Navigation – Plan du site
2013

Port-en-Bessin-Huppain – Avenue du Général de Gaulle

n°3328
Responsable(s) des opérations : Vincent Carpentier
Notice rédigée par : Vincent Carpentier

Entrées d’index

Chronologique :

Gallo-romain

Nature des opérations :

Diagnostic (EV)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-0.801;49.324;-0.744;49.353

1Un diagnostic archéologique a été réalisé en février 2013 dans le centre de Port-en-Bessin-Huppain, à 8 km au nord de Bayeux, sur un terrain de 5339 m2 sis avenue du Général de Gaulle, immédiatement au sud du cimetière dont il est mitoyen. Cet espace est promis à l’aménagement d’un lotissement d’habitation. L’emprise du projet est assise sur la partie basse d’un versant en pente douce, étagé entre 10 et 15 m NGF, en surplomb d’une faible dépression qui annonce la zone portuaire, située à 200 m au nord. Le projet d’aménagement concerne une aire encore disponible au sein d’un espace presque entièrement urbanisé depuis les années 1980. Immédiatement au nord, à la même altitude, se trouvent le cimetière et l’église, rebâtie après la Libération. Dans l’axe du terrain, vers le bas de la pente, a été récemment autorisée la construction d’un parking, en cours au moment de l’intervention, destiné à desservir une vaste zone d’activités qui longe la route départementale sur sa rive est.

2Le diagnostic a consisté en l’ouverture de quatre tranchées parallèles continues, disposées dans le sens de la pente, d’est en ouest, et deux tranchées complémentaires ouvertes à la perpendiculaire de la tranchée 4, vers le nord. Au total, la surface ouverte atteint 1065 m2, soit environ 20 % de la superficie du projet.

3Les vestiges identifiés s’étendent sur la presque totalité de la surface explorée, avec une densité croissante du sud vers le nord-est. L’occupation mise au jour se divise en deux grands ensembles : d’une part une série de fossés d’orientation est-ouest et nord-sud, et d’autre part une concentration de vestiges bâtis implantés au sommet d’une couche de remblais formée dans l’angle nord-est de l’emprise, à l’approche du parking en cours de construction. Plusieurs de ces fossés ainsi que l’habitat se rattachent à l’époque gallo-romaine. Les éléments les plus anciens remontent aux ier-iie s. apr. J.-C., tandis que divers marqueurs attestent la fréquentation de l’habitat jusqu’au haut Moyen Âge. Un fossé large et profond paraît délimiter l’occupation au sud ; au-delà de ce fossé, aucun autre vestige n’a été observé dans cette direction. Vers le nord en revanche se succèdent plusieurs fossés parallèles jusqu’à hauteur de l’habitat. Ce dernier se présente sous la forme de vestiges bâtis en dur et en bois, répartis à la surface de larges aplats de remblai formés de terre noirâtre, riche en mobilier. Le mobilier - céramique, verrerie, faune et coquilles marines, objets en fer, monnaie - confirme la nature domestique de cette occupation. Plusieurs phases de réaménagement paraissent se succéder au sein du même espace. Cet habitat dense se prolonge au-delà de l’emprise vers le nord, en direction du cimetière et du parking en cours d’aménagement.

4Ces vestiges se développent dans un contexte portuaire ancien qui reste très peu documenté à ce jour avant l’époque moderne, y compris par les sources écrites, et ce en dépit du fait que Port-en-Bessin ait constitué depuis le haut Moyen Âge au moins, le débouché maritime privilégié de la cité antique de Bayeux. Les éléments archéologiques les plus récents mis au jour par Anthony Lefort, sur les hauteurs encadrant le port, confirment l’occupation militaire du site au temps de la Conquête de la Gaule par des troupes césariennes. On note par ailleurs l’absence de témoin d’occupation d’époque laténienne dans l’emprise de l’agglomération, et a fortiori du diagnostic. Tout porte donc à croire que nous sommes en présence d’une petite portion de l’habitat antique de Port-en-Bessin, préservée jusqu’à ce jour par l’urbanisation, et dont l’occupation s’étend entre le ier s. apr. J.-C. et le haut Moyen Âge. Les vestiges identifiés, notamment les fossés, paraissent indiquer qu’il s’agit de l’extension sud de cet habitat, délimité par un grand fossé et par un réseau de fossés plus petits et parallèles à ce dernier. Vers le nord se déploie un ensemble dense de vestiges bâtis, qui semblent avoir été occupés et réaménagés en continu des ier-iie s. jusqu’au haut Moyen Âge. La Carte archéologique montre que la mise en place du cimetière actuel, postérieure à la Libération, est venue bouleverser des niveaux d’occupation antiques, notamment funéraires, que l’on suppose également associés à cet habitat. Tout porte donc à croire que ce diagnostic a permis de mettre au jour une petite partie de l’ancienne agglomération portuaire de Port-en-Bessin, dont les niveaux archéologiques ont été révélés pour la première fois, à la suite d’une longue série d’aménagements urbains.

Fig 01

Coquilles d’huîtres et fragment de tuile gallo-romains issus des niveaux d’occupation antiques

Cliché : V. Carpentier (Inrap)

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Vincent Carpentier, « Port-en-Bessin-Huppain – Avenue du Général de Gaulle », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 16 mars 2016, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/17009

Haut de page

Responsable d'opération

Vincent Carpentier

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals