Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19952A – Corse-du-SudCasaglione – Sant’Antonino

1995
2A – Corse-du-Sud

Casaglione – Sant’Antonino

Sondage (1995)
Responsables d'opération : Antoine-Marie Graziani et Henri Marchesi

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Fouiller la chapelle Sant’Antonino de Cinarca correspondait à un double objectif. Le premier était la confrontation sur le terrain des apports des textes historiques et de l’archéologie. La chapelle est en effet présente dans différents textes du xve s. et est notamment mentionnée dans une lettre de 1487 rédigée durant le siège du château de Cinarca par les troupes génoises lors des guerres dites des Cinarchesi. Les troupes génoises s’y étaient fortifiées pour se protéger des tirs des défenseurs du château. Le second objectif était la mise au jour d’un édifice que l’on pouvait considérer éventuellement, du fait de son emplacement à proximité du château sur un petit col où passait la route menant de la plaine du Liamone au château, comme étant la chapelle castrale et le lieu d’inhumation des comtes de Cinarca.

2Le mauvais état de conservation de la chapelle, dû à sa destruction et à la récupération de nombreuses pierres, n’a pas permis une étude architecturale approfondie. Les parements non assisés des murs de la nef, la rareté des pierres taillées, l’absence de décor architectural ne rattachent pas la chapelle au style roman. Elle a donc probablement été construite à la fin du Moyen Âge (xive s., xve s. ?), mais la fouille n’a livré aucun élément concernant sa fondation qui permette de proposer une datation plus précise. Par contre, sa destruction peut être datée de l’extrême fin du xve s., vraisemblablement lors du siège de 1487. La datation d’un bol à glaçure jaune trouvé écrasé sur le sol de la nef peut correspondre à cette proposition. La simplicité de la stratigraphie du sondage réalisé à l’intérieur du bâtiment et le peu d’épaisseur du sol de la nef suggèrent, sans le démontrer, une existence de la chapelle relativement brève, peut-être durant le seul xve s.

3L’interprétation du sondage mené à l’extérieur contre le mur de l’abside pose quelques problèmes. Les productions pisanes auxquelles appartient une cruche portant en décor un aigle peint en vert et brun qui a été découverte sur le sol US12 (fig. 1), ne dépassent pas le milieu du xve s. Il est donc difficile d’identifier ce sol à celui du siège de 1487. Par contre, il est possible d’avancer l’hypothèse d’un sol antérieur à cette date qui aurait été scellé par une première destruction partielle de la chapelle ou d’un bâtiment proche lors d’un des nombreux sièges que connaît le château entre 1350 et 1450 ; la cruche à l’aigle pourrait donc dater de cette période. Un deuxième sol, sommet de l’US11, pourrait être contemporain du dernier siège de 1487, mais cette attribution ne peut rester qu’une hypothèse en l’absence de mobilier datable. Le sondage n’a livré aucun indice convaincant des inhumations recherchées.

Fig. 1 – Cruche à décor héraldique polychrome (xive-xve s.)

Fig. 1 – Cruche à décor héraldique polychrome (xive-xve s.)

Dessins : A.-M. Graziani, H. Marchesi (SRA).

4Le travail ainsi effectué nous paraît être une bonne ébauche de l’étude que l’on pourrait réaliser à l’intérieur d’une microrégion aussi riche que l’est potentiellement la Cinarca : recherche de textes, vérification archéologique et bilan commun.

5La multiplication, sur des sites révélés par des documents historiques, des approches convergentes histoire/archéologie devrait permettre une compréhension plus fine de l’histoire de l’occupation de la Cinarca.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Cruche à décor héraldique polychrome (xive-xve s.)
Crédits Dessins : A.-M. Graziani, H. Marchesi (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/18975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine-Marie Graziani, Henri Marchesi, « Casaglione – Sant’Antonino » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 24 avril 2017, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/18975

Haut de page

Auteurs

Antoine-Marie Graziani

Henri Marchesi

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Antoine-Marie Graziani

Henri Marchesi

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search