Navigation – Plan du site
2013

Bayeux – 5 rue de la Juridiction

n°3441 et 3484
Responsable(s) des opérations : Florian Bonhomme
Notice rédigée par : Florian Bonhomme

Entrées d’index

Mots-clés :

bâti, enduit, peinture

Chronologique :

Moyen Âge, Temps Modernes
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-0.728;49.261;-0.676;49.294

1Dans le cadre de la réhabilitation en quatre logements des deux maisons médiévales inscrites, un diagnostic d’archéologie du bâti a été mené à la fin de l’été. Une courte étude a ensuite pu être engagée en fin d’année afin de préciser l’évolution des deux bâtiments. Initialement, ils étaient accessibles depuis la rue Bienvenu, par l’immeuble dit « d’Adam et Ève », lui aussi protégé et déjà restauré. Ces ensembles de bâtiments sont situés au cœur de la ville antique et médiévale de Bayeux, à une trentaine de mètres de la cathédrale, mais aussi en plein cœur du centre du secteur sauvegardé. Ces deux maisons, accolées, sont situées en fond de cour et immédiatement en retrait de l’angle nord-ouest du parvis de la cathédrale.

2L’évaluation, puis l’étude, ont permis d’appréhender l'imbrication des deux maisons et leur état de conservation. Malgré la présence relativement importante des enduits, l’ensemble des observations archéologiques a mis en évidence un ensemble digne d'intérêt et rarement étudié en élévation en Basse-Normandie. Les deux maisons avaient leur façade qui s’ouvrait chacune sur des cours séparées et n'étaient accessibles que par la rue Bienvenu, située à l'est. Les bâtiments sur la rue leur correspondant étaient les numéros 6 et 8.

3Quatre phases principales de constructions et de remaniements ont ainsi été identifiées. La première de ces phases n'exclut pas pour autant la présence de vestiges plus anciens, en particulier en sous-sol, ne serait-ce bien sûr que gallo-romains, ou, plus rarement mis en évidence dans la ville, du haut Moyen Âge.

4La première construction concerne uniquement les trois premiers niveaux du bâtiment sud, appartenant à la deuxième moitié du xiie s. ou à la première moitié du xiiie s. Les vestiges qui sont conservés sont très importants en dépit de la période à laquelle cette maison a été édifiée : les maçonneries du rez-de-chaussée aujourd’hui semi-enterrées et du premier étage. Une dizaine de portes et fenêtres sont conservées dans les maçonneries et permettent de restituer les volumes de manière globale, ainsi qu’une partie des circulations.

5La seconde période de construction est probablement rattachable au xve s. Cette phase a vu la reconstruction d’une partie du premier bâtiment sud (pignon nord) et la construction du second, probablement sur les vestiges d’un bâtiment antérieur. Étant donné la porte à mi-niveau du premier bâtiment qui devait correspondre avec le second, l’origine du bâtiment est a priori à rechercher également autour des xiie - xiiie s. Le bâtiment nord était relié à la maison dite « d'Adam et Ève », en façade de la rue, par une galerie à deux niveaux sur le côté nord de la cour, schéma classique dans l’urbanisme médiéval. L’emplacement de la tour d’escalier qui dessert le second bâtiment est attribué à cette phase. Vraisemblablement durant la deuxième moitié du xve s., des enduits peints ont conclu les travaux. Ces peintures identifiées au rez-de-chaussée du bâtiment nord sont d'une grande qualité. Elles ne sont qu’exceptionnellement conservées dans l’habitat civil urbain et sont d’autant plus rares en Basse-Normandie. Ces peintures devaient constituer au moins une frise en partie supérieure et peut-être d'autres décors sur le reste de la pièce. Une autre peinture a été identifiée dans la tour de l’escalier, au niveau d’un linteau de porte, représentant un homme avec un chapeau à plume dans l’encadrement d’une fenêtre, typique de la Renaissance.

6La troisième phase a de toute évidence vu la reconstruction d'une partie du second bâtiment, au nord, avec en particulier les murs gouttereaux. Les moulures des ouvertures et les décors identifiés permettent d'attribuer ces travaux à la seconde moitié du xvie s. Le pignon sud ne semble pas avoir été concerné. Le pignon nord a quant à lui fait l'objet de quelques reprises ponctuelles en particulier du côté ouest, dans l'angle. La façade orientale a fait l'objet de lourds travaux, puisque plus des trois quarts ont été rebâtis. La façade occidentale a été reprise de part et d'autre de la tour d'escalier avec la création de nouvelles fenêtres à chaque étage. La surélévation du bâtiment sud est attribuable au xvie s. également.

7La dernière période de modifications importantes a eu lieu à la fin du xviie s. ou dans le courant du xviiie s. Elle a eu pour conséquence la redistribution des circulations entre les deux bâtiments, réalisée depuis la tour de l'escalier pour les niveaux supérieurs (premier, deuxième étage et combles). Les percements de portes dans le pignon commun aux deux bâtiments, dont les maçonneries couvrent les derniers badigeons, démontrent qu'ils sont postérieurs au xvie s. Les moulures des cheminées des deux étages viennent confirmer cette attribution chronologique. Les dispositions des cheminées correspondent de plus à la création de divisions dans les pièces de tous les niveaux, à l’aide de cloison de panneaux de bois et de torchis. La dernière a pu être observée au rez-de-chaussée avant sa démolition. Les grandes fissures visibles aujourd’hui sur le pignon sud de la première maison sont peut-être le prolongement des raisons qui ont entrainé la reconstruction d’une importante portion de la partie basse du gouttereau ouest de la maison sud durant cette période de l’Ancien Régime.

8Ces deux maisons ont été occupées jusqu’à la Seconde guerre mondiale. Leur abandon postérieur a entraîné une dégradation importante des toitures et des planchers. Seules les poutres principales des différents niveaux seront conservées, tandis que la charpente, refaite depuis environ une décennie, ne présente presque plus aucune pièce ancienne.

Fig 01

Détails d’enduits peints de la deuxième moitié du xve s. : un griffon et une femme en robe

Clichés F. Bonhomme, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16858/img-1.png
Fichier image/png, 7,5M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Florian Bonhomme, « Bayeux – 5 rue de la Juridiction », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 16 mars 2016, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/16858

Haut de page

Responsable d'opération

Florian Bonhomme

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals