Navigation – Plan du site
2008

Loriol

Le Clos Chauvin
Notice rédigée par : Stéphane Bleu

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9957

Date de l'opération : 2008 (EX)

1Cette phase de diagnostic archéologique a été menée dans le cadre de deux projets de lotissement  Le Provençal  et  Les Pierres Blanches. L'emprise est localisée sur un versant (terrasse würmienne du Rhône, puis dépôts alluviaux provenant du ruisseau et colluvions issues de la colline) dominant le cône de déjection de la Drôme à son confluent avec le Rhône.

Les résultats de l'étude géomorphologique

2La stratigraphie permet de restituer partiellement l'évolution du paysage. En effet, celle-ci superpose deux contextes : celui de la plaine alluviale du Rhône (terrasse würmienne) et celle du versant qui semblent se succéder. À sa base, la stratigraphie du site est constituée d'un substrat alluvial de faciès sableux à limoneux. À cette phase succèdent, sur le versant, des alluvions torrentielles d'un cône de déjection (éboulis ?) de torrent (ou de pente ?), constituées d'un cailloutis marnocalcaire pris dans une matrice sableuse jaune-beige  provenant du versant situé au sud et au sud-ouest. Une occupation humaine du versant est envisageable durant la période protohistorique à travers la mise en évidence d'un horizon très légèrement pédogénéisé qui correspond probablement à un paléosol pris dans les premières colluvions (US 4) identifiées sur une grande partie de l'emprise. Les colluvions postérieures,  relativement épaisses, se sont mises en place en grande partie à l'époque historique puisqu'elles recouvrent systématiquement la structure protohistorique et livrent quelques fragments de tegulae.

Lotissement Le Provençal

3Les indices d'une petite occupation protohistorique ont été identifiés dans l'angle nord-est de l'emprise. À 1,20 m de profondeur, une fosse (sommet NGF 128,04 m) et quelques tessons de céramique sont insérés dans un niveau argilolimoneux brun-orangé avec présence de charbons et de cailloux. La structure, une fosse pseudo-rectangulaire (1,30 m x 1,00 m x 0,28 m), est comblée à l'aide d'un limon-sableux brun foncé renfermant quelques silex taillés, de la céramique modelée, de la faune, des charbons de bois et des galets chauffés. Quelques tessons de céramique observés autour de la structure peuvent correspondre à un éventuel paléosol associé à cette dernière. Le mobilier archéologique de la fosse est rattachable au Bronze final IIa. D'autres témoins d'occupation ont été mis au jour dans différents sondages de l'emprise du lotissement Les Pierres blanches 2 situé à proximité immédiate de l'opération. Les vestiges observés témoignent d'une présence humaine dans ce secteur dans la phase moyenne du Bronze final.

Lotissement Les Pierres Blanches 2

4Deux structures du Néolithique final ou  du Bronze ancien ont été mises au jour, une sépulture et une fosse de rejet, il s'agit de deux fosses parfaitement circulaires, l'une à bords verticaux dans laquelle a été déposé le squelette d'au moins un individu (non fouillée) et l'autre en cuvette renfermant du mobilier. À côté de cette structure funéraire des épandages de mobiliers (tessons de céramique pris dans les colluvions) témoignent de la fréquentation des lieux et suggèrent la proximité d'une installation de la fin du Néolithique.

5Les caractéristiques technologiques et typologiques suggèrent que les éléments les plus anciens appartiennent au Néolithique final ou au Bronze ancien. Il est difficile de préciser quel le stade est représenté.

6Les indices d'une occupation protohistorique ont également été identifiés dans les colluvions anthropisées  (au sud du lotissement), et dans deux sondages (batterie de trois fours à pierres chauffées et une fosse). Ces données font donc supposer une occupation protohistorique du versant et/ou plus vraisemblablement du petit plateau situé au sud de l'emprise. Ces structures sont attribuées au Bronze final IIa ou au Hallstatt C.

7Les indices d'une occupation gallo-romaine (hérisson de pierres, fosse et fossés) ont également été identifiés, à l'ouest le long de deux ruisseaux canalisés. Ils s'étendent sur une période allant du Ier siècle de notre ère au Ve siècle de notre ère. Le hérisson de pierres et quelques tessons de céramique fine indiquent une présence humaine temporaire difficile à caractériser en bordure d'un torrent canalisé. Les éléments les plus évidents et caractéristiques concernent le réseau fossoyé. (fragments d'amphore Dressel 20 dans le comblement Haut-Empire ?).

8 Stéphane Bleu INRAP

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Stéphane Bleu, « Loriol », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 29 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1865

Haut de page

Responsable d'opération

Stéphane Bleu

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals