Navigation – Plan du site
1995

Santa-Lucia-di-Mercurio – Nuvalella

1995 – Découverte fortuite
Responsable(s) des opérations : Michel-Claude Weiss
Notice rédigée par : Michel-Claude Weiss

Entrées d’index

Mots-clés :

statue-menhir, monolithe

Nature des opérations :

Découverte fortuite (DF)
Haut de page

Texte intégral

1Des travaux agricoles entrepris à Santa-Lucia-di-Mercurio, sur une parcelle jusque là délaissée, durent à l’origine de la mise au jour de cette statue-menhir (fig. 1).

Fig. 1 – Statue-menhir de Nuvalella

Fig. 1 – Statue-menhir de Nuvalella

M.-C. Weiss, 1995

2La situation de cette statue-menhir, à condition qu’elle soit en place, ne manque pas d’intérêt car elle se tenait à proximité immédiate du Tavignano et du ruisseau affluent de Santa Lucia, par conséquent au point de rencontre de deux voies naturelles empruntées à diverses époques.

3Cette statue-menhir est de nature schisteuse. La tête a été travaillée de telle sorte qu’apparaissent, par évidemment, le nez et, vers le haut, au-dessus des yeux, ce qui pourrait être interprété comme le début ou l’indice d’arcades sourcilières. A la base du nez, on distingue aisément une sorte de rainure. Sur une surface à peu près plane, deux cupules réduites figurent les yeux alors que le nez long et assez épais a été déterminé par enlèvement de matière des deux côtés. La bouche, rectiligne, est en fait une rainure peu large (longueur : 7 cm ; largeur : 2 cm ; profondeur : 0,6 cm). Les oreilles sont proéminentes. L’oreille gauche a été brisée lors de la découverte. L’intérieur, le creux, des deux oreilles est marqué par un évidemment nettement plus grand à gauche qu’à droite. D’une oreille à l’autre, le contour de la tête a été traité sous forme de méplat.

4Curieusement, le visage est légèrement en biais. Le cou est bien distinct. Les épaules se dégagent nettement du bloc de pierre. Elles sont asymétriques. Au niveau de l’épaule gauche, on note la présence d’un léger creux en biais. En définitive, le fût a une largeur non négligeable et assez constante bien que le bord droit soit légèrement sinueux. Côté droit, un renflement latéral semble indiquer le début d’un pied (mal isolé donc). Sur le bloc gauche, un renflement latéral encore moins net, et situé plus haut, est assez significatif car il alourdit la partie sous-jacente et confirmerait la fonction pied de ce segment.

5Il est a remarquer que la statue-menhir entière de la Curnadoghja, dans la région montagneuse peu éloignée du Niolo, possède également un pied, au demeurant plus net que celui de Nuvalella.

6Le dos est plutôt dégradé. Des enlèvements assez importants sont à signaler. De plus, de la tête à la base du monolithe, des stigmates plus clairs rappellent les contacts récents avec l’engin mécanique de la ferme. Par conséquent, cela signifie que la statue-menhir était couchée sur la face ventrale et était forcément en position horizontale.

7Le profil de la statue-menhir permet d’observer que le segment correspondant à la tête est légèrement incliné par rapport à l’axe général du monolithe. D’autre part, on remarque l’épaississement de la pierre dans la partie inférieure.

8Deux détails semblent caractériser cette statue et confirment son appartenance au groupe septentrional des monolithes sculptés : les oreilles proéminentes et les épaules saillants. Les première sn sien travaillées. Cependant, l’oreille gauche a été brisée lors de la découverte. Quant aux épaules, on a tenu à les individualiser nettement.

  • 1 Même 48 cm vers un renflement basal indiquant la limite d’un certain épaississement de la pièce qui (...)

9La statue-menhir a une hauteur actuelle de 1,98 m, mais sa taille dépassait 2 m si l’on considère que la base du fût a été en partie dégradée. La largeur va de 44 à 47 cm1.

10La statue-menhir de Nuvalella appartient donc au groupe septentrional des monolithes sculptés du nord de la Corse, groupe généralement considéré comme étant sans doute postérieur à la majorité des statues méridionales et que d’aucuns placent à l’âge du Fer, c’est-à-dire au ier millénaire av. J.-C. En fait, cette chronologie n’est pas vraiment assurée. Il faut comprendre que ces menhirs travaillés ont été retrouvés hors de tout contexte archéologique précis. De plus, l’absence de représentations d’armes restreint encore les possibilités de datation. La solution serait de découvrir un niveau archéologique associé à un tel vestige.

Haut de page

Notes

1 Même 48 cm vers un renflement basal indiquant la limite d’un certain épaississement de la pièce qui constitue, nous l’avons indiqué, une manière de pied, toutefois moins net que celui de la statue-menhir d’Albertacce.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Statue-menhir de Nuvalella
Crédits M.-C. Weiss, 1995
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/19049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Michel-Claude Weiss, « Santa-Lucia-di-Mercurio – Nuvalella », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 24 avril 2017, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/19049

Haut de page

Responsable d'opération

Michel-Claude Weiss

Université

Articles du même responsable de fouilles

  • Casaglione – Monte Lazzu [Texte intégral]
    2013 – Prospection thématique n° 1270
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Lumio – Monte Ortu [Texte intégral]
    1991 – Fouille programmée n° 151
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Calenzana – Anghjata [Texte intégral]
    1995 – Sondage n° 270
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals