Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201273 – SavoieConjux – Lac du Bourget, Pré Nuaz...

2012
73 – Savoie

Conjux – Lac du Bourget, Pré Nuaz, La Vacherie, site PNLV 1

Prospection thématique (2012)
Responsable d’opération : Sébastien Nieloud-Muller

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Paris-Sorbonne

Texte intégral

1Le site PNLV 1 a été découvert en 2000, lors de la deuxième campagne de prospection d’André Marguet dans le lac du Bourget, réalisée dans le cadre de l’élaboration de la carte archéologique des gisements sous-lacustres des lacs préalpins. Immergé à une profondeur moyenne de 3,5 m, il se situe à environ 200 m de la rive actuelle, sur l’emprise lacustre de la commune de Conjux. Dès sa découverte, un sondage avait permis de topographier et de prélever l’ensemble des bois et du matériel archéologique. Les analyses numismatique et dendrochronologique qui suivirent permirent de définir une séquence chronologique homogène couvrant le deuxième tiers du iie s. apr. J.-C.

2Dans le cadre d’un travail universitaire, l’étude exhaustive du mobilier issu de ce gisement fut entreprise (Nieloud-Muller 2010). La présence quasi exclusive de gobelets en céramique fine, pour la plupart en parfait état de conservation, et de pots en céramique commune, attestait d’un choix intentionnel d’objet. De plus, la présence de mutilations volontaires et d’un nombre significatif de monnaies amena à formuler l’hypothèse d’un dépôt à vocation cultuelle.

3Dès 2011, une campagne de prospection thématique fut menée sur le site afin de définir ses limites et sa morphologie. L’emprise générale du gisement fut ainsi évaluée à plus de 350 m2 et 535 piquets/pieux furent topographiés (Nieloud-Muller 2011b).

4En 2012, 649 nouveaux bois furent topographiés, élevant ainsi à 1 289 le nombre de bois précisément localisés sur le site. Le plan étant désormais complet, il est possible de distinguer deux zones principales. En complément de ces travaux de topographie, la réalisation de deux sondages longitudinaux a permis de localiser et de prélever l’ensemble des bois et du mobilier archéologique en place.

5Dans le cadre de l’étude des bois, l’ensemble des données obtenues en 2000 et 2012 ont été prises en compte dans une réflexion commune. Ainsi, de l’observation morphologique de l’ensemble du corpus, il ressort qu’il s’agit d’une multitude de piquets/pieux, de section complète (écorce et aubier préservés).

6La caractérisation botanique et l’analyse dendrochronologique de 90 bois en 2012 enrichirent le corpus, tout en permettant de revaloriser significativement les résultats obtenus en 2000. Ainsi, à partir d’un corpus de 195 bois, il apparaît que dix essences avaient été utilisées, parmi lesquelles le chêne est largement dominant (78 %). Seule cette dernière essence a été mesurée, soit 153 échantillons (dont 95 % sont aujourd’hui datés en absolu !). C’est donc sur les dates d’abattage d’un corpus de 145 bois qu’il est désormais possible de raisonner.

7L’ensemble des éléments disponibles atteste qu’il s’agit d’un site unique et homogène (séquence chronologique définie, jeunesse des bois (moyenne de ~16 ans), période de coupe (automne-hiver), morphologie, etc.). Malgré cette unité d’ensemble, il apparaît que les deux zones principales sont assez différentes. Premièrement, la zone 1 présente dix essences de bois différentes, alors que la zone 2 n’est pratiquement composée que de petits chênes. Deuxièmement, on observe que les bois utilisés dans la zone 1 ont en moyenne une vingtaine d’années, alors que ceux de la zone 2 ont en moyenne une dizaine d’années. Troisièmement, même si les deux zones sont sensiblement contemporaines, elles n’en sont pas moins asynchrones. À ce titre, la répartition planimétrique des bois, en fonction des phases d’abattage connues est particulièrement intéressante (la présence quasi systématique de l’écorce sur les bois indique clairement qu’ils ont été mis en œuvre très rapidement après leur coupe). Ainsi, il semble que la zone 2 se développe avant la zone 1. L’apport des bois se fait ensuite simultanément dans les deux zones, et, enfin, la zone 1 poursuit son agrandissement, tandis que la zone 2 n’est concernée que par quelques apports anecdotiques. Dans la zone 1, une évolution diachronique particulièrement nette s’observe, l’implantation des bois se faisait globalement du nord au sud. Quoi qu’il en soit, il apparaît que les bois ont été mis en œuvre à de multiples reprises sur le site, tous les ans, de manière quasi continue, pendant près de cinq décennies (39 phases d’abattage situées entre les années 132 et 186 apr. J.-C.)

8Quant à l’interprétation de ces structures, le croisement de l’ensemble des éléments disponibles permet d’affirmer qu’il ne s’agit ni d’un ponton, ni d’une pêcherie, ni d’un radier de digue ou d’une estacade. En ce sens, la répartition des bois, leur écartement et les nombreuses phases d’abattage mises en évidence ne peuvent être interprétées comme de multiples réparations ou restaurations de constructions primitives. En définitive, quelle que soit l’hypothèse envisagée, aucune des interprétations fonctionnelles liées à des activités batelières ou halieutiques ne résiste à l’analyse. La mise en œuvre des bois sur le site PNLV 1 apparaît tout à fait étonnante en comparaison des structures relatives à ces activités, notamment dans une région où le bois est abondant, les techniques du bois et les principes de la gestion de la forêt sont parfaitement maîtrisés.

9L’examen de la répartition planimétrique du matériel archéologique sur le site permet également de douter de l’existence d’un platelage ou d’une toute autre superstructure. Étonnamment, l’ensemble du mobilier présent se trouve concentré entre les piquets/pieux, et se fait rare en dehors de l’emprise des bois. Quoi qu’il en soit, son étude s’avère très enrichissante pour la compréhension de ce site singulier, puisqu’il présente un évident caractère cultuel.

10La céramique se caractérise par la présence de gobelets en céramiques fines, de pots en céramiques communes et la présence de deux marques, dont l’une illustre la pratique de la perforation. Ainsi s’observe, comme en 2000, une surreprésentation de formes hautes, répondant à un usage précis, sans oublier la présence de mutilations volontaires.

11Les monnaies sont représentées par un nombre relativement important d’asses/dupondii et par la présence de deux sestertii. Pour la faible zone investiguée, cette surreprésentation de petit numéraire, chronologiquement homogène apparaît étonnante (grande majorité de monnaies antonines). Là encore, les parallèles typo-chronologiques avec le mobilier découvert en 2000 sont à souligner.

12Enfin, le mobilier métallique est quant à lui représenté par des clous de menuiserie et de décoration/protection.

13De fait, les ensembles de mobilier découverts en 2012 et en 2000 sont relativement similaires et présentent de nombreuses analogies avec les ensembles en provenance de contextes cultuels (sanctuaires et nécropoles). Ainsi, à partir de nombreux éléments de comparaison, il convient de souligner la vocation cultuelle de ces ensembles. Ils pourraient témoigner de la pratique du sacrifice (reliefs de faune consommée, couperet de boucher, récipients en céramiques) et de la iactatio stipis. En contexte lacustre, ces deux pratiques sont d’ailleurs largement attestées par la littérature latine et l’archéologie.

14La présence de ce riche mobilier, contemporain et planimétriquement en relation avec les piquets/pieux, invite à mettre aussi les bois en lien avec des activités rituelles. Compte tenu des évolutions diachroniques mise en évidence et de leur relation évidente avec le mobilier, il apparaît que les bois ne répondent à aucune logique structurelle. Il est dès lors nécessaire de les considérer comme des éléments autonomes.

15Ainsi, deux hypothèses ont été envisagées afin de comprendre leur présence et leur répartition sur le site (parties inférieures de statues en bois à l’image des exemples de Genève ou de Villeneuve ou supports de marqueurs d’offrandes/Tituli). Ainsi pourraient s’expliquer les évolutions chronologiques et planimétriques, l’occupation de l’espace en fonction de l’encombrement, le choix de petits bois, d’essences différentes…

16Au final, la campagne 2012 aura permis d’apporter des informations significatives sur la morphologie du site (plan complet), sur les datations et caractéristiques des bois présents et sur la vocation cultuelle de ce gisement. Il reste désormais à compléter le corpus de mobilier et de bois datés, afin d’apporter d’autres éléments de compréhension sur ce site tout à fait remarquable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Nieloud-Muller, « Conjux – Lac du Bourget, Pré Nuaz, La Vacherie, site PNLV 1 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/20406

Haut de page

Auteur

Sébastien Nieloud-Muller

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sébastien Nieloud-Muller

Université Paris-Sorbonne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search