Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire200844 – Loire-AtlantiqueMachecoul – Château

2008
44 – Loire-Atlantique

Machecoul – Château

Sondage (2008)
Responsable d’opération : Gérard Setzer

Texte intégral

1Les ruines du château médiéval de Machecoul occupent un socle calcaire lutétien (E 5 C) au sud-est de la ville en bordure des marais et dans une boucle du Falleron. Cet emplacement est ceinturé par les douves partiellement comblées (fig. 1).

Fig. 1 – Le château

Fig. 1 – Le château

Cliché : G. Setzer.

2Les sondages réalisés avaient pour objectif la mise en évidence totale du périmètre du château.

3L’état des ruines dont certaines restent en élévation, ne permettait pas d’avoir, avant ces sondages, une lisibilité claire du plan de masse. La base des murs, démolis vers les années 1850, était noyée dans les accumulations de gravats recouvertes par de la terre végétale et la végétation.

4Pour réaliser un relevé du plan de masse satisfaisant il fallait donc procéder un décapage limité à la base des murs enfouis.

5Les décapages effectués et les murs extérieurs dégagés de leur gangue de gravats, le front nord du château est désormais visible. Il a été possible d’en dresser un plan et d’en préciser les altimétries (fig. 2).

Fig. 2 – Plan de masse

Fig. 2 – Plan de masse

Établi en 2008.

DAO : G. Setzer.

6En outre, il a été mis au jour et dégagé :

  • au nord-ouest, une tour qui n’apparaissait que partiellement. Cette tour s’appuie sur la ruine ouest, encore en élévation, et prend place, vers l’est, au-delà d’une canonnière. Sa maçonnerie est constituée de moellons de petit appareil. Cette première maçonnerie a été doublée par une seconde partiellement écroulée constituant comme une jupe de protection. L’extrémité est de cette tour est contiguë au massif nord également dégagé.
  • au centre, dans la continuité de la tour évoquée précédemment se présente un massif de maçonnerie important. Il a une forme quadrangulaire de 9 m dans le sens nord-sud et de 11 m dans le sens est-ouest. Ce massif correspond à l’entrée du château dans les derniers temps de son occupation. Quoique fortement arasés, les murs extérieurs laissent voir une maçonnerie très différente de la précédente puisque constituée de blocs calcaires soigneusement taillés et assemblés à joints vifs. La porte nord-sud rejoint un mur qui soutient un talus qui lui-même longe la cour intérieure.
  • au nord-est, la tour, jusqu’alors noyée dans les gravats, a été dégagée. Elle est de forme circulaire d’un diamètre intérieur de 3,5 m avec des murs de 2,60 m donnant un diamètre extérieur proche de 9 m. Elle est très en saillie et constitue en quelque sorte le pendant de la tour nord-ouest. La maçonnerie est de même nature que celle de cette dernière. À l’intérieur, la partie supérieure d’une porte qui communique avec ce qui est peut-être une cave, sous un logis aujourd’hui disparu, a été dégagée. Nous avons constaté un vide de plus de 2,50 m derrière le linteau de cette porte.
  • à l’est faisant suite à la tour, apparaît un massif quadrangulaire en avancée sur la douve. Son état de conservation est médiocre si on le compare à celui du massif nord. Si l’angle nord est quelque peu conservé, l’angle sud a disparu. Ses dimensions sont dès lors imprécises : de l’ordre de 6 m dans le sens est-ouest et de 17 m dans le sens nord-sud. La jonction avec la tour est, toujours en élévation, est illisible car elle ne présente plus qu’un talus de gravats.

7De façon complémentaire la présence de plates-formes en « fer à cheval » au nord-ouest et au nord-est a été confirmée.

8À l’occasion de ces sondages un mobilier abondant mais très fragmenté a été trouvé; il est constitué essentiellement de tessons de céramique auxquels s’ajoutent quelques pièces métalliques et des verres brisés.

9Ces sondages ont permis l’établissement d’un plan de masse actualisé conforme à la réalité du terrain et son repositionnement de façon précise sur le cadastre, en cohérence avec les coordonnées Lambert. De plus, nous disposons désormais d’un relevé de l’ensemble des cinq tours cylindriques de la forteresse permettant une confrontation typologique de celles-ci, débouchant sur une datation que l’on pourrait situer, dans un premier temps, vers la deuxième moitié du xiiie s.

10Au-delà de ces sondages, une fouille de la tour nord-est a débuté en juin 2009 sous la direction de F. Briand. Cette fouille devrait nous permettre de progresser dans la connaissance archéologique et architecturale de ce château des Marches de Bretagne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le château
Crédits Cliché : G. Setzer.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 2 – Plan de masse
Légende Établi en 2008.
Crédits DAO : G. Setzer.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2053/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Setzer, « Machecoul – Château » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2053

Haut de page

Responsable d’opération

Gérard Setzer

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search