Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20142B – Haute-CorseL’occupation du Boziu

2014
2B – Haute-Corse

L’occupation du Boziu

Prospection diachronique (2014)
Responsable d’opération : Émilie Tomas

Texte intégral

1Cette opération de prospection diachronique a été menée sur les communes suivantes (du nord au sud) : Bustanicu (11,52 km2), Alandu (3,05 km2), Sant’Andrea-di-Boziu (24,03 km2) et Zuani (5,16 km2). C’est l’absence d’étude scientifique du Boziu qui a motivé la réalisation d’une première campagne archéologique dont le bilan est mitigé. En effet, en raison du dense couvert végétal, l’observation des vestiges a été lacunaire.

2Les sites archéologiques répertoriés correspondent pour la majorité aux périodes médiévales et modernes. En effet, les édifices de culte (fig. 1) et hameaux sont les occupations les mieux documentées où l’architecture conserve quelques éléments de décor de ces périodes (fig. 2) : décor animalier ou floral, pierre gravée, corbeaux encadrant les portes, etc. La répartition des habitats n’est pas éclatée sur le territoire ; au contraire, les hameaux sont concentrés dans la même fourchette altitudinale tout en étant semi-dispersés dans cette zone géographique préférentielle. Aujourd’hui, seuls deux habitats désertés sont connus : Torra (Sant’Andrea-di-Boziu) et Il Poggio (Bustanicu). Dans les deux cas, les vestiges permettent de dresser le profil général de l’habitat, composé d’une dizaine de cellules mitoyennes où le mobilier céramique visible en surface atteste d’une occupation post-médiévale.

Fig. 1 Alandu : abside de l’église de Santa-Maria d’Alandu

Fig. 1 – Alandu : abside de l’église de Santa-Maria d’Alandu

Cliché : É. Tomas.

Fig. 2 Bustanicu : chaînage d’angle conservant des décors

Fig. 2 – Bustanicu : chaînage d’angle conservant des décors

Cliché : É. Tomas.

3Le réseau des habitats est encadré par de nombreux édifices de culte dont certains se démarquent par leur position de retrait ; Santa Servanta (Sant’Andrea-di-Boziu) en est un exemple. Cet édifice de culte situé sur une crête est en position dominante par rapport au paysage bâti. C’est ici la fonction de l’édifice qui permet d’expliquer cette situation. En effet, Santa Servanta est à concevoir comme un édifice de culte ayant la fonction de « relais » par rapport à des édifices paroissiaux.

4L’autorité civile s’affirme par les Cortinchi qui possèdent la fortification de Petra Larata (Zuani). Historiquement, après avoir prêté serment de fidélité devant Gênes, les Cortinchi perdent le contrôle de leur fortification en 1289 ; aux environs de 1421, ils reprennent possession de leur château. Cependant, suite à de nombreux conflits, dès 1489, la fortification est de nouveau entre les mains de Gênes et plus précisément de l’Office de Saint-Georges. Aujourd’hui, ce site se distingue du paysage par son relief : un sommet formant une tour. Sont encore visibles quelques arases formées d’une à trois assises liées à un mortier de chaux ainsi que les arases de la citerne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Alandu : abside de l’église de Santa-Maria d’Alandu
Crédits Cliché : É. Tomas.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/19104/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 2 Bustanicu : chaînage d’angle conservant des décors
Crédits Cliché : É. Tomas.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/19104/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Tomas, « L’occupation du Boziu » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/19104

Haut de page

Auteur

Émilie Tomas

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Émilie Tomas

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search