Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201201 – AinDivonne-les-Bains – Les Grands Ch...

2012
01 – Ain

Divonne-les-Bains – Les Grands Champs : l’aqueduc romain Divonne-Nyon

Fouille préventive (2012)
Responsable d’opération : Olivier Hausard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Hadès

Texte intégral

1L’opération de fouille préventive menée sur la commune de Divonne-les-Bains aura permis de mieux renseigner l’aqueduc romain qui alimentait la ville antique de Noviodunum (Nyon). Une portion de 142,50 m de cet ouvrage été mise au jour, ce qui constitue pour l’heure le plus long tronçon jamais excavé. De l’étude de cet aqueduc, intégralement souterrain, la principale avancée concerne en la mise au jour de regards (fig. 1). Au total, trois regards consécutifs ont pu être étudiés, permettant de constater qu’ils sont régulièrement espacés d’environ 42 m. Dans le cadre de ce rapport, nous avons aussi intégré la découverte de deux autres regards effectuée en 2001 par le groupe de bénévoles divonnais « Divonarium ». Le premier était situé à « La Charmeraie », parcelle mitoyenne au sud-ouest des « Grands Champs ». Le second regard se trouve sur un terrain communal, et est toujours visible. Ce groupe de bénévoles nous a également transmis une importante documentation, principalement photographique, que nous avons jointe à notre inventaire.

Fig. 1 – Au premier plan, le regard no 2 de plan carré (de 0,90 m de côté d’ouverture)

Fig. 1 – Au premier plan, le regard no 2 de plan carré (de 0,90 m de côté d’ouverture)

Vue vers le sud.

Cliché : L. D’Agostino.

2Une autre avancée concerne le mode de construction de l’aqueduc. Il est maintenant avéré que les piédroits ont bien été liés à l’origine à l’aide d’un mortier de chaux. Cependant, ce liant a en grande partie été lessivé et remplacé par de l’argile au sein des piédroits. La question du type d’aménagement pour le fond du canal demeure. Bien que quelques dalles en terre cuite aient été retrouvées in situ en zone D (fig. 2), leur absence dans toutes les coupes étudiées pose le problème de savoir si l’aqueduc était à l’origine dallé partout, et si ces dalles auraient par la suite fait l’objet d’une intense récupération, ou s’il a existé un mode de construction différent, qu’il reste à découvrir. L’hypothèse d’une récupération reste toutefois la plus probable. Par ailleurs, un mode de construction nettement différent du fond de l’aqueduc a été repéré à son extrémité d’aval : sur une longueur d’au moins sept mètres, un solide béton de tuileau, d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur, tapisse le fond du canal et pourrait être l’amorce d’un dispositif ou structure particulier.

Fig. 2 – Détail du reste de dallage de l’aqueduc retrouvé in situ en zone D

Fig. 2 – Détail du reste de dallage de l’aqueduc retrouvé in situ en zone D

Vue vers le nord.

J. Brunet (Hadès).

3Concernant la pente de l’aqueduc, la différence altimétrique entre le début et la fin de ce tronçon de 142 m de long est d’environ quatre mètres. Sur les soixante premiers mètres, l’aqueduc suit les courbes de niveau et sa pente est assez douce (0,55 %). Puis, sur le tronçon suivant d’au moins cinquante mètres de long, la pente est beaucoup plus forte (5,05 %), et correspond à un endroit où le tracé de l’aqueduc amorce un virage et recoupe les courbes de niveau. Sur la dernière partie de l’aqueduc, là où se trouve le béton de tuileau, la pente semble se radoucir. Ce béton de tuileau, disposé au débouché de cette forte pente, a peut-être servi à renforcer localement le specus, à un endroit où l’eau devait avoir une grande vitesse et donc était susceptible d’endommager rapidement la canalisation.

4Notons pour terminer la présence, aux « Grands Champs », d’un paléosol, recoupé par la tranchée d’installation de l’aqueduc, et daté par radiocarbone d’environ 4300 à 4000 av. J.-C., soit une fourchette appartenant au Néolithique moyen. Aucun mobilier ni structure qui pourrait lui être associé n’a été retrouvé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Au premier plan, le regard no 2 de plan carré (de 0,90 m de côté d’ouverture)
Légende Vue vers le sud.
Crédits Cliché : L. D’Agostino.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/20499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 – Détail du reste de dallage de l’aqueduc retrouvé in situ en zone D
Légende Vue vers le nord.
Crédits J. Brunet (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/20499/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Hausard, « Divonne-les-Bains – Les Grands Champs : l’aqueduc romain Divonne-Nyon » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/20499

Haut de page

Responsable d’opération

Olivier Hausard

Hadès

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search