Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201314 – CalvadosCagny – Route de Démouville

2013
14 – Calvados

Cagny – Route de Démouville

Fouille préventive (2013)
Responsable d’opération : Gabrielle Lamerant
Notice rédigée avec Emmanuel Ghesquière

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1L’étude du site de Cagny, la Route de Démouville, s’est faite en amont d’un projet d’aménagement d’un lotissement. La parcelle concernée a été ouverte sur 8 750 m2 de superficie, pour en moyenne 0,50 m de profondeur. La fouille a mis en évidence plusieurs occupations successives dont la plus ancienne remonte au Néolithique ancien et semble concerner deux bâtiments sur poteaux. Montés sur tierces porteuses, ils ne présentent pas de fosses latérales, contrariant ainsi la découverte de mobilier significatif. La présence de 3 individus inhumés (2 adultes et un enfant) dans ce qui pourrait être le couloir d’un des bâtiments (bâtiment nord), parés de bracelets de schiste et de coquillages perforés, autorise l’hypothèse d’une occupation unique attribuable à la culture de Blicquy – Villeneuve-Saint-Germain. Les deux individus adultes ont été datés par analyse radiocarbone. Le premier est daté de 5680 + 30 BP, soit 4780-4620 cal BC, et le second est de 5780 + 30 BP, soit 4690-4520 cal BC. Le comblement du fossé protohistorique adjacent du bâtiment nord a livré un possible tesson de La Hoguette, mais rien ne permet de le rattacher avec certitude à l’occupation B-VSG.

2Une inhumation isolée a été découverte dans la zone de trous de poteau qui caractérise le bâtiment sud attribué au Néolithique ancien. Le corps a été déposé dans un sédiment brun homogène et est dépourvu de mobilier. Cette sépulture a également été datée par analyse radiocarbone et indique une date entre 1623 et 1458 cal BC (3270 + 30 BP), soit au début du Bronze moyen.

3L’occupation de La Tène ancienne se divise en trois phases qui semblent s’être succédées de façon très courte dans le temps. Dans un premier temps, des fosses servant visiblement à de l’extraction sont creusées puis réutilisées pour l’installation d’une petite nécropole (11 inhumations) : certains défunts sont inhumés directement dans les cavités d’extraction alors que d’autres fosses funéraires sont creusées tout à côté ou par-dessus. La seconde phase concerne la mise en place d’un fossé rectiligne bordant au sud un chemin à fossé bordier qui lui est contemporain. Selon toute vraisemblance, le creusement du fossé intervient très peu de temps après l’aménagement de la nécropole : des sépultures sont coupées par le fossé et des membres encore en connexion ont été retrouvés dans les comblements du fond du fossé. La troisième et dernière phase de La Tène ancienne du site correspond à l’établissement d’un enclos superposant dans sa partie nord le fossé préexistant et le fossé bordier sud du chemin. Ce grand fossé en « V », de 1,50 m de profondeur, ceinture quelques structures domestiques telles que deux bâtiments à absides, un grenier, un silo et une structure de combustion installée à quelques mètres du fossé ouest de l’enclos. Un second grenier se trouve en dehors de l’enceinte, aux abords du chemin qui longe l’enclos au nord.

4L’occupation gallo-romaine est plutôt erratique. Elle se manifeste principalement par la réutilisation du chemin protohistorique comme voie de communication et par le rejet de mobilier dans le comblement sommital des fossés bordiers du chemin.

5Enfin, les stigmates de la Seconde Guerre mondiale ont été identifiés à partir de quelques cratères de bombes de différents diamètres et par une douzaine de fosses allongées. La fonction de ces fosses rectangulaires aux proportions humaines reste incertaine. Les coffrages de bois comme celui retrouvé dans une structure ou l’aplat de bâche retrouvé dans une autre laissent envisager l’hypothèse que ces fosses aient pu contenir provisoirement des dépouilles de soldat.

Fig. 1 – Plan des fouilles

Fig. 1 – Plan des fouilles

Relevés : L. Vipard (Inrap) ; DAO : G. Lamerant (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des fouilles
Crédits Relevés : L. Vipard (Inrap) ; DAO : G. Lamerant (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Lamerant, Emmanuel Ghesquière, « Cagny – Route de Démouville » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 16 mars 2016, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/16897

Haut de page

Auteurs

Gabrielle Lamerant

Inrap

Articles du même auteur

Emmanuel Ghesquière

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gabrielle Lamerant

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search