Navigation – Plan du site
2008

Revel-Tourdan

Champ-Martin
Responsable(s) des opérations : Guillaume Varennes
Notice rédigée par : Guillaume Varennes

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9862

Date de l'opération : 2008 (FP)

1Fréquentée depuis la Préhistoire récente, la terrasse de Tourdan connaît une occupation continue depuis le IIe s. av. notre ère jusqu'à l'époque contemporaine, avec en particulier au cours de l'Antiquité, une agglomération connue sous le nom de Turedonnumsur la table de Peutinger. La mise au jour en 2005 de fondations monumentales, lors d'un diagnostic archéologique représentait les premières traces tangibles d'un monument antique d'importance que les découvertes du XIXe s. laissaient supposer (Bleu, 2005). Au cours de l'été 2008, une campagne de fouille d'un mois a permis de dégager la suite des fondations et de les insérer dans leur environnement. L'ensemble de la surface ouverte n'a pu être fouillé intégralement, le tiers sud été décapé manuellement et testé par des sondages de faible superficie avant d’être recouvert d'un géotextile.

2Trois états ont pu être distingués. Le premier est caractérisé par des fosses, des niveaux sols et des bâtiments sur poteaux datés de la seconde moitié du IIe s. av. J.-C. à la fin du Ier s. av. J.-C. Durant cet état quatre phases peuvent être proposées, attestant une occupation continue sur l'ensemble de la période. Une fosse apparaît privilégiée dès le IIes. av. J.-C. et connaît une succession d'aménagement et de nombreux curages : on passe d'une simple cavité creusée dans le substrat à une fosse maintenue par un cuvelage sur sa paroi méridionale, avant d'édifier un bâtiment sur poteau porteur assurant un rôle de couverture. Les fosses environnantes présentent des dépôts organisés de tessons d'amphores et de pièces osseuses dans leur comblement final. Les tessons d'amphores portent les traces de fragmentation comme d’un passage au feu. La faune recueillie dans les sols contemporains livre un spectre particulier, composé majoritairement de porc et d'éléments de mandibules comme de membres inférieurs. Enfin, tout au long de la période, cet espace connaît de multiples modifications et différents bâtiments sur poteau porteur sont édifiés. Dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C., les sols sont dérasés et un probable fanum quadrangulaire en structure légère est construit. Cette ultime phase de l'état 1 est mal caractérisée car les sols contemporains ont été profondément décapés en prévision des aménagements intervenant au siècle suivant.

3 Dans le courant du Ier s. apr. J.-C., les fondations d'un podiumsont construites en dalles de molasse liées au mortier. Cette structure est conservée sous la fosse de récupération qui en a épousé les contours. A partir du diagnostic de 2005, on peut envisager que cette substruction s'étende sur 30 m d'est en ouest pour 23 m de largeur. Les éléments lapidaires découverts dans la fosse de récupération sont très fragmentés et peu nombreux. On peut toutefois envisager l'emploi de calcaire dur (choin ?) dans l'élévation et de calcaire tendre comme de marbres variés dans la décoration du monument. Dans le même temps, les sols antérieurs décapés sont remblayés alors que les fondations d'un portique sont construites. Les dimensions du podiumainsi que les données disponibles permettent d'envisager un temple de tradition romaine. Il est inséré dans un espace délimité par un portique large de cinq mètres et dont la façade extérieure est soulignée de contreforts, qui a été reconnu seulement dans son angle sud-ouest. Aucun sol contemporain de cet état n'est conservé.

4Il faut envisager un démontage du monument dès l'Antiquité tardive. Probablement à partir du VIe s. apr. J.-C. un petit édifice de 7 m de côté, dont on ne connaît que les fondations en galets et dalles de molasse, liés au mortier, est orienté est-ouest. Reconnu sur plus de 6 m de longueur, il se poursuit à l'est de la surface fouillée. Son édification à moins d'un mètre au sud du temple antique paraît être liée à son démontage. Ses dimensions et le fait que ce bâtiment agrège des inhumations permettent d'envisager une église tardo-antique. L'espace sépulcral ne semble pas lui être antérieur. Au contraire, après la désaffectation et l'arasement des murs de l'édifice, les inhumations perdurent jusqu'au VIIIes. environ, avant l'abandon définitif du cimetière.

5Guillaume VARENNES, MCC-SRA

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Guillaume Varennes, « Revel-Tourdan », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1849

Haut de page

Responsable d'opération

Guillaume Varennes

MCC-SRA

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals