Navigation – Plan du site
2013

Cuverville – Rue d'Escoville

n°3458
Responsable(s) des opérations : Benjamin Hérard
Notice rédigée par : Benjamin Hérard

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-0.275;49.186;-0.247;49.201

1Le diagnostic archéologique réalisé sur l'emprise d'environ 6,3 hectares retenue pour l'aménagement d'un lotissement sur la commune de Cuverville a permis de mettre en évidence un monument funéraire du Néolithique moyen de type Passy. Sa longueur est évaluée à 180 m pour une largeur de 18 m. Le fossé marquant l'enceinte du monument est large de 1,20 m à 2 m pour une profondeur, depuis le niveau d'apparition, variant entre 60 et 80 cm. Son comblement semble indiquer le glissement de cailloutis calcaire depuis l'intérieur du monument, ce qui amène à envisager que ce dernier était surmonté d'un tertre. Toujours dans le remplissage du fossé, est présente de la céramique néolithique accompagnée plus rarement de silex taillés. Le mobilier céramique recueilli ne comporte toutefois aucun élément de forme ni de décor. Une fosse localisée presque au centre du monument pourrait correspondre à un coffre funéraire comparable à ceux fouillés à Rots en 1990. Dans l'extrémité sud-ouest du monument, sont présents différents aménagements (fossés, fosses et trous de poteau) autour d'une inhumation dimensionnée, semble-t-il, aux mensurations du défunt qui correspond à un adulte reposant en décubitus dorsal. Ce secteur du monument pourrait correspondre à une extension, ou, pour le moins, à un remaniement architectural du monument, en rapport avec la mise en place de cette sépulture. Il pourrait s'agir du cas de figure d'un « monument composite », non encore rencontré dans la région, mais existant sur les sites de Passy-sur-Yonne et de Balloy. En tout état de cause, le monument de Cuverville présente des caractéristiques générales présentant un très grand intérêt sur le plan scientifique ainsi qu'un état de conservation plus favorable que celui des monuments explorés à Rots, Fleury-sur-Orne et Ifs. Ce potentiel laisse augurer la possibilité de collecter de nouvelles informations sur l'émergence du monumentalisme funéraire en Basse-Normandie.

2Les autres découvertes réalisées au cours du diagnostic, même si leur importance scientifique est secondaire, méritent cependant d'être mentionnées. En premier lieu, on notera la présence d'une carrière antique ou médiévale localisée en bordure du monument néolithique et à peu de distance de la rue d'Escoville. Dans ce même secteur, est présent un chemin de terre doté de fossés bordiers attribuable aux époques moderne et contemporaine. Une structure de combustion en fosse, non datée, a également été repérée en position isolée dans la partie ouest de l'emprise à peu de distance de l'ancien chemin de Cuverville à Sainte-Honorine, aujourd'hui disparu. Enfin, de nombreux « trous d'hommes » et fosses remblayées avec des débris de la Seconde guerre mondiale parsèment la surface de l'emprise et plus particulièrement le secteur de sa limite sud, proche de l'axe routier de la rue de Colombelles.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Benjamin Hérard, « Cuverville – Rue d'Escoville », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 16 mars 2016, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/16919

Haut de page

Responsable d'opération

Benjamin Hérard

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals