Navigation – Plan du site
2008

Seyssel

Hameau de Vens
Notice rédigée par : Emmanuel Ferber

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9746

Date de l'opération : 2008 (SP)

1À la suite de sondages laissant entrevoir l'existence de bâtiments antiques, une fouille a mis en évidence quatre phases d'occupation.

2La première fréquentation des lieux s'opère entre La Tène finale et la période augustéenne. Elle est essentiellement matérialisée par quelques fosses, les niveaux de sols ayant totalement été détruits. Le terrain est irrégulier et connaît un fort pendage au nord.

3Outre quelques fosses concentrées sur la partie médiane du terrain, la deuxième phase d'occupation qui s'étend de la seconde moitié du Ier s. au début du IIe s. se caractérise par l'apparition des premières structures maçonnées (Fig. n°1 : Plan général du site). Une petite structure quadrangulaire et un mur, tous deux suivant la même direction (70° ouest), s'implantent dans la partie nord du site, en bordure de plateau, près de la rupture de pente.

4La structure quadrangulaire, d'une longueur de 3,40 m pour une largeur de 1,20 m, possède des murs étroits (0,32 m) formant une chambre de 1,20 m de long pour 0,54 m de large (Fig. n°2 : Struture rectangulaire : fumoir ou séchoir). Au ras du sol, son mur méridional est percé d'une ouverture devant lequel un foyer a été réalisé. Cette construction est sans nul doute un fumoir ou un séchoir. En règle générale, un foyer est réalisé devant une salle de chauffe précédée d'un couloir de chauffe. L'air chaud ou la fumée est aspiré dans le couloir de chauffe fait d'un caisson en maçonnerie ajouré. Par ces aérations, les éléments gazeux se répartissent dans la chambre où sont placés les aliments à traiter. Si le principe de base est constant, les types de construction peuvent adopter des formes très variées, suivant l'usage spécifique souhaité, le fumage étant à l'époque antique une pratique courante concernant nombre de denrées (viande, mais aussi céréales, légumes et même minerai, etc.).

5Lors de la troisième occupation datée des IIe s.-IIIe s., le terrain est nivelé pour la mise en place d'un bâtiment qui est placé cette fois suivant un axe de 73° ouest. Une grande cour placée au sud, peut-être en partie couverte, borde une série de pièces. Si la fonction de ces pièces ne peut être définie par leurs caractéristiques propres, un plan général de l'édifice peut être ébauché. Les tailles des pièces sont standardisées : la largeur des plus grandes avoisine 5 m ce qui correspond probablement à des limites techniques (au-delà de cette portée, l'utilisation de piliers de soutènement intermédiaires deviendrait nécessaire). Les espaces sont parfois subdivisés et l'on retrouve alors deux constantes : des largeurs de 3 m et des largeurs de 2 m). Seule exception à ces règles, un espace étroit qui pourrait être considéré comme un couloir.

6Le type de construction ne permet pas d'augurer avec précision de la fonction des bâtiments, mais le mobilier céramique est caractéristique d'un habitat rural relativement riche. Cette impression est d'ailleurs confirmée par l'étude du verre qui met en évidence une vaisselle commune courante dans les cuisines de l'époque et provenant soit de la région soit d'Italie du Nord. Quelques pièces cependant, comme les restes d'une coupe en millefiori produite dans la région de Rome, dénotent un certain luxe. Cette relative diversité du mobilier est à rapprocher du port tout proche qui a bien évidemment servi de moteur aux importations d'objets manufacturés.

7Un fragment de colonne cannelée en calcaire de Seyssel placé en remploi dans les fondations d'un mur permet de supposer qu'un monument a été dès cette période détruit dans les environs.

8La dernière fréquentation, entre la fin du IIIe s. et le début du Ve s., est plus ténue. Une seule fosse en atteste l'existence de façon assurée, mais quelques autres structures non datées, dont des solins, pourraient appartenir à cet état. Le comblement de la structure en creux a fait l'objet d'une étude carpologique : des graines de blé amidonnier, d'orge vêtue, de millet commun, de millet des oiseaux, mais aussi des lentilles cultivées, des fèves et des pois ainsi qu'une coquille de noisette ont pu être identifiées.

9Ferber Emmanuel   

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général du site

Fig. n°1 : Plan général du site

Auteur(s) : Ferber, Emmanuel (INRAP). Crédits : collecti INRAP (2008)

Fig. n°2 : Struture rectangulaire : fumoir ou séchoir

Fig. n°2 : Struture rectangulaire : fumoir ou séchoir

E. Ferber (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général du site
Crédits Auteur(s) : Ferber, Emmanuel (INRAP). Crédits : collecti INRAP (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. n°2 : Struture rectangulaire : fumoir ou séchoir
Crédits E. Ferber (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1737/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Emmanuel Ferber, « Seyssel », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1737

Haut de page

Responsable d'opération

Emmanuel Ferber

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals