Navigation – Plan du site
1995

Oletta - Castiglione

1995 – Fouille programmée n°255
Responsable(s) des opérations : Michèle Salotti
Notice rédigée par : Michèle Salotti

Entrées d’index

Chronologique :

Pléistocène

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

1Dans la cavité Castiglione 3 (Cast. 3 CG) le principal dépôt fossilifère est situé à 33 m de profondeur. Volumineux dépôt, isolé, à l'intersection de deux étroites fractures perpendiculaires, il est constitué d'une grande quantité d'ossements le plus souvent brisés, sans connexion, et de coquilles plus ou moins calcifiées et dispersées dans un éboulis de blocs et d'argile de décalcification. Toutes les espèces y sont mélangées; il s'agit d'une vraie unité faunistique ne contenant pas de restes osseux d'importation plus récents. Les conditions d'accès à la fouille nécessitent du matériel de spéléologie et la remontée du matériel est particulièrement difficile.

Les mammifères

2Les Rongeurs constituent, avec Prolagus, les restes les plus abondants. Le campagnol Tyrrhenicola henseli (Major 1905) côtoie le mulot Rhagamys orthodon (Hensel 1856) qui constitue à Cast. 3 CG une population caractérisée par des mesures plus grandes que celles des fossiles trouvés dans des sites récents (holocènes).

3Le gisement contient des restes d'un Prolagus sardus « géant ». En effet, par exemple, les dimensions des os des membres sont supérieures de 10 % environ aux mesures maximum notées sur des os de Prolagus sardus qui sont celles trouvées dans le gisement de Teppa di Lupinu, très proche de Castiglione, mais d'âge holocène (Tobien 1935) (fig. 1).

Fig. 1 – Prolagus sardus : fémurs de longueurs maximales

Fig. 1 – Prolagus sardus : fémurs de longueurs maximales

D. Gambini, 1995

4L'Insectivore Episoriculus corsicanus, musaraigne fossile aux dents rouges, est présent mais peu abondant dans le gisement.

5Seules deux formes de grands mammifères sont présentes pour l'instant : un artiodactyle et un Carnivore. Les ossements d'Artiodactyles sur lesquels peut être basée l'étude apportent des données inattendues pour la Corse. Ces restes sont suffisamment nombreux pour permettre de les différencier du cervidé fossile de petite taille qui appartient au groupe des mégacéridés [Cervus (Nesoleipoceros) cazioti] rencontré fréquemment en Corse et en Sardaigne au Quaternaire récent. Tous les ossements sont nettement plus gros à Castiglione. Outre la taille, les caractères dentaires de l'animal de Castiglione 3 CG s'éloignent tout à fait du groupe des Mégacéridés, ils sont par contre très proches de ceux du Cervus elaphus continental mais l'absence de bois ne permet pas de l'affirmer de façon certaine. Les restes de carnivores de Castiglione 3 CG se rapportent intégralement à l'espèce Cynotherium sardous (Stud. 1857) (fig. 2).

Fig. 2 – Niveau EF : mandibule de Cynotherium Sardous

Fig. 2 – Niveau EF : mandibule de Cynotherium Sardous

D. Gambini, 1995

Les reptiles et les amphibiens

6Les premiers résultats concernant l'étude des amphibiens et reptiles de Castiglione 3 CG montrent la présence de six espèces appartenant encore à la faune actuelle : le genre Discoglossus, abondant dans le gisement, et quatre reptiles dont la couleuvre verte et jaune Coluber viridiflavus (Lacépède 1789), la tortue de Hermann-Testudo-hermanni et deux Lacertidés Archaeolacerta bedriagae (Camerano 1885) et Podarcis tiliguerta (Gmelin 1789).

7Castiglione 3 CG a livré également un grand lézard dont la morphologie des éléments crâniens tout comme leur taille diffèrent de celles de tous les Lacertidae actuellement présents en Corse. Parmi les Lacertidae actuels continentaux comparés, l'espèce qui présente le plus de ressemblances morphologiques est le lézard ocellé (Lacerta lepida), bien que la taille des individus adultes de celui-ci soit nettement supérieure à celle du matériel fossile. En attendant de nouvelles précisions, nous attribuons ce matériel au genre Lacerta (sensu Arnold 1973).

Les oiseaux

8Les oiseaux de Castiglione 3 CG actuellement identifiés appartiennent aux formes suivantes : Aquila chrysaetos (L.), aigle royal, Buteo cf. buteo (L.), cf. buse variable, Buteo rufinus (Creszs.), buse féroce, Accipiter gentilis (L.), autour des palombes, Accipiter nisus (L.), épervier d'Europe, Porzana porzana (L.), marouette ponctuée, Columba livia Gm., pigeon biset, Bubo insularis Mourer-Chauviré et Weesie, grand-duc nain de Corse et de Sardaigne, Otus sp., taille Otus scops, hibou, taille du petit duc, Athene n. sp., chouette proche de la chevêche, Tyto balearica Mourer-Chauviré et al., effraie géante, Tyto alba (Scop.), effraie, Pyrrhocorax graculus (L.), chocard, petits passériformes.

