Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19952B – Haute-CorseSanto-Pietro-di-Tenda – Castricalla

1995
2B – Haute-Corse

Santo-Pietro-di-Tenda – Castricalla

Sondage (1995)
Responsable d’opération : Daniel Istria

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1Le repérage des habitats insulaires antérieurs au xive s. est une tâche particulièrement difficile à résoudre en raison de la rareté des fouilles archéologiques et donc de la méconnaissance totale des céramiques autochtones de cette période qui permettraient, lors des prospections, d’identifier ces sites par les vestiges présents en surface. Le recours aux documents d’archives est donc essentiel mais les textes médiévaux sont eux mêmes particulièrement rares et de manière générale assez peu précis.

2C’est pourtant ce cheminement qui nous a amené à réaliser un sondage archéologique sur le site de Castricalla. L’objectif de cette opération était, en effet, de repérer un habitat médiéval mentionné dans l’un des plus anciens documents concernant les biens de l’abbaye de la Gorgone en Corse.

3Castricalla apparaît pour la première fois dans un texte rédigé entre 1060 et 1080. Il est alors désigné comme étant un casamentu, c’est-à-dire une petite exploitation rurale comprenant un modeste habitat et un terroir constitué de terres arables, d’arbres fruitiers et de forêts. Le texte rappelle que ce domaine fut offert – peut-être vers la première moitié du xis. – par les seigneurs Pinaschi de Balagne à l’abbaye toscane de l’île de la Gorgone.

4Le site a pu être repéré grâce à l’étude toponymique, et avec l’aide de M. Charles Morati, en contrebas du village actuel de Santo-Pietro-di-Tenda. Il est formé d’un éperon aux pentes peu escarpées, orienté nord-est/sud-ouest. Il semble que cet emplacement fut choisi bien plus pour son orientation et son environnement propice aux activités agricoles et pastorales que pour ses qualités défensives.

5Les sondages ont été implantés sur un léger relief d’environ 1,50 m de hauteur situé au centre de l’éperon.

6Ils ont permis de dégager l’angle nord-ouest d’un bâtiment relativement bien construit dont la superficie totale a été estimée à environ 25 m2. À l’ouest de celui-ci a également été dégagé un dallage très irrégulier formé de lauzes.

7La rareté du mobilier céramique et la finesse des niveaux d’occupation laissent penser que ces deux structures contemporaines n’étaient pas des maisons d’habitation mais plutôt des annexes peut-être à fonction agricole. Dans ces conditions, l’habitat proprement dit devrait se trouver à proximité, peut-être sur la partie nord-est de l’éperon.

8La datation de ces structures repose essentiellement sur la découverte de quelques fragments de cruches et d’amphores de type acroma industriale produites à Pise aux xiiie-xive s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Istria, « Santo-Pietro-di-Tenda – Castricalla » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 24 avril 2017, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/19037

Haut de page

Auteur

Daniel Istria

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Istria

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search