Navigation – Plan du site
1995

Inventaire des mégalithes de Haute-Corse

1995 – Prospection inventaire n°265
Responsable(s) des opérations : Henri Marchesi
Notice rédigée par : Henri Marchesi, Franck Leandri et Jacques Magdeleine

Entrées d’index

Chronologique :

Néolithique, âge du Bronze

Géographique :

Corse, Haute-Corse (2B)

Nature des opérations :

Prospection inventaire (PI)
Haut de page

Texte intégral

1Une prospection de vérification a été entreprise en Balagne afin de contrôler les sites connus. Elle a permis de constater que de nombreux sites mentionnés dans la littérature ancienne ont depuis disparu, interdisant toute vérification et laissant planer un doute sur la réalité de leur existence.

2Les relevés de plusieurs sites ont été dressés. Le coffre de Pivanoso, ou plutôt ce qu'il en reste, a été relevé et photographié. Son implantation, à proximité d'un petit plateau favorable à l'agriculture et sur un petit col reliant deux ensembles naturels bien définis, a été étudiée. Les observations réalisées concernant son architecture posent d'intéressants problèmes pour la typologie de ce que l'on nomme habituellement coffre sépulcral. Le site d' E Culonne a aussi été étudié. Les menhirs ont été dessinés et photographiés, leur situation géographique a été notée.

3Les sites du Pinzu a Vergine et d' Stanti ont donné lieu à un relevé au théodolite des structures et de l'environnement immédiat. Le gisement d'I Stanti a été localement débroussaillé afin de dégager six nouveaux cercles de pierres qui viennent s'ajouter au cercle et au menhir déjà connus. Pour chacun de ces deux sites, des profils topographiques ont été dessinés et une analyse de l'environnement géographique et archéologique a été esquissée.

4Quarante-huit sites sont actuellement recensés en Haute-Corse qui, déduction faite des huit pseudo-dolmens, correspondent à 40 sites mégalithiques (fig. 1). Ce chiffre pourrait être encore minoré au regard de quelques dolmens et menhirs aujourd'hui disparus et dont l'existence n'est pas certaine. Les 40 sites recèlent au total 113 mégalithes différents, isolés ou associés à d'autres mégalithes, ce sont :

  • statues-menhirs : 16 ;

  • menhirs : 57 ;

  • dolmens : 8 ;

  • coffres : 14 ;

  • cercles : 18.

5II convient d'abord de constater que la totalité de la Haute-Corse connaît le phénomène mégalithique, même si certaines microrégions sont particulièrement mal dotées.

6S'il est vrai que la Haute-Corse a donné lieu à moins de recherches préhistoriques que le sud, c'est malgré tout un département qui n'est pas vierge d'études. Cet inventaire montre clairement l'inégale répartition entre le sud et le nord de l'île ainsi qu'entre les microrégions de Haute-Corse. Le Nebbio pris au sens large (en incluant la vallée de l'Ostriconi, la bordure est des Agriate et le bassin de l'Aliso) compte plus de la moitié des sites du département. Il existe donc bien une concentration qui détermine « une région mégalithique en Haute-Corse ». Les mégalithes sont localisés sur des voies naturelles de communication permettant les déplacements au sein de la microrégion ou vers d'autres secteurs de l'île.

7En Balagne, six mégalithes sont recensés dont quatre ont disparu. Ce nombre limité par rapport à l'étendue de la Balagne et aux nombreuses prospections réalisées par M.-C. Weiss et ses collaborateurs (Weiss 1988), indique clairement que le mégalithisme est peu présent ici mais connu. Ce fait doit probablement correspondre à une réalité préhistorique que nous ne sommes pas en mesure de déterminer.

8Avec deux sites, le Pinzu a Vergine et Stanti, le Cap Corse n'est pas une microrégion à la concentration de mégalithes remarquable.

9Une quinzaine de monuments est dispersée, répartie globalement dans tout le département à l'exception notable des deux plaines côtières orientales. Cette pauvreté reflète d'abord, à la différence de la Balagne, la rareté des études préhistoriques pour ces secteurs de l'île. Notons, qu'ici comme ailleurs, les mégalithes sont fréquemment implantés sur les voies naturelles de communication (col, confluence, etc.).

10La rareté des fouilles, le mauvais état de conservation de la plupart des monuments et la rareté du mobilier archéologique associé font que les données chronologiques sont rares. L'environnement préhistorique des sites est globalement comparable à ce que l'on connaît pour le sud. Ils sont fréquemment à proximité de gisements de la fin du Néolithique. La proximité de sites de l'âge du Bronze est aussi fréquente mais la datation exacte de ces gisements n'est pas acquise. Certains pourraient receler des occupations plus anciennes et/ou plus récentes. La réutilisation d'un coffre sépulcral au premier âge du Fer a été démontrée par J. Magdeleine à Campo di Buono. L' hypothèse de la construction de certains coffres ou de la création de statues-menhirs à cette époque ne peut être écartée.

11Les architectures des dolmens et des coffres ont été étudiées afin de préciser les critères typologiques. Les coffres peuvent être classés en fonction de données morphologiques afin de résoudre quelques difficultés d'interprétation :

  • 1. Les aires rectangulaires sont constituées de petites dalles plantées de chant dont la hauteur hors-sol ne dépasse pas quelques dizaines de centimètres. Ce type d'arrangement fait plus penser à une aire (à crémation ?) qu'à un véritable coffre mégalithique ;

  • 2. Les structures à appendice : par exemple un coffre du Monte Revincu possédant un plan en forme de fer à cheval. Ces formes irrégulières restent inexpliquées. Sont-ce des variantes des coffres sépulcraux ? Mais en l'absence de vestiges osseux, on ne peut exclure l'hypothèse selon laquelle il s'agirait de tout autre chose ;

  • 3. Les coffres en caisson sont constitués de quatre dalles prélevées dans le substratum environnant, forment de véritables caissons. Leur morphologie et la possibilité de comparaisons avec le sud laissent peu de doute sur leur utilisation sépulcrale. En l'absence de vestiges de la couverture, on peut supposer qu'ils pourraient avoir été fermés par une dalle ou un petit tumulus ;

  • 4. Les coffres sous tumulus courant dans le sud de l'île, ne se retrouvent que sur les sites du Monte Revincu et de Campo di Buono en Castagniccia. Sur ce dernier, un tumulus est attesté pour le coffre le plus ancien qui avait gardé une partie de sa couverture. Cette structure pose le problème de l'aspect primitif des différents coffres connus dans la région. Il est possible que des tumulus aient disparu à cause de l'érosion ou de travaux agricoles, les coffres en caisson et ceux sous tumulus ne seraient alors qu'un même type à deux stades de dégradation ;

  • 5. Enfin les coffres aménagés dans un rocher font le lien avec les sépultures (non mégalithiques) aménagées dans des cavités naturelles de diverses tailles qui sont connues dans toute l'île et qui ont été utilisées durant tout le Néolithique et les âges des métaux.

12Les cercles de pierres ont un diamètre variant de 3 m à 7 m, qui les différencie des cromlechs continentaux plus grands. Aussi le terme de cercles de pierres est-il plus approprié. Ils peuvent être groupés ou isolés. L' hypothèse de structures agraires historiques ne peut être écartée en l'absence de fouille. Toutefois, ils sont fréquemment associés à d'autres mégalithes et ne peuvent être confondus avec les anciennes aires de battage du blé aux diamètres beaucoup plus importants et à l'architecture plus soignée. On trouve des cercles de pierres en Sardaigne, en Gallura (à Arzachena ou à Santa Teresa). Ils sont interprétés par les collègues italiens comme des aires à incinération ou des arases d'habitats. Pour la Corse, l'identification des cercles reste délicate en l'absence de fouille.

13Cinq sites ont livré plusieurs menhirs associés ou non à des statues-menhirs. Leur état de conservation ne permet pas d'identifier avec certitude des alignements mais il s'agit de groupements de monolithes qui devaient probablement connaître une organisation interne comme c'est le cas en Corse-du-Sud.

14Seize statues-menhirs sont actuellement connues en Haute-Corse. Il n'est pas nécessaire de revenir ici sur leur aspect largement commenté par plusieurs auteurs. Les quatre exemplaires de Capo Castinco découverts à proximité les uns des autres pourraient avoir appartenu à un alignement aujourd'hui détruit ; un témoignage oral recueilli auprès d'une personne âgée de la région qui se souvient avoir connue un tel alignement, donne une certaine valeur à cette hypothèse.

15Huit menhirs isolés sont actuellement recensés, la plupart en réemploi, ce qui gêne évidemment l'étude de leur site d'implantation. Plusieurs, actuellement isolés, pouvaient être associés à des voies anciennes et à des cols, d'autres se trouvaient à proximité d'habitats de l'âge du Bronze.

16Contrairement à ce que l'on connaît dans le sud, l'association directe avec des structures funéraires ne semble pas exister.

17On peut considérer à l'issue de cette nouvelle campagne que l'objectif essentiel du pré-inventaire a été atteint : les données disponibles ont été classées, les sites décrits, dessinés et/ou photographiés (à quelques rares exceptions) et les potentialités pour des études à venir mieux définies. Le rassemblement en un seul document des données disponibles sur le mégalithisme de Haute-Corse permet une analyse plus globale afin de déterminer les problèmes à résoudre et les moyens nécessaires à mettre en œuvre.

18Quelques pistes de réflexions sont ouvertes. La spécificité de la microrégion du Nebbio apparaît clairement mais doit être expliquée notamment par une meilleure connaissance des habitats. Les sites d'implantation des mégalithes étant mieux connus, leur signification dans les paysages préhistoriques pourra être étudiée en regard avec la répartition des habitats.

Fig. 1 – Localisation des principaux sites mégalithiques

Fig. 1 – Localisation des principaux sites mégalithiques

Les numéros renvoient au tableau d'inventaire.

H. Marchesi (SRA), F. Leandri (AFAN), J. Magdeleine, 1995

Nom

Commune

Type

Fouille

Observations

1

Curnadoghja

Albertacce

groupement

Weiss 1965

1SM 3M

2

Poggio Laziu

Aregno

cercle

non retrouvé

3

San Zaccaria

Asco

pseudo-dolmen

4

U Nativu

Barbaggio

groupement

Ottoviani 1984

2SM 2M

5

Pinzu a Vergine

Baretali

groupement

1SM 7M

6

Campu di Buono

Bisinchi

coffre

Magdeleine 1992

7

Saint-François

Calacuccia

pseudo-dolmen

8

Luzzipeu

Calenzana

statue-menhir

hors contexte

9

Santa-Maria

Cambia

statue-menhir

hors contexte

10

Tre Pitta

Casamaccioli

pseudo-dolmen

11

Mezzu Pane

Casamaccioli

menhir ?

non retrouvé

12

Torraccia

Casamaccioli

pseudo-dolmen

13

Bocca a Stazzona

Casamaccioli

pseudo-dolmen

14

Musconi

Corbara

dolmen

disparu

15

Poggio

Corte

2 menhirs ?

Mazel 1965

en remploi

16

U Susinu

Galeria

coffre

Weiss 1979

vide

17

Acquilontra

Gavignano

menhir

Liegois 1974

en remploi

18

E Culonne

Lama

3 menhirs

19

E Collule

Murato

statue-menhir

20

Olmiccia

Murato

menhir

21

Monte Pietrescu

Murato

menhir

22

Monte Battagliola

Murato

coffre et cercle

1 ou 2 coffres

23

Gualdoso

Oletta

pseudo-dolmen

24

Escita Olmi

Capella

pseudo-dolmen

25

Punta d’Arco

Palasca

2 dolmens disparus

26

Dolmen de Pianello

Pianello

dolmen ?

27

Bocca al Prato

Pie d’Orezza

groupement

28 menhirs

28

Buccentone

Pieve

statue-menhir

hors contexte

29

Murello

Pieve

Statue-menhir

hors contexte

30

Pian di natu

Pieve

nécropole

4 coffres et plus vides

31

Inzecca

Pietroso

statue-menhir

hors contexte

32

Dolmen de Pruno

Pruno

dolmen ?

33

Murtola

Rapale

statue-menhir

hors contexte

34

Murello

Rapale

coffre

détruit

35

E Laure

Rapale

coffre et cercle

36

I Stanti Rogliano

1 menhir et 7 cercles

37

Nuvalella

Santa-Lucia-di-Mercurio

statue-menhir

38

Capo Castinco

Santo-Pietro-di-Tenda

4 statues-menhirs

2 disparues

39

Aghjola

Santo-Pietro-di-Tenda

coffre et cercle

vides

40

Pivanoso

Santo-Pietro-di-Tenda

coffre

vide

41

Monte Revincu

Santo-Pietro-di-Tenda

nécropole

Leandri 1995

2M, 3 cercles, 2 dolmens, 3 coffres

42

Teti

Santo-Pietro-di-Tenda

dolmen et menhir ?

43

U Zitellu

Santo-Pietro-di-Tenda

menhir

44

San Pancraziu

Santo-Pietro-di-Tenda

menhir

45

Monte Rosso

Urtaca

menhir

46

BI Forco

Urtaca

menhir

47

Pighiole

Ville-di-Paraso

4 cercles ?

non retrouvés

48

Selogna

Vivario

pseudo-dolmen

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des principaux sites mégalithiques
Légende Les numéros renvoient au tableau d'inventaire.
Crédits H. Marchesi (SRA), F. Leandri (AFAN), J. Magdeleine, 1995
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/19045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Henri Marchesi, Franck Leandri et Jacques Magdeleine, « Inventaire des mégalithes de Haute-Corse », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 24 avril 2017, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/19045

Haut de page

Responsables d'opération

Henri Marchesi

Service régional de l’archéologie

Articles du même responsable de fouilles

Franck Leandri

AFAN

Articles du même responsable de fouilles

Jacques Magdeleine

Bénévole

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals