militaires qui se sont déroulées autour de Carentan lors du Débarquement et de sa libération. Plus connues sous l’appellation de « Colline 30 », elles furent le théâtre d’une série d’âpres affrontements pour la prise du manoir de Donville, combats qui, d’après les témoignages, se sont terminés au corps à corps après l’épuisement des munitions. Dans ce contexte, les sondages ont mis au jour plusieurs vestiges témoignant de ces combats, et notamment quelques matériels abandonnés comme des douilles d’obus, des pièces de moteur, un masque à gaz, des fioles contenant encore un liquide incolore et de la vaisselle en aluminium.

6En respect de la procédure sur les engins de guerre, un signalement a été effectué auprès de la préfecture de la Manche et a été suivie d’une intervention de deux agents du service de déminage ayant procédé à l’expertise et l’évacuation de l’ensemble des mobiliers concernant cet épisode historique.

7Malgré des organisations et des ampleurs parfois difficiles à mettre en évidence dans le contexte restreint de cette intervention, les résultats de ce diagnostic sont très positifs et mettent en évidence, sur environ 6 ha, plusieurs implantations de nature bien différente mais attestant de près de trois millénaires de fréquentation du site.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Laurent Paez-Rezende, « Méautis – RD223 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 26 février 2016, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/16757

Haut de page

Responsable d'opération

Laurent Paez-Rezende

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals