Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes2012InterdépartementalL’habitat fortifié à l’âge du Bro...

2012
Interdépartemental

L’habitat fortifié à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer sur le versant oriental du massif Central (Ardèche, Loire, Rhône)

Prospection thématique (2012)
Responsable d’opération : Fabien Delrieu

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1L’année 2012 correspondait à la première phase de ce programme de recherche. Une autorisation de prospection thématique avait été délivrée pour cette première échéance, afin de définir, puis caractériser le corpus d’étude, et de mettre en place une équipe de recherche pluridisciplinaire. Le cadre chronologique de cette étude correspond à l’ensemble de l’âge du Bronze et au premier âge du Fer, du Bronze ancien I à La Tène A ancienne comprise. Le cadre géographique correspond à la partie rhône-alpine du Massif central, constitué également sur son flanc oriental des départements de l’Ardèche, de la Loire et du Rhône. L’ensemble des sites fortifiés de manière visible (rempart) ou naturelle (topographie) et possédant une attribution chronologique avérée ou potentielle à l’âge du Bronze ou au premier âge du Fer a constitué le corpus de base.

2Le premier travail a donc consisté en la vérification des sites supposés ou avérés dans le Rhône, la Loire et le nord et le centre de l’Ardèche (jusqu’au plateau du Coiron compris, au sud), afin de les intégrer ou non au corpus d’étude.

3Le sud de l’Ardèche a été traité de manière plus ponctuelle, avec des interventions et des vérifications ciblées sur certains secteurs comme le massif de la Dent de Rez ou les gorges de l’Ardèche. En effet, l’important travail conduit par Éric Durand sur ces secteurs de 1993 à 2000 avait déjà permis de caractériser le corpus des habitats fortifiés protohistoriques de cette zone, et d’éliminer les sites non valables. Ce sont donc au total 48 sites supposés ou avérés qui ont été visités au cours de l’année 2012.

4A contrario, plusieurs sites inédits ont été intégrés. C’est le cas de l’éperon barré de « L’Aiguille de Morsanne » à Saint-Remèze et des enceintes du « Pas Chabrol » à Lagorce et de « La Baragne » à Gras, en Ardèche méridionale. Il faut également citer l’éperon barré du « Rocher du Cheylar » à Issarlès, également en Ardèche ; dans la Loire, les enceintes de « Danizet » et du « Clos » à Usson-en-Forez, sites fortifiés inédits découverts en 2010.

5Au-delà de la constitution du corpus d’étude, un important travail de relevés sur le terrain a été entrepris en 2012. L’intégralité des sites ligériens (huit sites relevés) et rhodaniens (deux sites relevés) possédant des structures défensives observables ont bénéficié d’un relevé topographique conduit à l’aide d’un GPS différentiel, à l’exception de l’éperon barré de « Lourdon » à Villerest dans la Loire qui n’a pas été accessible à ces travaux. Quatre sites du nord de l’Ardèche ont été intégralement relevés selon la même méthode.

6Comme pour la vérification des sites, nos efforts ont porté prioritairement sur les zones lacunaires en matière de relevés disponibles. Ce sont au total quatorze sites qui ont bénéficié de relevés topographiques, concernant principalement les systèmes défensifs, mais également parfois des structures à vocation domestique (« Le Chirat Blanc » à Saint-Symphorien-de-Mahun en Ardèche notamment). Dans certains cas, certains sites, en contexte forestier dense ou résineux, n’ont pu bénéficier de relevés de profils, car le GPS différentiel affichait une imprécision rédhibitoire pour la conduite de ce type de relevé (parfois plusieurs décimètres d’imprécision). C’est le cas de sites comme les enceintes de « Château Bélize » à Pélussin dans le Loire ou du « Châtelard » à Courzieu dans le Rhône. Des relevés en plan ont alors exclusivement été produits.

7Dernier axe de travail de cette année : le dépouillement de la documentation ancienne a permis de reprendre l’étude de plusieurs sites à l’intérêt scientifique évident. Ainsi, sur le site du « Châtelard » à Courzieu (Rhône), trois occupations correspondant au Bronze final I, Bronze final IIIa et Hallstatt final, ont ainsi pu être mises en évidence dans l’emprise du site.

8Le « Pic de la Violette » à Périgneux (Loire) a également fait l’objet d’une reprise complète. Les minutes de fouille ont ainsi été dépouillées et synthétisées. Le mobilier hallstattien issu de ces fouilles à été dessiné et étudié. Une occupation attribuable au Hallstatt final a pu être caractérisée sur la partie sommitale du site.

9Des études sont aujourd’hui en cours sur d’autres sites dans le cadre de travaux universitaires associés au programme de recherche.

10D’autres ensembles plus modestes issus de fouilles anciennes et de ramassages de surface, dans le sud de l’Ardèche sont également en cours d’étude, en collaboration avec le musée d’Orgnac. Ces travaux seront finalisés au cours de l’année 2013.

11Au final, les trois axes de recherche proposés pour 2012 ont bien été menés de manière concomitante. Ce travail a ainsi permis de rafraîchir la documentation de base, tout en permettant l’élaboration d’un corpus d’étude qui semble mieux caractérisé et plus apte à servir de base d’étude à un programme plus ambitieux

12La première année de ce programme de recherche a donc permis de mieux caractériser un corpus d’étude qui s’avère très hétérogène.

13Cette hétérogénéité se manifeste en premier lieu d’un point de vue géographique. Ainsi, certains secteurs présentent des concentrations de sites tout à fait remarquables (Bas-Vivarais). Cette situation tranche nettement avec d’autres zones, qui s’avèrent peu ou pas représentées dans le corpus d’étude (le département du Rhône par exemple). Cette dichotomie semble tout d’abord liée à l’activité archéologique qui a été menée dans ces zones depuis le xixe s. En effet, si l’Ardèche karstique est parcourue par les archéologues depuis des décennies pour étudier les contextes de cavité ou les monuments mégalitiques, les choses sont bien différentes pour les Monts du Beaujolais et du Lyonnais qui sont de quasi déserts archéologiques pour la Protohistoire ancienne. Cet état de fait perdure encore aujourd’hui, et un important travail de détection des sites doit être entrepris dans certains secteurs comme le Haut-Vivarais et le Mézenc en Ardèche, le Massif du Forez dans la Loire et les Monts du Lyonnais et du Beaujolais dans la Loire et le Rhône. C’est au prix de cet investissement scientifique que nous pourrons par la suite disposer d’un corpus de sites plus harmonieusement réparti et de façon induite, plus pertinent en termes de représentativité.

14Cette hétérogénéité se manifeste également d’un point de vue qualitatif. Certains secteurs ont bénéficié de travaux récents et de synthèses souvent publiées. Les travaux d’Éric Durand sur le centre et le sud de l’Ardèche ont ainsi permis de disposer d’une documentation abondante synthétisée. Cet état de fait est suffisamment rare en France pour les habitats fortifiés à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer, qu’il mérite d’être souligné et salué. Mais cette situation tranche de manière d’autant plus significative avec celle d’autres secteurs où les sites documentés sont excessivement rares. Ainsi seul un site dans le Rhône (Courzieu « Le Châtelard ») et un dans la Loire (Périgneux « Suc de la Violette ») ont pu fournir des éléments propres à préciser l’attribution chronologique d’une ou plusieurs occupations. Il en est de même pour le nord et l’ouest de l’Ardèche, où seule l’enceinte de Saint-Andéol-de-Fourchades « La Farre » a pu être attribuée chronologiquement. Pour ces trois sites, il est bien évident que les occupations datées n’ont pas été caractérisées d’un point de vue stratigraphique, fonctionnel ou statutaire.

15Pour raisonner à l’échelle de notre zone d’étude, et comprendre les interactions entre les domaines nord alpin et méditerranéen au cours de la Protohistoire ancienne, il conviendra à l’évidence de palier cette dichotomie quantitative et qualitative des données entre le Bas-Vivarais et le reste de la zone d’étude. Il semble donc nécessaire de porter l’effort principal de nos recherches sur les secteurs actuellement les moins bien représentés dans le corpus d’étude.

16Il conviendra également de travailler sur l’attribution chronologique des sites du corpus. Sans surprise, certaines étapes chronologiques sont bien représentées, à l’instar de ce qui est observable ailleurs en France (Bronze final III ou Hallstatt final), quand d’autres phases sont assez inédites et méritent d’être mieux documentées. Ainsi la chronologie des sites ayant présenté des indices d’occupation pour le Bronze ancien I ou II devra être précisée et mieux caractérisée. Ces sites prennent en effet place dans un corpus suffisamment modeste à l’échelle national pour qu’il soit étoffé de nouveaux sites bien documentés. Pour le Hallstatt final, les sites méridionaux de notre corpus d’étude sont relativement nombreux, et certains sont même documentés par des fouilles récentes. Leur imbrication dans le contexte culturel méditerranéen est évident, comme le démontrent leur architecture défensive (présence de tours ou de bastions) et la forte proportion de productions céramiques méditerranéennes (pâte claire massaliète ou céramique grise monochrome). Pour les sites contemporains situés plus au nord ou plus en altitude, les observations sont quelque peu divergentes. En effet, certains de ces sites présentent des éléments architecturaux qui semblent fortement influencés par les pratiques languedociennes comme l’atteste la présence de bâtiments quadrangulaires à soubassement en pierre et de rempart en pierre sèche à parement interne et externe pour le Hallstatt final, comme à Saint-Andéol de Fourchades « La Farre ». Les assemblages céramiques démontrent par contre une absence d’éléments produits en Languedoc ou Provence comme à Périgneux « Suc de la Violette » ou Saint-Andéol de Fourchades « La Farre ». Cette dichotomie devra être caractérisée, et la fonction de ces sites, en marge de l’axe commercial rhodanien, doit être nécessairement précisée.

17Ce travail prendra en 2013 la forme d’une période d’évaluation des sites, qui devrait permettre d’étoffer le maigre corpus de sites (seize actuellement) attribués chronologiquement. Cette phase d’évaluation devrait également permettre de caractériser le contexte stratigraphique de ces sites, et donc le potentiel de documentation qu’ils recèlent en matière de fouille. Ces informations seront par la suite prises en compte lorsqu’il sera temps, à moyen terme, de travailler sur la structuration et le statut de ces sites, en les fouillant de manière plus extensive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Delrieu, « L’habitat fortifié à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer sur le versant oriental du massif Central (Ardèche, Loire, Rhône) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/20377

Haut de page

Auteur

Fabien Delrieu

Drac Rhône-Alpes (servic

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabien Delrieu

Drac Rhône-Alpes (servic

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search