Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire200844 – Loire-AtlantiqueAncenis – Zac de La Savinière 1 et 2

2008
44 – Loire-Atlantique

Ancenis – Zac de La Savinière 1 et 2

Fouille préventive (2008)
Responsable d’opération : Nicolas Pétorin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La Zac de La Savinière, sur un coteau dominant le marais de Grée au nord de la ville d’Ancenis, a fait l’objet d’un diagnostic archéologique qui a mis au jour de nombreux vestiges archéologiques inédits de l’âge du Bronze ancien, du second âge du Fer (La Tène moyenne-finale) et de la période romaine (ier s. apr. J.‑C.). Plusieurs opérations de fouilles préventives ont donc été prescrites sur ce secteur.

2Les zones mitoyennes de La Savinière 1 et 2 occupent la partie amont d’un talweg, globalement nord-sud, traversant l’ensemble de la Zac. Sur le versant ouest (zone 1), diagnostic et fouille ont caractérisé un habitat individualisé de La Tène moyenne-finale (iie s. av. J.‑C.) – enclos quadrangulaire simple, tranchées de fondations, greniers sur poteaux plantés – ; en fond de vallon et sur le versant est (zone 2), les éléments mis au jour sont composés de vestiges ténus d’occupations variées, concernant l’âge du Bronze, le second âge du Fer, l’Antiquité, et surtout les Époques moderne et contemporaine.

3Il est à noter, pour les 2 zones considérées, un fort taux d’érosion naturelle et agricole des versants, aggravé pour le secteur de l’enclos gaulois, par la circulation intensive d’engins de chantier durant l’intervalle entre le diagnostic et la fouille : entre compactages et ornières, nombre de vestiges fragiles (mobilier céramique, petites tranchées de fondations…) ont ainsi disparu au redécapage.

4La majeure partie des informations collectées lors de la fouille du site de La Savinière 1-2 provient donc de la zone 1, sur le versant ouest du vallon : l’essentiel de la surface décapée correspond à l’enclos d’habitat laténien et sa relation avec le talweg, sur la façade orientale.

5Les fossés rectilignes délimitent un enclos quadrilatéral d’une surface d’environ 4 300 m2. Les variations des profils, de la nature des comblements (sable, plaquettes de schiste…), paraissent plus directement liées aux différences de composition du substrat qu’à d’éventuels aménagements techniques. Le mobilier récolté y est rare et chronologiquement homogène, concentré dans les horizons supérieurs des colmatages.

6Seul le long fossé nord-est (74 m) de l’enclos ouvrant directement sur le talweg, présente des particularités notables. Il y a, à l’évidence, sur cette façade, deux phases d’aménagement successives qui, sans influer sur l’organisation générale, traduisent une modification probable de l’entrée, de la clôture, du drainage des écoulements.

7À l’intérieur, la répartition des vestiges paraît conditionnée par la topographie : en effet, à de rares exceptions près, les bâtiments et les fosses se trouvent concentrés sur les deux-tiers de la surface vers l’ouest à l’écart de l’entrée et du fond de vallon.

8L’occupation semble avoir été assez brève, sans transformation évidente de l’organisation spatiale. Tous les plans de bâtiments sont cohérents entre eux, sans superposition visible. On compte 6 édifices carrés à 4 poteaux (greniers, tour ?), d’une petite construction rectangulaire à 5 poteaux (pignon en «abside»), et 3 bâtiments rectangulaires (habitations de plus grands modules), présentant chacun au moins un angle et un côté encore matérialisés par une tranchée de fondation étroite et peu profonde.

9Parmi les autres types de structures excavées, on note, outre les diverses fosses aux fonctions indéterminées, les vestiges d’au moins une structure de combustion en creux à l’écart des bâtiments. En revanche, aucune trace d’une quelconque activité artisanale n’a été décelée. Le mobilier archéologique (céramiques et terres cuites types « plaques foyères », quelques fragments d’amphores, une meule) n’est pas abondant, mais chronologiquement homogène, et reflète une stricte activité domestique. Pour l’essentiel, il ne provient pas de rejets dans les fossés mais des abords immédiats des trois bâtiments principaux à tranchées de fondations.

10Dans le talweg lui-même, la principale information est la présence répétée d’empierrements linéaires, généralement perpendiculaires à l’axe du chenal, et systématiquement constitués d’un lit unique de dallettes de schiste à plat. Par leur position stratigraphique et le rare mobilier récolté, ils peuvent être mis en relation avec l’occupation laténienne. Si une origine « naturelle » semble exclue, aucune interprétation évidente de ces éléments n’a pu être proposée.

11Quelques indices épars (une incinération, lots céramiques en comblement de fossés), principalement mis au jour sur le versant oriental du vallon, confirment l’existence, identifiée lors du diagnostic (La Savinière 3), d’une implantation gallo-romaine dans le tout proche environnement. S’il semble évident que les habitants de l’âge du Bronze du site de La Savinière 5, à quelques centaines de mètres en aval du vallon, ont parcouru le secteur et même éventuellement y ont eu des activités ponctuelles, il n’y a pas d’indices probants d’une occupation pérenne de cette époque sur La Savinière 1-2. Ainsi, la datation âge du Bronze (envisagée lors du diagnostic) d’un petit bâtiment sur le versant est du vallon, n’a pu être confirmée.

12Divers éléments de parcellaires, ainsi qu’un long alignement de pieux de clôture, sont non datés ou correspondent à des limites cadastrales d’époque contemporaine.

Fig. 1 – Plan général de l’enclos du iie s. av. J.-C.

Fig. 1 – Plan général de l’enclos du iie s. av. J.-C.

DAO : E. Péan (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de l’enclos du iie s. av. J.-C.
Crédits DAO : E. Péan (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Pétorin, « Ancenis – Zac de La Savinière 1 et 2 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2027

Haut de page

Auteur

Nicolas Pétorin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Pétorin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search