9Tyto balearica est une grande forme de chouette effraie. Elle a été décrite dans le Pliocène supérieur et le Pléistocène inférieur des Baléares, dans des gisements datés de 2,43 à 1,64 Ma (Mourer-Chauviré et al. 1980), puis elle a été signalée dans des gisements continentaux de France et d'Espagne, datés du Pliocène inférieur (MN 15) et supérieur (MN 16 et 17) (Mourer-Chauviré et Sanchez Marco 1988), et enfin dans un niveau du Miocène supérieur d'Espagne (MN 12) (Cheneval, Aldrover 1995). Cette chouette est donc connue dans les régions circum méditerranéennes depuis 8 Ma d'années environ jusqu'à 1,64 Ma. Il est possible qu'elle ait persisté en Corse jusqu'à une date plus récente qu'aux Baléares. À Castiglione 3 CG, elle coexiste avec la forme actuelle Tyto alba.

10Le gisement comporte enfin une nouvelle espèce du genre Athene, représentée en Europe par Athene noctua, la chouette chevêche. Cette nouvelle espèce est caractérisée par sa grande taille.

11Une datation a été tentée sur de la calcite développée dans la cavité médullaire d'un tibia complet de grand cerf. L'analyse ne donne pas un résultat univoque mais un âge supérieur à 350 000 ans est acceptable.

12Les datations et la faune présente permettent donc de considérer le gisement de Castiglione 3 CG comme datant du Pléistocène moyen. C'est le premier gisement d'âge aussi ancien dans le bloc corso-sarde.

13Et l'association du Cynotherium avec un Cervidé de type élaphe est tout à fait nouvelle pour la Corse. Au-delà de l'intérêt de l'âge du site, la faune de Castiglione 3 CG est originale ; la découverte d'un lapin-rat géant et d'un grand mulot associés à des formes inconnues comme un nouveau lézard du genre Lacerta et une nouvelle espèce géante de chouette du genre Athene, la présence d'une chouette effraie pliocène et d'un grand cerf jamais rencontré en Corse à l'état fossile, représentent un contexte paléoenvironnemental nouveau, jamais décrit. L'âge de Castiglione 3 CG n'est absolument pas en contradiction avec les hypothèses qui datent les migrations des grands mammifères entre le continent et la Corse du maximum de froid connu autour de 600 000 ans. En ce qui concerne le problème de l'origine du cerf actuel de Corse, le manque de données intermédiaires entre Castiglione 3 CG et la période actuelle ne permet pas de trancher entre les deux théories à nouveau envisageables : l'endémisme ou la réintroduction récente. Mais cela a du moins le mérite d'ouvrir le champ des hypothèses.

14La découverte de la tortue de Hermann témoigne également de sa grande ancienneté dans l'île, contrairement à ce qu'affirmé toute la littérature herpétologique (Delaugerre Cheylan 1992).

15Ces observations permettent de penser que le site de Castiglione 3 CG, dont la fouille est loin d'être achevée, est un site majeur pour comprendre l'origine et la mise en place des faunes insulaires de Méditerranée occidentale.

Haut de page

Annexe

La faune de « Castiglione 3 CG »

Mammifères

Espèce disparue

Cervus cf. elephus ?

Cynotherium sardous (Studiati 1857)

+

Episoriculus corsicanus (Bate 1944)

+

Tyrrhenicola henseli (Major 1905)

+

Rhagamys orthodon (Hensel 1856)

+

Prolagus sardus (Wagner 1829)

+

Myotis myotis (Borkkhaausenn 1837)

Rhinolophus ferrumequinum (Schreber 1774)

Rhinolophus euryale (Blasius 1853)

Oiseaux

Aquila chrysaetos (Linné 1758)

Buteo cf. buteo (Linné 1758)

Buteo rufinus (Cretzchmar 1826)

Accipiter nisus (Linné 1758)

Accipiter gentilis (Linné 1758)

Athene n. sp.

+

Otus sp., taille Otus scops (Linné 1758)

Tyto balearica (Mourer-Chauviré et al. 1980)

+

Tyto alba (Scopoli 1789)

Bubo insularis (Mourer-Chaviré, Weesie 1986)

+

Porzana porzana (Linné 1766)

Columba livia (Gmelin 1789)

Pyrrhocorax graculus (Linné 1766)

Petits Passériformes

Reptiles

Testudo hermani (Gmelin 1789)

Coluber viridiflavus (Lacépède 1789)

Podarcis tiliguerta (Gmelin 1789)

Archeolacerta bedriagae (Camerano 1885)

Lacertidé n. sp.

+

Amphibiens

Bufo viridis (Laurenti 1768)

Discoglossus sp.

Mollusques gastéropodes

Tachaeocampylaea raspaili (Payraudeau 1826)

Marmorana serpentina (Ferussac 1821)

Oxychilus sp.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Prolagus sardus : fémurs de longueurs maximales
Crédits D. Gambini, 1995
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/19023/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 2 – Niveau EF : mandibule de Cynotherium Sardous
Crédits D. Gambini, 1995
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/19023/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Michèle Salotti, « Oletta - Castiglione », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 24 avril 2017, consulté le 22 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/19023

Haut de page

Responsable d'opération

Michèle Salotti

Université

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals