Navigation – Plan du site
2013

Sées – Cathédrale Notre-Dame

n°3376
Responsable(s) des opérations : Hélène Dupont
Notice rédigée par : Hélène Dupont

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge, Temps Modernes

Géographique :

Basse-Normandie, Orne (61), Sées

Nature des opérations :

Diagnostic (EV)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.105;48.570;0.225;48.645

1Le diagnostic a été réalisé à Sées dans le jardin nord du palais de l’évêque d’Argentré, au pied du chevet de la cathédrale Notre-Dame. Sées est située à quelques kilomètres en aval de la source de l’Orne, au pied du massif d’Ecouves et de sa forêt. L’Orne traverse la ville, dont l’habitat s’étend de part et d’autre. Le territoire de la ville s’étend dans la campagne de Sées, pays de champs ouverts. La topographie actuelle de la ville est issue des implantations de trois bourgs à partir du xe s. (Bourg-l’évêque, Bourg-le-Comte et Bourg-l’Abbé). L’emprise s’étend sur 7082 m2 et fait suite au projet d’étude préalable à la restauration des couvertures du chevet de la cathédrale transmis par le service de la Conservation Régionale des Monuments Historiques. Cinq sondages ont été réalisés.

2Le diagnostic a permis d’abord de dater archéologiquement la création de la terrasse du jardin bordée à l’est par la rue Amesland. En effet, les remblais évalués au sud-est et au sud de l’emprise sont datables par la céramique de la fin du Moyen Âge ou du début de l’époque moderne (deuxième moitié du xve-début xvie s.). Ils sont épais à l’est de la terrasse ,d’au moins 5 m jusqu’au substrat naturel calcaire, et d’au moins 4,20 m près du palais au sud. Ces remblais médiévaux surmontent par endroit une série de couches antiques (Haut Empire et iiie s.) que nous avons sondées jusqu’à - 5,10 m sans rencontrer le substrat.

3D’après les sondages archéologiques et les découvertes effectués depuis le xixe s. à Sées, la cathédrale et le jardin d’Argentré se situeraient au cœur de la ville antique. Le diagnostic confirme en tous cas la forte présence d’une occupation datable du Haut-Empire à l’est de la cathédrale, avec une prédominance chronologique du iie s. L’arasement des éventuels niveaux du Bas-Empire et d’époque médiévale est antérieur au xive s., période pendant laquelle un cimetière, sans doute utilisé par les chanoines du chapitre cathédral voisin, est créé autour du chœur de la cathédrale. La reconstruction de cette dernière au xiiie s. a probablement arasé une partie des niveaux antérieurs éventuels autour du chœur. Enfin, l’architecte J. Brousseau arase autour de 1775 les sols extérieurs du chœur d’environ 50 cm, ce qui présume également de la perturbation des niveaux antérieurs au xviiie siècle à cet endroit.

4En réalité, l’occupation antique est avant tout caractérisée ici par des niveaux de voies et de sols probablement extérieurs. Des niveaux d’occupation (épandage et dépotoirs) riches en mobiliers céramique et en rejets fauniques côtoient des niveaux de sol créés par piétinements de niveaux d’occupation sous-jacents ou des sols construits en mortier. Ces sols sont associés à un petit édicule sur solin de pierre calcaire (élévation en pisé ?), une portion de mur en grès et enfin, un segment de mur en moellons calcaires liés au mortier. Aucun bâtiment d’ampleur n’a été décelé lors du diagnostic, mais rappelons que l’évaluation consistait à s’arrêter sur les premiers niveaux d’occupation de type sol ou structures rencontrés lors du décapage : d’éventuelles traces de structures bâties ou leurs fantômes restent peut-être à découvrir dans et entre les tranchées.

5L’occupation médiévale est caractérisée par le cimetière des xive-xve s. (et postérieur ?) et par les remblais de terrasse de la deuxième moitié du xve ou du début du xvie siècle. L’emprise appartient à l’évêque, mais est mise en valeur par les chanoines. Le secteur, qui appartient au bourg épiscopal (Bourg-l’Évêque) dont le territoire se situe autour de la cathédrale et du Chapitre est protégé pendant la Guerre de Cent ans par un mur d’enceinte (Fort Saint-Gervais) retrouvé au sud de la cathédrale et potentiellement présent dans l’emprise du présent diagnostic. Force est de constater que la trace d’un mur d’enceinte de la deuxième moitié du xive s. n’a pas été retrouvée, mais la création de la terrasse qui correspond à son emprise actuelle et au tracé de la rue Amesland n'est peut-être pas étrangère au démantèlement du fort Saint-Gervais, au milieu du xve s.

6L’occupation moderne concerne principalement des aménagements sans doute liés à la mise en valeur du jardin de l’évêque d’Argentré et au confort du palais. Il s’agit de canalisations en pierres calcaires et de massifs dont la fonction n’a pas encore été expliquée à ce jour. Une glacière maçonnée, inconnue jusqu’alors, a été découverte au pied du chœur de la cathédrale, ainsi bien protégée et orientée vers le nord.

7Enfin, l’occupation du palais par les Allemands à partir de 1941 puis par les Américains lors de la Libération est perceptible grâce à deux fosses-dépotoirs dont les nombreux mobiliers militaires et civils nous renseignent sur le quotidien.

Fig 01

Édicule daté du Haut-Empire

Cliché H. Dupont (Inrap)

Fig 02

Glacière contemporaine au Palais d’Argentré, XVIIIe siècle

Cliché H. Dupont (Inrap)

Fig 03

Tubes en bakélite « Hautentgiftungsmittel » contenant du produit décontaminant, trouvés dans une fosse-dépotoir allemande de la Seconde guerre mondiale

Cliché H. Paitier (Inrap)

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Hélène Dupont, « Sées – Cathédrale Notre-Dame », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 23 mars 2016, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/17146

Haut de page

Responsable d'opération

Hélène Dupont

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals