Navigation – Plan du site
2013

Les premiers Hommes en Normandie

n°3339
Responsable(s) des opérations : Dominique Cliquet
Notice rédigée par : Dominique Cliquet

Entrées d’index

Chronologique :

Paléolithique, Mésolithique

Géographique :

Basse-Normandie, Calvados (14)

Nature des opérations :

Projet collectif de recherche (PCR)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :

1Avec treize années d'existence, ce qui offre suffisamment de recul pour permettre de présenter quelques synthèses, le projet collectif de recherche « Les Premiers Hommes en Normandie » s’engage sur une seconde décennie de travaux. Comme nous l’avions évoqué dans le rapport de l’an passé, plusieurs articles de synthèse ont été commis dans le cadre de différentes manifestations : le Colloque d’Amiens, le Congrès préhistorique de France de Bordeaux/Les Eyzies et le Colloque international pour le centenaire de l’Institut de Paléontologie Humaine.

2Plus récemment, nous avons tenté un bilan intitulé : « Les occupations paléolithiques en Normandie dans leur contexte chronostratigraphique : "bribes archéologiques" », dans le cadre du volume de la revue Quaternaire édité en hommage à notre ami et complice Jean-Pierre Lautridou, disparu en novembre 2010.

3Outre la poursuite des travaux éditoriaux, l'activité durant l'année 2013 s'est surtout concentrée sur le terrain avec :

  • la poursuite des prospections principalement sur les trois départements bas-normands, et l’extension des aires d’intervention (secteurs de Briouze/Flers et de la Ferté-Macé (Orne), centre Manche,  Lieuvin, vallée de Seine) ;

  • la réalisation de sondages dans les vallées de la Seine et de la Dives en accompagnement du travail de thèse engagé par Guillaume Jamet (notice spécifique pour la vallée de la Dives dans ce volume) ;

  • l'ouverture de sondages sur les sites à outils bifaciaux de Saint-Gabriel-Brécy (Calvados) et de Durcet-Sainte-Opportune (Orne) (notices spécifiques dans ce volume) ;

  • la conduite d'une campagne de fouilles de trois mois sur le site du Rozel (Manche) (notice spécifique dans ce volume).

4Dans le cadre d’une collaboration entre l’université de Caen et le SRA, soutenue par le PCR « les premiers Hommes en Normandie », de nouvelles recherches de terrain portant sur l’étude géomorphologique et sédimentaire des environnements de vallées fluviatiles pléistocènes de la Seine aval et de la Dives ont été engagées. Ces travaux visent à préciser les contextes environnementaux et pour certaines vallées peu documentées, à mettre en évidence d’éventuelles occupations humaines.

5Les deux fleuves, la Seine et la Dives, inscrits dans le contexte de bordure du système Manche-Atlantique, ont laissé conjointement des replats recouverts de nappes alluviales pléistocènes ou terrasses étagées. À partir du Pléistocène (2,6 Ma), ces fleuves répondent à des cycles climato-eustatiques glaciaires/interglaciaires responsables de l’exondation périodique de la mer de la Manche, dans le contexte d’un soulèvement tectonique lent du massif Armoricain et de la couverture sédimentaire du Bassin parisien. Lors des épisodes froids du Pléistocène (par exemple Weichselien, Saalien ou Elsterien), la PaléoSeine périglaciaire draine l’ensemble des réseaux fluviatiles (Touques, Dives et Orne), en aval du trait de côte actuel, jusqu’au « fleuve » Manche. Lors des épisodes de hauts niveaux marins interglaciaires, un remblaiement généralisé des vallées périglaciaires s’effectue, associé à la construction d’un prisme estuarien.

6Depuis les années 1970, de nombreux travaux pluridisciplinaires (Groupe Seine) ont participé à l’établissement du cadre géomorphologique, paléoenvironnemental et chronostratigraphique des terrasses fluviatiles de la Seine aval. De plus rares études ont concerné les terrasses de la Touques, de la Dives et de l’Orne.

7Les premiers résultats apportent de nouvelles informations sur l’évolution des environnements et les différentes réponses sédimentaires des fleuves normands au cours du Pléistocène.

