Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201314 – CalvadosSaint-Aubin d'Arquenay – Écoquart...

2013
14 – Calvados

Saint-Aubin d'Arquenay – Écoquartier des Vignettes

n°3318
Responsable d’opération : Emmanuel Ghesquière

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-0.303;49.252;-0.266;49.271

1La fouille a été réalisée sur le territoire de la commune de Saint-Aubin d’Arquenay, avant l’installation d’une résidence pavillonnaire par la société Bouygues Immobilier. Il porte sur une surface de 5800 m2 (0,58 ha). La surface est répartie sur deux parcelles en lanière. Le diagnostic avait livré plusieurs occurrences de sites distinctes. Celles qui relevaient de l’âge du Bronze ont fait l’objet d’une prescription de fouille par les services de l'État. Les autres ne sont que partiellement impactées par l’emprise de la fouille.

2Le locus 1, néolithique, se développe sous la forme d’un tronçon de fossé curviligne, au sud de l’emprise. Il témoigne de la présence d’une occupation (enclose ?) en limite d’emprise. Le mobilier céramique, rare, suggère une attribution au Néolithique moyen, ce que semble confirmer sa datation absolue (5720 +/- 30 BP) ; du mobilier lithique y est associé. Une structure recoupe ce fossé (st. 116). Elle présente un lot mobilier et une datation absolue (4170 +/- 30 BP) qui oriente vers le Néolithique récent.

3Le locus 2 a été divisé en trois phases, témoins d’une évolution de la trame parcellaire à l’âge du Bronze ancien.

4Le locus 2-0 est représenté par un unique fossé curviligne (st. 19/78) orienté sud-est - nord-ouest, de datation probablement antérieure à 1900- 2000 cal BC.

5Le locus 2-1 correspond au cœur de la prescription de fouille. Il associe une aire oblongue (enclos ?, st. 6/99) et un système de fossés associés, curvilignes (st. 46, 75 principalement), qui semblent s’y rattacher pour former un système de type irregular enclosures. Le mobilier n’est pas abondant dans ce système fossoyé, qui reste daté principalement sur la foi des recoupements par quelques structures où le mobilier est plus abondant, des recoupements par le système curviligne du locus 1c, et enfin par les datations 14C de charbons découverts à la base du remplissage des fossés. Un ensemble de structures attribuées de manière possible à du stockage est réparti dans un secteur de ce système.

6Le locus 2-2 se compose d’un fossé curviligne (st 11, doublé sur une partie de sa longueur, st 13/14), orienté sud-est - nord-ouest, et du fossé 23/61 qui présente une angulation. Un prolongement est proposé avec le fossé 5. Ce système parcellaire, totalement remanié par rapport au précédent, pourrait se rapprocher des systèmes type ranch boundaries, grands linéaires généralement associés à la gestion du bétail. Le mobilier céramique découvert dans le fossé 11 permet une attribution à l’âge du Bronze ancien II. Deux fours profonds à sole surélevée, dont un riche en mobilier céramique, sont creusés à la fin de la phase 2-1 ou au début de la phase 2-2.

7Le locus 3 est constitué d’une succession de fossés associés orientés nord-est - sud-ouest attribués à la période de La Tène finale (céramique à pâte rouge et surface noire lissée). La pluralité des fossés parallèles en limite nord de l’emprise évoque un système de drainage entretenu, indispensable dans cette partie nord-ouest de l’emprise de fouille, correspondant à un aquifère pratiquement saturé (remontées de nappe à 1 m). Un fossé rectiligne avec une marche d’escalier, au milieu de l’emprise, a été identifié parallèlement aux limites parcellaires actuelles (nord-ouest - sud-est). Les vestiges mobiliers issus de son comblement sont rares et témoignent d’un usage au haut Moyen-Âge, éventuellement à la période antique. Quelques autres fossés plus modestes semblent se raccorder à ce système (orthonormés et interrompus sur le fossé principal), qui devaient subdiviser le parcellaire, ainsi que le fossé bordier du chemin actuel qui longe l’emprise à l’est.

8Neuf cratères d’obus de marine de 400 mm ont été identifiés dans le décapage. Ils se concentrent dans la moitié ouest de l’emprise de fouille et sont absents en particulier du secteur des fossés de l’âge du Bronze. Ils correspondent au pilonnage de la batterie anti-aérienne (placée sous la parcelle voisine AC 48), le 6 juin 1944 par le vaisseau français Danaé. Un des cratères a fait l’objet d’un aménagement et d’un usage par un ou plusieurs soldats anglais (pioneers group).

Fig 01

1, plan synthétique du site ; 2, plan et coupe du four âge du Bronze (st. 15) ; 3, essai de reconstitution du four ; 4, pointe de flèche à pédoncule et ailerons

DAO et cliché : E. Ghesquière (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/17023/img-1.png
Fichier image/png, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Ghesquière, « Saint-Aubin d'Arquenay – Écoquartier des Vignettes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 16 mars 2016, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/17023

Haut de page

Auteur

Emmanuel Ghesquière

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Ghesquière

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search