Navigation – Plan du site
2008

Drouville – Rue du château, lotissement d'habitations

Notice rédigée par : Rémy Jude

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 137351

Date de l'opération : 2008 (EX)

1Le diagnostic archéologique, réalisé du 3 au 16 septembre 2008, concerne une surface totale de 31 720 m2. Deux secteurs distincts ont été définis à l'ouest et à l'est du site. Parmi les 95 sondages réalisés, 57 se sont révélés positifs. 

2Une dense occupation gallo-romaine a été mise en évidence sur la moitié sud du secteur 1 avec les indices d'un habitat en pierres maçonnées, au moins trois bâtiments sur poteaux et près d'une dizaine de poteaux épars à fonction indéterminée. Trois fosses de rejet et un fossé ont également été répertoriés.

3Trois sondages ont révélé la présence de fours en batterie avec une activité particulièrement soutenue dans le sondage 19 (13 foyers).

4La fonction de ces structures serait liée à la cuisson d'aliments comme en témoigne la présence de nombreux ossements animaux calcinés, portant parfois des traces de découpe. Cependant, les caractéristiques singulières de ces foyers, comme leur nombre et leur concentration ou encore la forte proportion d'ossements dans les comblements, ne suffisent pas à expliquer la nature de l'activité.

5Les indices chronologiques mis au jour situent l'occupation du site de quelques années avant notre ère (phase transitoire La Tène Illb/Antiquité) à 420 de notre ère.

6Les indices d'une occupation gallo-romaine en secteur 2 sont plus diffus et davantage résiduels. Il s'agit pour l'essentiel de fragments de tuile piégés dans des structures plus récentes.

7Les sources orales, écrites et iconographiques font largement état du château de Drouville. L'histoire de ses propriétaires est connue depuis l'achat des terres par Christophe de Gâtinois à la fin du XVIe s. jusqu'à la destruction des bâtiments par l'armée allemande en 1914. Malgré tout, la connaissance des édifices dans leur élévation, leur agencement et leurs caractéristiques architecturales se limite à l'état du XXe s.

8La campagne de sondages de diagnostic archéologique permet d'apporter une lecture inédite du site. L'étude stratigraphique réalisée au sein de chaque sondage a permis d'établir trois grandes phases chronologiques relatives pour la moitié sud du château. L'autre moitié se trouvant hors de l'emprise du projet, le plan général a été établi par extrapolation, en s'appuyant sur la documentation et les vestiges encore visibles aujourd'hui.

9Le château comprend, dans une première phase, un bâtiment allongé correspondant à l'aile latérale sud du château, orienté ouest - sud-ouest à est - nord-est, de 10,40 m de large et de plus de 40 m de long. Au moins une porte est percée sur la façade extérieure et il n'est pas impossible que des caves aient été aménagées. À son extrémité occidentale s'élève un pavillon d'angle de 14,70 m de large sur une longueur restituée de 15,45 m, qui fait le lien avec le corps principal. Un large fossé en pente borde l'intérieur d'un mur d'enceinte à l'extrémité ouest du site. Ce dernier est conforté de deux tours circulaires aux angles occidentaux et entoure un domaine de 4 ha.

10Cette configuration, attribuable à Antoine de Gâtinais, au moins dans son achèvement, est postérieure à 1589 (fondation de la seigneurie) et antérieure à 1656 (mort d'Antoine). Ce plan perdure au moins jusqu'à la première moitié du XVIIIe s. comme en témoigne la carte des Naudin.

11Une deuxième phase est caractérisée par des réaménagements intérieurs de l'aile latérale sud et du pavillon d'angle. Contre ce dernier est construit un nouvel édifice orienté vers le nord. Un système d'évacuation des eaux usées vers les fossés et la présence de pavements intra murossemblent confirmer la présence des écuries décrites par Édouard Chatton (Chatton, 1911, p. 173). Une cave est également aménagée dans un deuxième temps et la cour intérieure est vraisemblablement pavée.

12À l'extérieur, le fossé est assaini. Un gailloir y est aménagé au droit des écuries de même qu'un bassin arrondi, plus au sud, dont la fonction exacte reste indéterminée.

13Le château est donc agrandi dans cette deuxième phase et semble perdre sa fonction purement défensive avec de nouveaux aménagements ouverts sur l'extérieur. À défaut d'indices chronologiques précis, ces modifications se situent, par comparaison avec les plans et par l'étude des textes, entre 1656 (mort d'Antoine de Gâtinois) et la première moitié du XVIIIe s. (carte des Naudins).

14Dans une troisième phase, les façades sud et ouest du pavillon d'angle sont arasées et réemployées partiellement en mur de clôture. Une partie des cloisons intérieures se transforme ainsi en murs extérieurs. La terre cuite est largement employée, notamment pour aménager des niveaux de circulation et une cuisine est reconstruite à l'est de l'aile sud. Enfin, la cour est partiellement rehaussée d'une esplanade sur son tiers est. Ces transformations, d'ordre fonctionnel, sont opérées avant 1811 (cadastre napoléonien).

15Les résultats obtenus dans le secteur 2 sont relativement conformes aux textes. Des fosses d'implantation d'arbres ou d'extraction de matériaux côtoient quelques structures de drainage, mais à l'exception du mur de clôture du château en fond de parcelle aucune structure construire n'a été observée. 

16Le diagnostic archéologique a permis d'exhumer les fondations d'un château très différent des connaissances actuelles. Les vestiges archéologiques de celui-ci sont, pour la plupart, affleurants et, de ce fait, directement menacés par toute activité de terrassement ou même de circulation d'engins. Dans le cadre d'un lotissement, l'ensemble des structures présentes sur le site est voué à la destruction du fait de leur faible profondeur de conservation (maximum 1 m).

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Rémy Jude, « Drouville – Rue du château, lotissement d'habitations », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Lorraine, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 06 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1941

Haut de page

Responsable d'opération

Rémy Jude

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals