Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes2012Projets collectifs de rechercheRéseau de lithothèques en Rhône-A...

2012
Projets collectifs de recherche

Réseau de lithothèques en Rhône-Alpes

Projet collectif de recherche (2012)
Responsable d’opération : Paul Fernandes
Notice rédigée avec Paul Fernandès

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Paléotime

Texte intégral

1Cette année, le travail a permis de compléter la base de données en Rhône-Alpes et en Auvergne, d’élaborer une carte des formations à silex pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et de constituer les bases d’un atlas des microfaciès permettant de mieux discriminer les silex collectés dans les formations positionnées et décrites.

2Ces contributions sont en phase avec le besoin d’une vision plus globale. Celle-ci nécessite une connaissance dépassant les limites régionales, afin de mieux appréhender la circulation des matières premières à grande distance. La possibilité d’analyser, avec de nouveaux outils, les silex sur plusieurs territoires est le corollaire de tous les efforts entrepris depuis le début de la pétroarchéologie. Cet aboutissement apporte des informations qui doivent être mises au service de tous les acteurs concernés par le sujet. C’est ce défi qui est relevé par les membres du PCR, afin de dessiner, de façon plus précise, la structure socio-économique des Préhistoriques.

3Les cartes des formations à silex des régions Rhône-Alpes, Auvergne et Provence-Alpes-Côte d’Azur sont présentées. Il s’agit de documents cartographiques ouverts et à la disposition des chercheurs régionaux et extrarégionaux. C’est un outil évolutif, qui doit servir de base à un développement ultérieur. Chacun peut dès aujourd’hui intégrer l’ensemble de ces données à sa démarche cartographique.

4Une base de données harmonisée livre désormais des informations précises sur différents types de microfaciès marqueurs présents en Rhône-Alpes, Auvergne, Aquitaine et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les représentations photographiques à toutes les échelles et précisément légendées représentent l’apport principal de notre contribution. Cet atlas et son interface cartographique sont un soutien à la communauté des préhistoriens, car aucun d’entre nous ne peut acquérir une connaissance intime de toutes les ressources à l’échelle du sud de la France. En outre, les comparaisons avec les échantillons physiques de plusieurs régions sont impossibles. La portée de ce travail encyclopédique n’est pas de tomber dans le piège de diagnoses « sur écran », mais bien de permettre aux archéologues de faire un premier tri, sachant que l’expertise devra incomber à des spécialistes. L’atlas deviendra l’outil de l’expert, qui saura alors où consulter l’échantillon physique.

5En parallèle, un groupe de travail continue de développer les méthodes de caractérisation des transformations cristallographiques et structurales liées au vieillissement ou à la chauffe de la calcédoine (Schmidt, Fernandes, Thiry, Piboule).

6Ce décloisonnement des pratiques pétroarchéologiques nécessite de contacter un grand nombre d’intervenants. Les contacts noués en 2012 ont été fructueux, mais encore insuffisants. La mise en place de ces réseaux de collaboration est un des enjeux de la recherche en pétroarchéologie.

7La volonté de finaliser l’atlas des microfaciès dans les deux années à venir devient notre principal challenge. Nos autres objectifs sont quasi identiques à ceux de 2011 :

8coordonner les opérations de prospection des gîtes siliceux en harmonisant et en améliorant les modes de prélèvement et d’enregistrement des échantillons ;

9renforcer les collaborations entre les acteurs de la recherche sur les matières premières siliceuses dans le sud de la France (géologues, archéologues, prospecteurs), en favorisant les occasions de rencontre. La réunion de travail organisée lors d’une séance SPF à Nice en mars 2013 par D. Binder doit servir de tremplin à de nouvelles collaborations ;

10dynamiser les recherches sur l’origine des matériaux lithiques préhistoriques, en favorisant l’accessibilité aux échantillons. La mise en réseau de bases de données harmonisées devient l’enjeu de la recherche sur les rapports entre les hommes et leur territoire.

11La prochaine publication de la thèse de Paul Fernandès devrait permettre de mieux diffuser le protocole de caractérisation, prenant en compte la notion de « Chaîne évolutive ». Il permet de décrypter la succession des événements subis par le silex. Les indices enregistrés par ce matériau participent à la détermination des lieux de collectes (chaque silex enregistre sa propre histoire, mais chaque type d’environnement impose une série de traits communs), et à la caractérisation des processus à l’origine de la mise en place de l’unité archéologique du site étudié.

12La poursuite de l’effort lexical engagé depuis 2004 par certains membres du PCR permet de proposer un nouvel outil de référence pluridisciplinaire indiquant les correspondances entre les définitions des mots clés. Nous présentons une version plus aboutie que celle de 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Fernandes, Paul Fernandès, « Réseau de lithothèques en Rhône-Alpes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/20370

Haut de page

Auteur

Paul Fernandès

Paléotime

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Paul Fernandes

Paléotime

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search