Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201273 – SavoieEntremont-le-Vieux – Grotte Tempi...

2012
73 – Savoie

Entremont-le-Vieux – Grotte Tempiette

Fouille programmée (2012)
Responsable d’opération : Christophe Griggo

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération :

Texte intégral

1La grotte Tempiette, découverte en 1989 par des membres du Spéléo-Club de Savoie, est une petite cavité qui s’ouvre sur le versant sud du Granier, en Chartreuse, à une altitude de 1 806 m. Elle se trouve à mi-chemin entre la grotte de La Balme à Collomb et le plateau du Granier, dans la falaise urgonienne, et correspond à une galerie horizontale de 0,8 m de hauteur, deux mètres de large et longue de sept mètres, au bout de laquelle s’ouvre un puits aux parois verticales, d’environ trois mètres de diamètre et profond de 32 m. Cette grotte qui a fonctionné comme un piège naturel, renferme les ossements d’animaux qui, en « explorant » cette cavité, sont tombés accidentellement au fond du puits. La quantité d’ossements y est particulièrement importante et présente un excellent état de conservation.

2Une première campagne de fouille de la grotte Tempiette s’est déroulée début juillet 2012, dans ce site qui menaçait d’être visité par des collectionneurs amateurs. La moitié de la surface à la base du puits a été fouillée, soit environ 5 m2. Plus de 5 000 vestiges osseux ont été recueillis et, à ce jour, un peu plus de 1 300 ont été déterminés. Les ongulés de montagne, avec le bouquetin (24 individus) et le chamois (quatorze individus), sont les plus abondants. Pour ces deux espèces, les deux sexes et toutes les classes d’âges sont représentés. Lorsqu’il a été possible de préciser la saison de mort de ces animaux, il s’est avéré que c’est à la fin de l’été et au début de l’automne qu’ils sont tombés dans le puits. Nous avons également identifié deux ours bruns, l’un âgé d’un peu moins de 2 ans et l’autre seulement de quelques mois, ainsi que deux lièvres variables, deux martres, une hermine, plusieurs écureuils, un aigle royal, auxquels se rajoutent un grand nombre de petits rongeurs et de chauve-souris.

3Deux datations actuellement disponibles, réalisées par M. Philippe et A. Argant, dans le cadre du programme OURSALP, sur deux crânes de bouquetin, donnent des âges de 9 240 ± 50 BP (Lyon-2696 (OxA)) et de 9 160 ± 50 BP (Lyon-5456 (OxA)). Ce site paléontologique est donc contemporain du Mésolithique.

4Contrairement à ce que l’on pourrait attendre pour des animaux tombés au fond d’un puits, il n’existait plus aucune connexion anatomique entre les différents os. Des remontages et des appariements ont permis de mettre en évidence des déplacements sur près d’un mètre. Par ailleurs, dans des fissures longitudinales qui parcourent les parois parfaitement verticales du puits, nous avons trouvé deux vertèbres lombaires, l’une à 1,8 m et l’autre à 8 m de la base du puits. Selon notre hypothèse actuelle, la base de la grotte Tempiette devait être englacée pendant la dernière glaciation et au début de l’Holocène. Les animaux ne seraient donc pas tombés directement au fond du puits, mais sur la glace qui colmatait la base de ce conduit vertical. Ces animaux se seraient ensuite lentement décomposés et, par la suite, des mouvements liés à la fonte de la glace auraient détruit toutes les connexions anatomiques.

5Parmi tous les ossements recueillis dans la grotte Tempiette, aucun ne présente de traces résultant d’une activité anthropique ou de carnivores. Sur le plan taphonomique, il s’agit d’un site qui a fonctionné strictement comme un aven piège. Cependant près des deux tiers des os longs sont brisés ; ils présentent des cassures en spirale, avec parfois des impacts de percussion (points d’écrasement, enfoncements, encoches) qui rappellent beaucoup ce que l’on peut observer sur des os cassés, provenant de sites anthropiques et qui résultent d’une consommation de la moelle.

6La grotte Tempiette constitue donc un site paléontologique, qui a fonctionné comme un aven-piège naturel, permettant une importante accumulation d’ossements d’ongulés de montagne. Il s’est formé dans des conditions environnementales comparables à celles des sites archéologiques proches : milieu karstique, altitude, climat, période chronologique. Il pourrait donc constituer un excellent référentiel taphonomique d’accumulation naturelle qui serait unique en contexte de karst de montagne et permettrait, par la suite, de mieux comprendre les accumulations osseuses dans les sites anthropiques alpins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Griggo, « Entremont-le-Vieux – Grotte Tempiette » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/20410

Haut de page

Auteur

Christophe Griggo

Edytem

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Griggo

Edytem

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search