Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201273 – SavoieSaint-Jean-de-Maurienne – Îlot du...

2012
73 – Savoie

Saint-Jean-de-Maurienne – Îlot du Tabellion, création d’une plate-forme de travail

Opération préventive de diagnostic (2012)
Responsable d’opération : Sylvie Bocquet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé au cœur de l’îlot du Tabellion s’inscrit dans le programme de rénovation de ce quartier médiévo-moderne, proche de l’ancien groupe épiscopal, et en amont de la création d’une plate-forme de travail. Sur les 639 m2 concernés par le projet, seuls 300 m2 étaient accessibles à l’évaluation archéologique, et deux sondages ont pu être creusés.

2La configuration en paliers étagés de la cour, ainsi que sa difficulté d’accès pour un engin mécanique, ont limité les profondeurs d’investigations. Le terrain naturel n’a pas été atteint. Dans le premier sondage, la présence d’une cave abandonnée et comblée dans la seconde moitié du xxs. obère la conservation des niveaux anciens. En outre, la tour de la Correrie (xivs.), bien que mitoyenne de ce sondage, n’a pu être concrètement observée en fondation ou à la base de ses maçonneries. Aucun élément ne renseigne son contexte de construction (intra ou extra-muros, etc.), ni même les occupations antérieures à son édification.

3Dans le sondage 2, les plus bas niveaux atteints (à 570,20 m d’altitude) apparaissent anthropisés, mais non datés (fin du bas Moyen Âge ou Temps Modernes ?). La première couche datée remonte au xvis., avec un sol d’occupation aux environs de 571,21 m d’altitude (1,20 m sous le sol actuel). Elle atteste d’une proche activité autour de la transformation d’alliages cuivreux, dont le produit fini ne peut être précisé.

4Les formations sédimentaires sus-jacentes, ayant majoritairement livré du mobilier céramique du xvis., participent d’un contexte ouvert et résultent de pratiques culturales, dans la proximité des habitats. Elles peuvent être qualifiées de « terres de jardins ». Toutefois, les rares mobiliers qu’elles renferment n’apportent pas d’informations sur la qualité des occupants de l’îlot.

5Les maçonneries mises au jour correspondent, soit à des bâtiments modernes, démolis à différentes périodes du xxs., soit à une matérialisation du parcellaire. Il n’a pas été constaté de fondations à gradins ou s’adaptant à une pente, en accord avec la topographie générale du quartier, peut-être en raison de l’exiguïté du terrain, qui ne permet pas des tranchées suffisamment longues pour de telles observations.

6Les sondages ne révèlent pas non plus de remblais ou de vestiges inhérents aux crues ou aux coulées de boue ayant pu impacter, si ce n’est, pour la crue répertoriée en 1440, dévaster le secteur.

7Aucun indice d’occupations antérieures à la période médiévale, voire aux Temps Modernes, ne se signale, que ce soit d’un point de vue sédimentaire qu’à travers la présence d’artefacts résiduels.

8De ce bilan en demi-teinte, il faut néanmoins retenir que le diagnostic fournit quelques données archéologiques ainsi que des repères topographiques séquences, dans un Saint-Jean-de-Maurienne archéologiquement peu documenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bocquet, « Saint-Jean-de-Maurienne – Îlot du Tabellion, création d’une plate-forme de travail » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/20421

Haut de page

Auteur

Sylvie Bocquet

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Bocquet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search