8L’étude des formations alluviales au sein du méandre d’Elbeuf, d’axe est-nord-est - ouest-sud-ouest, montre deux systèmes distincts de terrasses étagées. En aval du méandre, le substratum crayeux sénonien (couleur verte) supporte les terrasses de Tourville-la-Rivière (T2) et de Cléon au-delà des nappes de fond de vallée de Rouen I (T0) et de Rouen II (T1). En amont, le système de terrasses pléistocènes est plus développé et s’inscrit dans une vaste plaine de 4 km de largeur au sein de laquelle des paliers morphologiques sont identifiables. Les études de Lefèbvre et de ses collaborateurs (1986) ont montré un minimum de cinq terrasses étagées au-delà des nappes weichseliennes (T0-T1) : la terrasse T2 de Criquebeuf-sur-Seine (+ 10 à 15 m au-delà de T0) ; la terrasse T3 de Pont-l’Arche (25-30 m au-delà de T0) ; la terrasse T4 de Saint-Pierre-lès-Elbeuf (40 m au-delà de T0) ; la terrasse T5 du Rond de France (+ 70 m au-delà de T0) et la terrasse résiduelle T6 de la forêt de Bord (+ 80 m au-delà de T0). L’ensemble de ce système de terrasses, en amont du méandre, supporte localement des dépôts de versant plus ou moins remaniés (anciens sables fluviatiles, lœss ou altérites).

9La terrasse de Tourville-la-Rivière (T2), puis celle de Saint-Pierre-lès-Elbeuf (T4), sur laquelle repose la séquence lœssique de référence du Pléistocène moyen et supérieur, montrent d’importantes successions sédimentaires préservées dans leurs bords internes (pied de talus crayeux karstifié). L’étude des sablières en cours d’exploitation, associée au sondage de reconnaissance à Saint-Pierre-lès-Elbeuf, a permis de réviser la sédimentologie des dépôts.

10À Saint-Gabriel-Brécy (Calvados), où deux opérations de sondages avaient été pratiquées sur les parcelles accessibles, sans cependant apporter beaucoup d’éléments chronostratigraphiques (2001 et 2002), une parcelle alors inaccessible n'avait pu être investiguée. Cette dernière a pu être analysée en 2013, sans cependant apporter d’élément complémentaire.

11À Durcet/Sainte-Opportune (Orne), les investigations se sont aussi avérées décevantes, l’intégralité du site se trouvant actuellement en surface. Ce constat nous renvoie aux stations de Saint-Julien de la Liègue (Eure) où tout le matériel lithique se trouvait en surface ou intégré à la semelle de labours. Cependant l'analyse technologique des mobiliers de ces deux gisements participe à une de nos principales problématiques, l’étude du phénomène bifacial en Normandie.

12Par ailleurs, les investigations se sont poursuivies sur le site du Rozel (Manche), où la conservation de petits sols organiques rapidement recouverts par le sable dunaire a permis l’observation de niveaux d’occupation très peu affectés par les phénomènes taphonomiques. Ce sont des niveaux correspondant à des aires de travaux de boucherie s'organisant autour d'enclumes en pierre destinées à la fracturation des os afin d'en extraire la moelle, et des foyers à plat, alimentés préférentiellement avec du résineux et des os spongieux (voir notice spécifique dans ce volume). Ce site a largement tenu ses promesses et fera l'objet d'une prochaine intervention de 3 mois en 2014.

13Enfin, dans le cadre de la publication d'un atlas européen des sites submergés, nous avons fait le bilan des découvertes de mobiliers lithiques et/ou de faune pléistocène dans les espaces actuellement submergés. Cela concerne donc des gisements d'estran et du fond de la Manche qui étaient alors exondés du fait des fluctuations des lignes de rivage(s) en lien avec les alternances des périodes tempérées et glaciaires. Ce bilan atteste de la présence de nombreux vestiges de faune en Baie de Seine ; phénomène déjà mis en évidence en Mer du Nord.

Fig 01

Contexte géomorphologique du méandre d’Elbeuf et localisation des sites étudiés

DAO : G. Jamet.

Fig 02

Localisation des découvertes de vestiges de faune(s) et d’artefacts lithiques

DAO : F. Cliquet.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Dominique Cliquet, « Les premiers Hommes en Normandie », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/16830

Haut de page

Responsable d'opération

Dominique Cliquet

SRA

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals