Navigation – Plan du site

AccueilRégionsHauts-de-France201359 – NordCroix – Église Saint-Martin

2013
59 – Nord

Croix – Église Saint-Martin

2013 – Fouille préventive n° 156876
Responsable d’opération : Richard Jonvel

Texte intégral

1La fouille préventive de l’église Saint-Martin de Croix s’est déroulée entre juin et juillet 2013 préalablement à la mise en place d’un système de chauffage par le sol. Sa construction induisait la destruction de tous les vestiges archéologiques présents à moins de 0,50 m de profondeur sur 300 m2. Cet aménagement était complété par un réseau de tuyauterie de 50 m cumulés, enterré entre 1,80 et 2 m de profondeur dans une tranchée de 1,20 m de large. La fouille a concerné la nef et la travée du transept de l’édifice paroissial Saint-Martin dont la dernière extension (transept et abside) date de 1879. L’importante recherche documentaire dès le diagnostic (Sophie Oudry-Braillon, Inrap) et les résultats de la fouille préventive déterminent 5 phases chronologiques. La première phase concerne une nécropole dont le lieu de culte n’a pas été localisé. Les sépultures en pleine terre sont orientées est-ouest et sont disposées régulièrement, attestant d’une gestionordonnée des inhumations. Les datations 14C (résultat fin 2014) préciseront la fourchette chronologique de cette phase où l’on relève deux niveaux d’inhumations avant la construction de l’église (tardo-médiévale ?), connue en élévation par une planche de l’Album de Croÿ. Cette construction (phase II), orientée est-ouest, a été reconnue en quatre endroits, recoupée perpendiculairement par les maçonneries des deux nefs postérieures. C’est un bâtiment composé de trois vaisseaux dont deux ont été reconnus en fouilles. Ces deux vaisseaux s’ouvrent sur des absides surélevées. Les sépultures en relation avec cette phase se situent toutes à l’extérieur de l’édifice et plusieurs monnaies ont été retrouvées associées à celles-ci. Toutefois, une tranchée au niveau de l’actuelle première travée indique que les sépultures à l’intérieur de l’édifice médiéval se situent plus profondément, échappant ainsi à la fouille. Cet édifice disparaît en 1799 et un cimetière prend place à son emplacement. Il est organisé autour d’une petite place pavée de briques et d’un crucifix (phase III). L’organisation des sépultures n’a pu être mise en évidence en raison des nombreuses réductions. Le cimetière est actif jusqu’en 1808 date à laquelle la commune construitune nouvelle église orientée sud-nord, en briques et dont les murs gouttereaux et le chevet plat ont été dégagés, ainsi qu’un vestige du pavage de son parvis (phase IV). Les inhumations s’organisent perpendiculairement aux murs gouttereaux. À signaler, pour cette phase, la reconnaissance d’un secteur d’immatures et l’existence d’un important ossuaire regroupant une centaine d’individus. La phase V concerne l’édifice actuel construit en 1846 puis agrandit en 1879. Cette date marque la fin de l’utilisation de la parcelle comme lieu d’inhumation.

Étude anthropologique (Nuria Villena Mota)

2L’ensemble se compose de 87 squelettes en place, ainsi que des réductions associées et d’un ossuaire. L’organisation des tombes correspond au cas de figure typique d’un cimetière paroissial urbain. La majorité des tombes ont été recoupées ou réaménagées afin d’accueillir des nouvelles sépultures ou bien pour s’adapter aux aménagements architecturaux des églises successives. Seules 19 sépultures (soit 20 %) n’ont pas souffert des remaniements (dont 8 correspondent à des tombes d’enfants).

3On distingue un secteur où se trouvent concentrées la majorité des tombes appartenant à des sujets immatures (11 tombes), avec des âges situés autour de la naissance jusqu’à 7 ans.

4L’étude des liaisons ostéologiques est entreprise pour l’analyse du nombre minimum d’individus (NMI) présents dans l’ossuaire et dans les réductions. La majorité des pathologies repérées correspond à des maladies dégénératives et dentaires ce qui suggère une population atteignant un âge avancé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Jonvel, « Croix – Église Saint-Martin » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Hauts-de-France, mis en ligne le 09 mai 2017, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/19332

Haut de page

Auteur

Richard Jonvel

Université

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Richard Jonvel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search