Skip to navigation – Site map

HomeExcavations districtsCorse19952A – Corse-du-SudBonifacio – Abri du Monte Leone

1995
2A – Corse-du-Sud

Bonifacio – Abri du Monte Leone

Fouille programmée (1995)
Archaeological project director: Jean-Denis Vigne

Full text

1Ménagé dans les molasses miocènes, l’abri est situé au bord de la route, en haut du large vallon de Saint-Julien qui prolonge la ria de Bonifacio.

2Les couches prénéolithiques sont été recouvertes par une puissante formation de blocs et remblais substériles déposée au cours du Néolithique ancien.

3Une surface de fouilles de 19 m2 répartie en trois secteurs principaux et deux sondages (fig. 1) ont livré une succession de lentilles souvent très sombres au sein desquelles il a partout été possible de distinguer trois couches prénéolithiques (fig. 2).

Fig. 1 – Relevé planimétrique de l’abri indiquant les zones fouillées (carroyage 1 m2) et la position des structures

Fig. 1 – Relevé planimétrique de l’abri indiquant les zones fouillées (carroyage 1 m2) et la position des structures

1, calcaire du fond de l’abri ; 2, remblai néolithique non dégagé ; 3, blocs et dalles calcaires d’effondrement du toit de l’abri ; 4, limite du ballast de la route ; 5, projection au sol de l’aplomb de l’abri ; 6, altitude (en cm par rapport au zéro du site). En noir, les structures de combustion; en cerclé noir, les fosses.

Relevé et DAO : J.-D. Vigne (CNRS).

Fig. 2 – Coupe du secteur CD (coupe 3 : S5/T5)

Fig. 2 – Coupe du secteur CD (coupe 3 : S5/T5)

1, calcaire ; 2, limon néolithique ; 3, limon prénéolithique très riche en ossements de Prolagus ; 4, sédiment prénéolithique très sombre (couche 2) ; 5, limon sableux brun de la couche 3 ; 6, sable clair prénéolithique de la couche 4 ; 7, zone non fouillée ; 8, « magma » d’ossements de Prolagus ; 9, gros charbon de bois.

Relevé et DAO : J.-D. Vigne (CNRS).

4Elles suggèrent une succession d’occupations d’intensité croissante, la première étant très pauvre, la dernière s’achevant par un véritable "magma" d’ossements de Prolagus daté en 1992 de 8225 ± 80 BP (ETH 8305) soit 7433-7035 av. J.-C.).

5La couche la plus récente a livré des indices de structures de combustion : lentille cendreuse dans le sondage RS et restes bouleversés de l’appareillage d’un foyer en WX (fig. 1). Ces derniers sont associés à une nappe très riche en matériel, comportant de nombreuses petites pierres calcaires polyédriques portant des traces de chauffe. Il semble que cette région du site, qui est aussi celle où la stratigraphie est la plus développée (entre 80 cm et 1 m d’épaisseur), corresponde à la zone d’occupation domestique privilégiée.

6Dans la partie occidentale du site, alors que le remplissage prénéolithique s’affine, on note le présence de plusieurs fosses. La plus grande d’entre elles (secteur ZA) a été creusée sur 50 cm de profondeur au moins pour un diamètre de 60-75 cm, lors du début de l’occupation de la couche 2.

7Ses parois verticales suggèrent une utilisation de courte durée. Elle a été rebouchée, probablement volontairement, à l’aide de petits blocs calcaires, puis de trois grosses pierres plates (max. 40 x 45 cm) dont le fort pendage souligne la structure, et de sédiment issu de l’extraction. Plus à l’ouest, dans une région qui semble être en marge du site (secteur CD ; fig. 1), ont été creusées trois (peut-être quatre) petites fosses non appareillées de 20 à 30 cm de diamètre et de 15 à 35 cm de profondeur. Il s’agit vraisemblablement de fosses de stockage.

8Composé d’un peu moins de 300 objets, dont environ 10 % d’outils, le matériel lithique diffère peu de ceux décrits jusqu’à présent dans les sites prénéolithiques corses. Les microlithes et les armatures sont apparemment absents et le débitage laminaire très rare.

9Plus des trois-quarts des témoins sont des éclats ou des déchets de taille. Les nuclei représentent 3 % et les blocs de matière première 8 %. Plus de la moitié des objets est en quartz, et 40 % en roches volcaniques souvent collectées sous forme de galets de plage; les granitoïdes fins ont aussi été utilisés (moins de 10 %). Le calcaire gréseux local a été débité sur le site afin de disposer de petites pierres polyédriques de chauffe, mais il n’a pas été taillé. Les roches d’importation sarde (silex, obsidienne), que l’on trouve dès le Néolithique ancien dans la région, sont absentes.

10Quatre-vingts perles exclusivement réalisées dans de petites coquilles de l’espèce Conus étaient disséminées sur le site, de même qu’une vingtaine de restes humains probablement issus de sépulture(s) bouleversée(s).

11Certaines unités stratigraphiques sont riches en pollens.

12Les charbons de bois sont abondants dans les couches 4 et 3.

13Quelques semences carbonisées ont été détectées. Les mollusques terrestres sont également assez nombreux. Ces éléments devraient permettre une approche environnementale du site.

14Les déchets alimentaires sont composés de plus de 400 restes d’invertébrés marins collectés à part égale sur les côtes rocheuses battues (patelles, bigorneaux) et dans des milieux marins ou saumâtres abrités (moules, huîtres, palourdes). Il s’y ajoute de très nombreuses vertèbres de petits poissons (anguilles, sardines, pélamides, sars, etc.) et quelques restes de captures de plus grande taille. Les ossements de grands oiseaux et de rongeurs sont rares. Ici comme dans les autres sites prénéolithiques, la faune se caractérise par la domination écrasante des ossements de Prolagus, dont beaucoup portent des brûlures d’extrémité témoignant de leur consommation. La grande faune de mammifères est totalement absente, à l’exception d’un métapode de phoque-moine (Monachus monachus) trouvé dans la plus ancienne couche prénéolithique.

15Grâce à la surface fouillée, qui dépasse sensiblement la totalité de celles explorées jusqu’à présent sur les sites prénéolithiques corses, l’abri du Monte Leone constitue donc une pièce majeure de la connaissance du peuplement mésolithique des îles méditerranéennes. Les nombreuses analyses en cours devraient permettre de mieux comprendre l’environnement et le mode de vie de ces groupes humains.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Relevé planimétrique de l’abri indiquant les zones fouillées (carroyage 1 m2) et la position des structures
Caption 1, calcaire du fond de l’abri ; 2, remblai néolithique non dégagé ; 3, blocs et dalles calcaires d’effondrement du toit de l’abri ; 4, limite du ballast de la route ; 5, projection au sol de l’aplomb de l’abri ; 6, altitude (en cm par rapport au zéro du site). En noir, les structures de combustion; en cerclé noir, les fosses.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/18971/img-1.jpg
File image/jpeg, 114k
Title Fig. 2 – Coupe du secteur CD (coupe 3 : S5/T5)
Caption 1, calcaire ; 2, limon néolithique ; 3, limon prénéolithique très riche en ossements de Prolagus ; 4, sédiment prénéolithique très sombre (couche 2) ; 5, limon sableux brun de la couche 3 ; 6, sable clair prénéolithique de la couche 4 ; 7, zone non fouillée ; 8, « magma » d’ossements de Prolagus ; 9, gros charbon de bois.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/18971/img-2.jpg
File image/jpeg, 337k
Top of page

References

Electronic reference

Jean-Denis Vigne, “Bonifacio – Abri du Monte Leone” [Note of archaeological project], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [Online], Corse, Online since 24 April 2017, connection on 25 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/adlfi/18971

Top of page

About the author

Jean-Denis Vigne

CNRS

By this author

Top of page

Archaeological project director

Jean-Denis Vigne

CNRS

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search