Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201369 – RhôneLyon (7e) – 23 rue Marc-Bloch

2013
69 – Rhône

Lyon (7e) – 23 rue Marc-Bloch

Fouille préventive (2013)
Responsable d’opération : Emma Bouvard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Lyon

Texte intégral

1La parcelle adressée au 23 rue Marc-Bloch se situe en rive gauche du Rhône, dans un quartier où l’archéologie intervient peu. Néanmoins, les quelques découvertes anciennes (éléments lapidaires antiques à vocation funéraire notamment, bornes miliaires) ainsi que les opérations d’archéologie préventive, si ponctuelles soient-elles, ont permis la publication d’une première synthèse (Blaizot et al. 2010 ; rapports de d’opérations cités en bibliographie). Elle met en lumière la fréquentation ancienne, bien que sporadique de cet espace (découvertes du Néolithique final et âge du Bronze au nord et nord-ouest du site Marc-Bloch), ainsi qu’une exploitation du terroir dès l’Antiquité, en témoignent les fossés parcellaires mis en évidence, à quelque 300 m au nord de la présente fouille. L’élément structurant le plus marquant serait la voie de circulation dite compendium, reliant la cité de Lugdunum à Vienne.

2Le terrain naturel, une terrasse fluvio-glaciaire, datée jusqu’à présent du Fini-Würmien (Tardiglaciaire) (Macé et al. 1993), soit 20 000 BP (stade de Morestel), affleure dans ce quartier à très faible profondeur sous la chaussée contemporaine. Rue Marc-Bloch, il affleure au sud-ouest à 168,03 m NGF (soit à moins de 0,50 m sous la chaussée du xxe s.) et à 163,90 m au nord-est. La fouille de 2013-2014 a donné lieu à de nouvelles observations morphologiques et sédimentaires, et à une datation OSL reculant de 20 000 ans l’âge initialement donné. Par conséquent, le sédiment testé et daté de 40 000 BP se serait déposé durant le Würm, soit pendant la période glaciaire. Les reliefs observés évoquent un bourrelet : il s’agirait d’une levée de berge due aux chenaux de fonte périglaciaires. Au-delà de ce bourrelet, en direction du nord, on peut restituer une topographie initiale (avant occupation et modifications anthropiques) en pente en direction du nord-est de 11 % (6,3°), inverse à la topographie urbaine actuelle.

3Deux entailles anthropiques semi-circulaires, marquent la rupture de pente (fig. 1). Ces cuvettes semblent résulter d’une extraction de sables et galets. Elles sont comblées par des remblais antiques contenant du mobilier (céramique essentiellement) et des écofacts funéraires (charbons, os brûlés et non-brûlés) issus de crémations et d’inhumations ayant eu lieu, d’après le mobilier céramique, entre le milieu du ier s. et le milieu du iie s. apr. J.-C.

Fig. 1 – Plan général des vestiges

Fig. 1 – Plan général des vestiges

DAO : J. Ramona, J. Torgue (SAVL).

4À l’Antiquité appartiennent aussi deux sépultures individuelles primaires à inhumation (datation 14C : 135-335). Elles sont occupées par deux individus (un jeune adulte de sexe masculin et un immature d’environ 12 ans) installés dans des fosses subovalaires relativement étroites, creusées dans le TN. Ils sont tous deux déposés dans des coffres de bois cloués.

5Plus tardivement, à la fin du vie s. ou au début du viie s. (datation 14C sur charbon), un bâtiment sur poteaux est bâti sur l’espace plan sis à l’avant de la plus grande ablation alors remblayée. Ses dimensions modestes (7 x 4,5 m) en font une cabane ou une cellule d’habitation n’excédant pas 31,5 m2, répartis selon deux travées est-ouest séparée par la ligne faîtière. On restitue un petit appentis sur sa face nord constitué de deux poteaux parallèles à la ligne de façade et possiblement destinés à recevoir une prolongation de la couverture.

6Aux viie s. ou viiie s., un autre bâtiment prend la place du précédent, selon une orientation et une morphologie similaire. Cette fois-ci, il est édifié sur solins de matériaux de construction antiques détritiques (blocs de gneiss et de granit, fragments de calcaires tendres type Seyssel ou du Midi, tegulae…) liés à un sédiment argilo-limoneux verdâtre (fig. 2). La largeur de ces murs, bien que n’ayant laissé des traces que fort ténues (parfois à peine 0,02 m d’épaisseur), atteint 0,70 m. Proche de l’angle nord-est, l’espace interne accueille une fosse circulaire de près d’1,70 m de diamètre contenant en situation secondaire des matériaux de construction similaires au solin, ainsi qu’une couche cendreuse et charbonneuse où une oule fragmentaire a été recueillie. Associé à ce bâtiment (habitat, abri temporaire lié à une activité spécifique ?) a été mis au jour un mur de terrasse de même orientation et contenant les remblais antiques dévalant depuis le sommet de l’ancienne fosse d’extraction.

Fig. 2 – Mur de terrasse médiéval MR116 et son retour MR119 (viie-viiie s.)

Fig. 2 – Mur de terrasse médiéval MR116 et son retour MR119 (viie-viiie s.)

Cliché : SAVL.

7Après une phase de recouvrement sédimentaire largement pédogénéisé, constitué de terres organiques noires, pauvres en mobilier, le site est investi et aménagé à des fins agricoles durant le xviie s. : fossés parcellaires, drains et ensevelissement de bestiaux (bovidés, équidés) jalonnent la parcelle.

8Au xixe s., le cadastre napoléonien donne à voir une parcelle exempte de toute construction. La mise au jour d’un fossé est-ouest, traversant le tiers sud-ouest du terrain, illustre cette période où le quartier de la Madeleine était encore très peu occupé.

9Enfin, le xxe s. est marqué par l’investissement des lieux par l’entreprise de quincaillerie Maurin dont les bâtiments industriels de 1950 ont été détruits préalablement au diagnostic archéologique de 2013. Caves, cuves à fuel, et quelques fondations restantes ont été extraites durant la fouille, derniers vestiges d’une industrie du siècle dernier.

Haut de page

Bibliographie

Blaizot F. (dir.) 2010 : Archéologie d’un espace suburbain de Lyon à l’époque romaine. Paléogéographie de la plaine alluviale, axes de communication et occupations, Gallia, 67-1, CNRS Éditions, Paris, 165 p.

Bellon C. 2013 : 23 rue Marc-Bloch, Lyon 7e, Rapport de diagnostic, Bron, Inrap, 94 p.

Bellon C., Cécillon C., Franc O., Rambault B., Vachon V. 2005 : 41 rue Père Chevrier, 16-18 rue des Trois Pierres, Lyon 7e, Rapport de diagnostic, Bron, Inrap, 18 p.

Bouvier A. 1998 : 19 rue Saint-Lazare, 51 rue Père Chevrier, Lyon 7e, Rapport de sondages, Bron, Afan, 9 p.

Bernot E. 2009 : 37 rue du Repos, Lyon 7e, Aménagement du parc Blandan, Rapport de diagnostic d’archéologie préventive, Lyon, SAVL, 2 vol.

Bouvard E. 2012 : 51 route de Vienne, Lyon 7e, Rapport de diagnostic d’archéologie préventive, Lyon, SAVL, 49 p.

Cecillon C. , Franc O., Frascone D. 2000 : 20-22 rue Élie-Rochette, 33-35 rue du Père Chevrier, Lyon 69007, Document final de synthèse de fouille de sauvetage, Bron, Afan, 94 p.

Hénon P., Savino V. 2002 : 57-59, 63 rue Rachais, Lyon 7e, Projet immobilier le Patio Saint-Louis, Rapport de diagnostic archéologique, Bron, Inrap, 14 p.

Jacquet P., Pont C. 2002 : 8-12 rue Creuzet, 43 rue Saint-Michel, Lyon 7e, Rapport d’évaluation archéologique, Bron, Inrap, 7 p.

Jacquet P., Mazuy D., Franc O. 2002 : Rue Creuzet, rue Montesquieu, Pavillon Saint-Louis, Lyon 7e, Diagnostic archéologique, Bron, Inrap, 8 p.

Joly J.-L. 2000 : ZAC Porte Ampère, boulevard Chambaud la Bruyère, rue de Surville, Lyon 7e, Document de synthèse de diagnostic archéologique, Bron, Afan, 13 p.

Liagre J. (dir.), 2012 : Îlot Domer, 23 rue Marc-Bloch, rue Père Chevrier, rue Saint-Lazare, Lyon 7e, Rapport de diagnostic d’archéologie préventive, Lyon, SAVL, 59 p.

Macé S., Vérot-Bourrely A., Bravard J.-P. 1993 : Genèse et fonctionnement holocène de la plaine alluviale du Rhône à Lyon, in Archéologie et environnement des milieux aquatiques : lacs, fleuves et tourbières du domaine alpin et de sa périphérie, Actes du 116e colloque du congrès national des sociétés savantes, Chambéry, 29 avril-4 mai 1991, Paris, éd. du CTHS, p. 17-31.

Monin M. 1991 : 48 à 50 rue de la Madeleine, Lyon 69007, Rapport de sondages, Lyon, SAVL, 1 p.

Nourissat S., Franc O., Widlak W. 2002 : 62 avenue Jean-Jaurès, 13 rue Saint-Jérôme, 30 rue Père Chevrier, Lyon 69007, Document Final de Synthèse, Lyon, Inrap, 14 p.

Rahatsöz M. 1997 : 21-23 rue du Père Chevrier, 22-26 rue Saint-Jérôme, Lyon 7e, Document final de synthèse, Bron, Afan, 84 p.

Ramponi C., Bellon C. 2003 : 43 rue Père Chevrier, 18-20 rue d’Athènes, Lyon 7e, Rapport de diagnostic, Bron, Inrap, 5 p.

Ramponi C., Mortagne-de-Sury B. 1998 : Îlot Parmentier, Jaboulay, Saint-Lazare, Brigadier Voituret, Lyon 7e, Rapport de diagnostic archéologique, Bron, Afan, 7 p.

Savino V. 1997  : 37-37bis rue de Marseille, Lyon 7e, DFS d’évaluation, Bron, Afan, 7 p.

Vicard T., Kuntz L., Franc O. 2001 : 12-14 rue du Béguin, Lyon 7e, Sondages d’évaluation, Bron, Afan, 5 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des vestiges
Crédits DAO : J. Ramona, J. Torgue (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/20137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Mur de terrasse médiéval MR116 et son retour MR119 (viie-viiie s.)
Crédits Cliché : SAVL.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/20137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emma Bouvard, « Lyon (7e) – 23 rue Marc-Bloch » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/20137

Haut de page

Auteur

Emma Bouvard

Service archéologique de la Ville de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emma Bouvard

Service archéologique de la Ville de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search