Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20142A – Corse-du-SudCommune de Cargiaca

2014
2A – Corse-du-Sud

Commune de Cargiaca

Prospection diachronique (2014)
Responsable d’opération : Hélène Paolini-Saez

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Laboratoire régional d’archéologie (Corse)

Texte intégral

1L’opération archéologique de prospection de la commune de Cargiaca a permis en 2014 de renseigner la carte archéologique avec 12 indices de site, sites ou zones archéologiques.

2Très accidenté et vallonné, le territoire se prête à des emplacements de défense et d’observation. Par ailleurs, proche de cours d’eau et positionnée au sein d’un maillage de villages, Cargiaca est parfaitement intégrée dans les activités agropastorales des xviiie, xixe s. et du début du xxe s.

3Les indices d’occupations néolithiques et protohistoriques sont au nombre de cinq : Buffone, Puzza, Zizi, collines de Siu et Campanaggio.

4Il s’agit de sites ou de zones archéologiques positionnés sur des points culminants privilégiant des points d’observation stratégiques difficiles d’accès, naturellement défensifs (Buffone et Puzza) ou sur des voies de cheminement (pseudo-dolmen de Campanaggio). Ces implantations, bien que difficilement datables avec précision, participent à l’occupation du territoire à la Protohistoire et verrouillent les accès dans les terres. Seul le site de Zizi, qui pourrait être un habitat démantelé, a livré suffisamment de mobiliers céramique et lithique pour proposer une attribution chronologique entre la fin du Néolithique et l’âge du Bronze.

5Privilégiant les mêmes préoccupations défensives, le castello della Rocca, mentionné sur le plan Terrier, est implanté sur un éperon rocheux permettant une bonne observation. Les arases d’un donjon, encerclées de fortifications en partie naturelles (roche en place), mais également construites, participent à la défense du territoire. Il s’agit certainement d’une place forte secondaire, ou d’une tour isolée, de la famille des Biancolacci, seigneurs de l’Alta Rocca et dont le château principal était Capula à Levie.

6Les travaux de prospection ont permis également de retrouver un des deux moulins mentionnés sur le cadastre de 1858 ainsi que le hameau de Nivalone au lieu-dit Cannella.

7Cette étude permet de remarquer l’omniprésence de certaines familles (Rocca Serra et Serra), descendants vraisemblablement des seigneurs du castello della Rocca, qui occupent la Casa Maggiore dans l’ancien quartier du village à Corrintina.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Paolini-Saez, « Commune de Cargiaca » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/19069

Haut de page

Auteur

Hélène Paolini-Saez

Laboratoire régional d’archéologie (Corse)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Paolini-Saez

Laboratoire régional d’archéologie (Corse)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search